182 pages
Français

Les funérailles de l'Éclipse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pour Aabed, cela n'avait pas été un adieu : cela n'avait été qu'une "fella", qu'une brèche entrouverte. Il fallait oser se pencher sur le corps d'Aalé et sonder son âme. Lire, parcourir et découvrir, sur le nu de la pierre tombale, le livret d'une vie. Un recueil de versets funéraires, calligraphié d'ombres d'éclipse, avec un astérisque dans le titre.
Dans ce roman intense, au fil de de ses interrogations, Mahmoud-Turki Khedher fait affleurer des émotions inscrites sur ce qu'il appelle le « tableau noir des jours ».

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 octobre 2017
Nombre de lectures 21
EAN13 9782140046896
Langue Français
Poids de l'ouvrage 11 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0105€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

d’éclipse, avec un aérisque dans le titre.
Au Il des interrogations aeurent des émotions inscrites
Mahmoud-Turki Khedher
Les Funérailles de l’Éclipse
LîTTÉRàTURES
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr Littératures, collection dirigée par Daniel Cohen
Littératuresest une collection ouverte àl’écrire, quelle qu’en soit la forme : roman, récit, nouvelles, autofiction, journal ; démarche éditoriale aussi vieille que l’édition elle-même. S’il est difficile de blâmer les ténors de celle-ci d’avoir eu le goût des genres qui lui ont rallié un large public, il reste que, prescripteurs ici, concepteurs de la forme romanesque là, comp-tables de ces prescriptions et de ces conceptions ailleurs, ont, jusqu’à un degré critique, asséché le vivier des talents. L’approche deLittératures, chez Orizons, est simple — il eût été vain de l’indiquer en d’autres temps : publier des auteurs qui, par leur force personnelle, leur attachement aux formes multiples du littéraire, ont eu le désir de faire partager leur expé-rience intérieure. Du texte dépouillé à l’écrit porté par le souffle de l’aven-ture mentale et physique, nous vénérons, entre tous les critères supposant déterminer l’œuvre littéraire, le style. Flaubert écrivant : « J’estime par-des-sus tout d’abord le style, et ensuite le vrai » ; plus tard, le philosophe Alain professant : « c’est toujours le goût qui éclaire le jugement », ils savaient avoir raison contre nos dépérissements. Nous en faisons notre credo.
ISBN : 979-10-309-0122-1 © Orizons, Paris,2017
D.C.
Les Funérailles de lÉclipse
Du même auteur
Le soupir des djinns-Rohbanes,L’Harmattan,2005 Le général Zin-Zin et les étourneaux de Djinn-Djinn,L’Harmattan,2012Tarbouch, foulard et casquettes,L’Harmattan,2013 L’antique refrain de Sidi el-Meddeb,L’Harmattan,2015 Les tresses du vent, Edilivre Aparis,2008 Bidouns & Bidons, Edilivre Aparis,2010 L’effraie de la Permanence, Edilivre Aparis,2012
Mahmoud-Turki Khedher
Les Funérailles de l’Éclipse
2017
Dans la même collection, depuis2012
Patrick Denys,Épidaure,2012 Pierre Fréha,Nous irons voir la Tour Eiffel,2012 Jean Gillibert,De la chair et des cendres,2012 Jean Gillibert,À coups de théâtre,2012 Nicole Hatem,Surabondance,2012 Didier Mansuy ,Facettes,2012 Didier Mansuy ,Les Porteurs de feu,2012 Lucette Mouline,L’Horreur parturiente,2012 Lucette Mouline,Museum verbum,2012 Bahjat Rizk,Monologues intérieurs,2012 Dominique Rouche,Œdipe le chien,2012 Antoine de Vial,ObéiràGavrinis,2012
