Le délit d
216 pages
Français

Le délit d'Awa

-

Description

Dortmund, Allemagne. Awa, une jeune femme de ménage détruit par erreur une oeuvre de Martin Kippenberger, artiste de renommée internationale. Quelque temps plus tard, l'auteur rencontre Awa et la fréquente trois mois durant : une envie de comprendre qui elle est et quels ont été la nature et le sens de son geste au regard de son propre parcours. Il entreprend alors de dérouler librement le fil de cet événement tragicomique qui a défrayé la chronique dans le monde entier ...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 juillet 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140095917
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Pierrick Guinard
Le délit d’Awa Roman
Le délit d’Awa
collection Amarante
Le délit d’Awa
Amarante Cette collection est consacrée aux textes de création littéraire contemporaine francophone. Elle accueille les œuvres de fiction (romans et recueils de nouvelles) ainsi que des essais littéraires et quelques récits intimistes.
La liste des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.editions-harmattan.fr
Pierrick GUINARDLe délit d’Awa Roman
Illustration de la page de couverture : « Femme surchargée »de Pierre Bodo (Kinshasa 2005).
Merci à Pierre Daubert, Karin Barlet, à la famille Bodo, à Elisabeth Whitelaw de la Collection Pigozzi, qui ont permis l’utilisation de la reproduction de cette œuvre.
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-14677-5 EAN : 9782343146775
Dortmund. Allemagne. Un fait divers en provenance du musée d’Art contemporain : Awa, une jeune femme de ménage d’origine africaine, détruit par erreur une œuvre de Martin Kippenberger, artiste de renommée internationale, célébré par la critique…
« Quiproquo, la vie en est un, et le plus compliqué de tous ! » Proverbe n° 256. Almanach franco-ivoirien, nouvelle édition, 1934
7
PROLOGUE
Ce jour-là, il fit un sale temps sur la côte. Une mer agitée, un vent fort, un gros crachin. Plusieurs heures durant, le visage défait, Awa marcha, telle une somnambule, sur le front de mer de cette cité balnéaire bretonne. Elle avait beaucoup pleuré. Depuis quelque temps, elle s’était mise à interpeller les rares passants qu’elle croisait, tentant de les interro-ger. La plupart hésitaient à s’arrêter sous la pluie. Quelques uns acceptaient pourtant de la renseigner. Nul n’aurait pu entendre ce qu’ils se disaient : leurs conversations étaient entièrement couvertes par le bruit du vent et de la houle. Au loin, Awa aperçut un individu à l’allure noncha-lante qui se baladait sur la plage Elle courut vers lui. L’interpella. Il était anglais, ne comprit rien aux paroles de la jeune Africaine, la dévisagea, puis finit par éclater de rire. « Oh !... Comme ça, vous cherchez monsieur… GOLDMAN !... Monsieur… GOLDMAN !... Mes féli-citations, mademoiselle !… Cela doit être très excitant de chasser l’homme en or ! ».
9