Les souliers du lac Nokoué

-

Livres
154 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quand on était petits, Comlan allait passer les congés chez ses parents à Aglimey, une ferme située à dix-sept kilomètres de Zougbomey. Et avant de partir, il m’informait qu’il se rendait à Harlem. Il y demeurait jusqu’à la veille de la rentrée, et revenait le sac bourré de provisions. A Harlem, on cultivait le manioc, l’igname, la patate douce, le maïs et le haricot et rouge.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 3
EAN13 9789991902173
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0305 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les souliers du lac Nokoué
Du même auteur
Les soupirs de la Saint-Valentin,Roman, Flamboyant, 2014 La danseuse Sakpata,Nouvelles, Tamarin, 2014
Sirénou rythmait ses pas au son des tambours  Les Frères Guèdèhounguè
Rodrigue Atchaoué
Les souliers du lac Nokoué Nouvelles
Tamarin
© Tamarin Collection Bogolan ISBN : 978-99919-0-217-3 Photo de couverture : Tamarin
À Armel Florent Mahouékpo et Angelo Ahouanmagna
Les jeux de Nice
— Les Béninois sont là ! Depuis quatre ans, Jacques rêvait de cet instant. Et il allait montrer à la face du monde de quoi il était capable. Lui Jacques Toudonou, alias Aganmankoukou Souk-poha. Depuis quatre années, il fulminait contre les Français, Belges, Canadiens, tous les francophones des autres continents, qui avalaient médailles sur médailles, sans gros effort. Mais Jacques en avait aussi contre les Nord-Africains qui, pour lui, ne représentent pas trop bien le continent. D’ailleurs eux-mêmes ne se réclament-ils pas d’une certaine appartenance à la France, puisqu’ils avaient hérité de la couleur de peau, des yeux, et même du climat… — Les Béninois sont là !
9
Rodrigue Atchaoué Quoi ! La digne terre de Soundjata, de Yénéga et de Tchaka. Il la défendra griffes et crocs. Il la défendra de chaque parcelle de sa force. Il la défendra de chacune des cellules de son corps. Il la défendra jusqu’à son dernier halètement. Et tout le monde saura que jamais personne ne regarde la panthère droit dans les yeux. Depuis le début, les Noirs n’avaient pas donné grande impression. Sur les douze pays participants, seuls trois avaient décro-ché de médaille. Une d’argent et deux de bronze. Depuis toujours, Jacques s’était posé cette question. Comment ceux qui grimpent pieds nus les collines deviennent-ils subitement plus lourds que des gens qui ont découvert la course sur un ridi-cule tapis roulant ? Comment ceux qui affrontent le léopard arrivent-ils à mordre le tapis devant des gens qui ont appris à lutter entre quatre murs ? La situation inquiétait Jacques depuis très longtemps, sans qu’il ne parvienne à lui donner une réponse. Et la chose se répétait d’année en année, sans que jamais personne n’y réé-chisse franchement. À l’ouverture, un de
1
0