Leïla de Mirleft

-

Livres
232 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Poussés par des raisons diamétralement opposées, Leïla – qui cherche ses racines berbères – et Victor – à oublier Paris – se rencontrent sur la plage d’Imi N’Tourga à Mirleft au Maroc, l’ancien havre de Jimi Hendrix, le guitar hero.


C’est un véritable choc, sublimé par le décor grandiose. Une passion aux mains d’argile et de soleil, nourrie d’éloignement et de grâce d’un ailleurs primitif qui permet de résister aux différences d’âge et de milieu. Mais à Paris les montagnes sont existentielles et le sel beaucoup plus amer.


Cofondateur de France 24, correspondant en Allemagne et aux États-Unis, Gérard Saint-Paul a dirigé le service étranger de TF1, l’information de France 3, de RMC et de la chaîne franco-allemande Arte. Il est professeur émérite de journalisme à Sciences-Po.

Il a déjà publié : La ligne bleue du Rhin : France-Allemagne (Mengès, 1979), Belle du Gévaudan (Michel de Maule, 2011), L'Agenouillement au ghetto (Michel de Maule, 2012).

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 26
EAN13 9782876235915
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0105 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LEïlà DE MIRlEFT
GéRàRD SàINT-PàUl
LEïlà DE MIRlEFT
ROmàN
MicheL deMauLe
du MêMe auteur
auxÉditionSMicheL deMauLe Belle du Gévaudan, ROmàN, 2011. L’Agenouillement au ghetto, COll. “JE mE sOUvIENs”, 2012.
auxÉditionSMenGèS La ligne bleue du Rhin : France - Allemagne, EssàI, 1979.
auxÉditionSSouffLeS Un mirage d’Amérique, ROmàN, 1989.
auxÉditionS duBon-aLBert Le rendez-vous de Postdamer Patlz. Chronique d’une passion berlinoise, ROmàN, 1999.
Conception graphique LeS3tStudio Conception de la couverture SàNDRà MUsy
©editionSMicheL deMauLe, 2014 mICHElDEmàUlE.COm
tOUT CElà NE vàUT pàs lE pOIsON qUI DéCOUlE dE TEs yEUX, DE TEs yEUX vERTs, LàCs Où mON âmE TREmblE ET sE vOIT á l’ENvERs…
« SplEEN » cHàRlEs BàUDElàIRE
À Rita
Vision
uNE bàRRIÈRE D’éCUmE blàNCHE s’élEvàIT àU-DEssUs DU FRONT DE mER DE là plàgE D’imI n’tOURgà. LE mUR TUmUlTUEUX DE là vàgUE pRODUIsàIT sUR l’aTlàNTIqUE UN NUàgE DE vàpEUR D’EàU IRRéEl EN-vElOppàNT TOUT l’HORIzON D’UN légER vOIlE sCéNIqUE DE THéâTRE OU DE CINémà. MàIs ICI, sEUlE là NàTURE éTàIT á l’œUvRE, DàNs CE pày-sàgE gRàNDIOsE DE bOUT DU mONDE : UN fINIsTÈRE qUI N’éTàIT pàs sàNs RàppElER là BRETàgNE ET sEs RElIEFs DéCHIqUETés. POURTàNT CETTE FURIE DE là màRéE mONTàNTE DégàgEàIT UNE ImpREssION DE pàIX sURRéàlIsTE. il éTàIT DIX-HUIT HEUREs. LE sOlEIl qUI COmmENçàIT á plONgER mlà bIENTôT lE ROUgEOIEmENT DU CIEl àU blàNCHOIE-mENT DE là mER.
SUR lE FOND DE là lIgNE DE sàblE, DàNs là lUmIÈRE DU COUCHàNT, s’àvàNçàIT lENTEmENT UNE sIlHOUETTE NOIRE lONgIlIgNE. ellE sEm-blàIT FlOTTER á là lImITE INCERTàINE DE là TERRE ET DU CIEl. uN spECTàTEUR sOlITàIRE CONTEmplàIT CETTE FééRIE, sUbjUgUé COmmE pàR UN mIRàgE, OU plUTôT, UN mIREmENT. Là FORmE pRO-
9
gREssàIT RégUlIÈREmENT, jUsqU’àU pOINT D’àTTEINDRE lE bOUT DE là plàgE, lONgUE D’ENvIRON qUàTRE á CINq CENTs mÈTREs. dEUX FàlàIsEs ROCHEUsEs, á pIC, EN CONsTITUàIENT á DROITE ET á gàUCHE lEs lImITEs. c’EsT vERs là gàUCHE qU’OblIqUà INsENsIblEmENT là sIlHOUETTE glIs-sàNTE àvàNT D’EmpRUNTER – RésOlUmENT CETTE FOIs – UN INTERmINà-blE EsCàlIER qUI CONDUIsàIT á là pOINTE EXTRmE DU vIllàgE EN sURplOmb : MIRlEFT.
LE CONTEmplàTEUR sOlITàIRE, ENCORE sOUs lE CHàRmE sE RElEvà sàNs HâTE. il sECOUà lE sàblE DE sEs vTEmENTs DE TOIlE blEUE Délà-véE ET kàkI. PUIs Il sE DIRIgEà á pàs lENTs vERs là mONTéE DE là plàgE, FàCE àUX CONTREFORTs DE l’àNTI-aTlàs, EN sUIvàNT lE lIT DE l’OUED á sEC EN CE mOIs DE màRs. il INClINàIT légÈREmENT sà TTE ébOURIFFéE pàR lE vENT, plONgé DàNs sEs pENséEs. il vENàIT DE RECEvOIR lE CHOC ENvOûTàNT D’UN ENsORCEllEmENT DàNs CE pàys bERbÈRE qUI àvàIT plUs D’UN TOUR DàNs sON bIssàC. il lONgEà pàR lE CHEmIN DE TERRE CàIllOUTEUX lEs CUlTUREs qUI, EN CONTREbàs, évOqUàIENT pàR lEUR vERDOIEmENT TRÈs CONTRàsTé lEs « HUERTàs » àNDàlOUsEs. il àRRIvà jUsqU’á là ROUTE pRINCIpàlE qUI CONDUIT DE tIzNIT á SIDI iFNI àU sUD, EN CROIsàNT sUR lE màIgRE TàlUs UNE pETITE COHORTE DE FEmmEs TOUT EN vOIlEs mUlTICOlOREs, lEs UNEs jUCHéEs EN àmà-zONE sUR lEURs bOURRICOTs, lEs àUTREs, plUs jEUNEs, màRCHàNT á là qUEUE lEU lEU. ellEs REmONTàIENT DE là COOpéRàTIvE Où là jOURNéE DURàNT EllEs àvàIENT Càssé DEs NOIX D’àRgàNIER DEsTINéEs á là FàbRI-CàTION D’UNE HUIlE mONDIàlEmENT CONNUE pOUR sEs vERTUs CUlI-NàIREs ET COsméTIqUEs. ellEs NE bàIssÈRENT pàs lEs yEUX DEvàNT l’eUROpéEN qUElqUE pEU DégINgàNDé, RépONDàNT mmE á sON DIs-CRET sIgNE DE là màIN.
1
0