Le soleil, son métier, c'est de tourner

-

Français
104 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

J'aimerais être loin, loin, loin... Mais, je suis là, là, là. Là et lasse, hélas. Trois fois hélas. C'est mon visage tout entier qui se cache dans mes mains. J'ai tellement manqué de cet amour sans bras autour. A quoi bon remuer tout ça ? Pas la peine qu'on cherche, qu'on y revienne. C'est peine perdue. Comme si on pouvait perdre sa peine.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2014
Nombre de lectures 26
EAN13 9782336336633
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0068€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sorya Khaldoun
Le soleil, son métier, c’est de tourner
Le soleil, son métier, c’est de tourner
Sorya Khaldoun Le soleil, son métier, c’est de tourner Roman
© L'HARM ATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02475-2 EAN : 9782343024752
À toi, Shadi.
On m’avait dit que l’âme d’un défunt, cette chose qui ne pèserait que vingt et un grammes, quittait sa maison au bout de quarante jours. D’où les quarante jours de deuil. Quand le corps de mon père a quitté la maison familiale, c’est un camion tout pas beau qui l’a emporté. Une camionnette Renault de couleur verte. Le corbillard officiel était déjà pris par un autre client. Après plus de trente ans d’outillage, non, pas chez Renault, l’histoire n’est pas aussi pathétique, l’ouvrier partait, pneus d’hiver en prime, en grandes pompes. Funèbre spectacle qui, malgré le flot des larmes qui s’échappait de mes yeux, m’a fait sourire. Puni… Même à l’heure du cercueil. Ça l’aurait certainement fait rire, lui aussi. Autant que sa dernière augmentation qui, après trente années d’usine, s’élevait à un euro par mois. Mais peu importe son corps. Mon intérêt se portait vers son âme qui, comme la croyance le veut, était toujours présente entre les quatre murs de notre maison.
9