Éric Colombo,Par où passe la lumière...,2013 Raymond Espinose,Lisières,Carnets2009-2012,2013 Henri Heinemann,Chants d’Opale,2013 Lucette Mouline,Zapping à New York,2013 Antoine de Vial,Americadire,2013 Guy R. Vincent,Séceph l’Hispéen,2013
Jean-Louis Delvolvé,Le gerfaut,2014 Toufic El-Khoury ,Léthéapolis,2014 Gérard Laplace,La façon des Insulaires,2014 Andrée Montero,Le frère,2014 Laurent Peireire,Ostentation,2014 Michèle Ramond,Les saisons du jardin,2014 Michèle Ramond,Les rêveries de Madame Halley,2014
Michel Arouimi,Quatre adieux,2015 Jean-Pierre Barbier-Jardet,Procès à la mémoire de mon ombre,2015 Dominique Capela,La Gravité,2015 Patrick Corneau,Vies épinglées,2015 Chantal Danjou,Les cueilleurs de pommes,2015 Raymond Espinose,Villa Dampierre,2015 Henri Heinemann,L’Éternitépliée, Journal,Le Voyageur éparpillé, tomeV, 2015 Henri Heinemann,Et puis...,2015
Fanny Lévy,Une existence au fil de son passage en ce monde,2015 A. Lichtenbaum,Éphraïm égaré ou la justice des nations,2015 Lucette Mouline,Épidémie,2015 Lucette Mouline,Le sexe est bohème,2015 Max Memmi,Les femmes de Jean,2015
Robert Havas,Parlons rat,2016 Fanny Lévy,Dieu compte les larmes des femmes,2016 Maurice Couturier,Vers là d’où je viens,2016 Pierre-Jean Memmi,La Promesse,2016 Lucette Mouline,Eva et Maad,2016 Robert Pouderou,Quelqu’un,2016 Pierre Nougaret,L’inconnu du marque-page,2016
Jean-Pierre Barbier-Jardet,Les miroirs ardents,2017 Monique Lise Cohen,Métamorphose au ciel des solitudes,2017 Solange Combe,L’Hôtel de Paris,2017 Chantal Danjou,Les jardins d’essais,2017 Chantal Danjou,Journal de la main,2017 Raymond Espinose,Distances, Carnets2012-2015,2017 Mahmoud-Turki Khedher,Les Funérailles de L’Éclipse,2017 Max Memmi,La belle Peul et le comptable,2017. Lucette Mouline,La jeune fille qui n’aime pas l’été,2017 Luisa Valenzuela,Le masque sarde — Le profond secret de Perón,2017
Voir la collection complète des publications de « Littératures », voyez en ligne : www.editionsorizons.fr
alé n’était pas une célébrité, chanteur, homme de cinéma A ou de théâtre, personnalité du monde du sport, mufti enturbanné de l’exemple religieux, ou membre influent, dithy-rambique de la politique. Il n’était ni ange ni démon, mais fils d’Adam, parti après avoir vécu, sans avoir connu véritable-ment le bonheur, le plus beau jour de la vie. Juste cinq minutes inoubliables durant lesquelles il laissa échapper un rire, plutôt un son de gorge d’énorme satisfaction qui s’étira longuement, jusqu’à en être essoufflé, étourdi. Ce n’était pas Aabed qui lui avait procuré cet instant de béatitude, de volupté. C’était une excellente nouvelle que son petit-fils lui avait rapportée. Un bien immense qui redonna à son cœur de la régularité, à la prunelle de ses yeux, du moins à ce qu’il en restait, une lueur d’étoile. De ce beau jour de réussite dans une grande école qu’il attendait, qu’il souhaitait, qu’il désirait, il s’en était saisi pour apaiser tous les maux et les déceptions et étancher sa soif de prestige pour l’éternité. Tout autour du cercueil, les membres d’el-Kèffèla, as-sociation composée essentiellement de fils du bled, chargés de réciter les sourates et de dire les prières, montraient des visages impassibles sans grimace de compassion, sans lueur de