Marcello le greffier

-

Livres
250 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après la disparition de son chat et alter ego Marcello, le temps et l'espace sont comme abolis et, entre Montparnasse à la faune artistico-littéraire incertaine et l'interlope population d'une petite ville de banlieue où se déroulent de mystérieuses cérémonies, il ne reste plus au personnage d'Isidore que la dépouille d'un monde fantasmagorique et le constat d'une identité perdue.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 octobre 2014
Nombre de visites sur la page 20
EAN13 9782336358918
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0120 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
JeanFrançois Rode leMarcello  g r e f f i e r Roman
Marcello le greffier
Jean-François Rode
Marcello le greffier
Roman
Du même auteur Les Vies Perpendiculaires d’Isidore d’Arnica (sous le pseudonyme anagrammatique de Jeferson d’Ocarina), roman, Nouvelles Éditions Rupture, 1983 « Poèmes », revueVagabondagen°72, 1988 Ichtyose, poésie, Éditions de l’Outrecuid, 1996 Á dire d’Elles, roman, Éditions de l’Outrecuid, 1997 Les Rôles d’Oléron, roman, Éditions de l’Outrecuid, 1998 L’Intruse(Fugue à trois voix), roman, L’Harmattan, 2005 Longitude Zéro, roman, L’Harmattan, 2008 Jardin d’Essonne, roman, L’Harmattan, 2010 Le Faiseur, roman, L’Harmattan, 2011 L’Enfant Projeté, roman, L’Harmattan, 2013 Les Tourne-en-rond, roman, L’Harmattan, 2013 © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04201-5 EAN : 9782343042015
PERSONNAGES  Adelphe :pisciculteur Aglaé :sœur d’Hortense Tournemou, mère d’Aubin-MarieAlfa :comédienne Amélie :serveuse Aubin-Marie :Tournemouneveu des Bertrand :éducateur spécialiséCitroënin :copain d’IsidoreDe Flubion (Ignace) :motard,membre de la bande à LanchetouilleDes Scies (Joe) :peintre et ami d’IsidoreDialyse :poétesse et sœur de Joe des Scies Elas (Jean-Louis) :célèbre écrivain et dramaturge Escerbo (madame) :concierge au domicile parisien d’IsidoreEstelle :compagne d’IsidoreGaston :feu le mari d’AglaéGrisely: sculpteur célèbreGrospol :écrivain et ami d’IsidoreHenri :fils TournemouHervé :époux TournemouHorace :fils TournemouHortense :épouse TournemouHubert :fils aîné TournemouIsidore :narrateur présuméJean-Justin (dit Le Jujin) :fils d’Isidore et d’Estelle Julia :amie de Dialyse passionnée de peintureLa Folle (du quatrième) :voisine de l’appartement d’Isidore
Lajoncquaille :peintre croisé chez Joe des SciesLamichelle (Philippe) :directeur du centre culturel d’AprevilleLaminoir (Roger) :ami de Joe des SciesLanchetouille :chef de bandeLoriot (le Père) :gardien du manoir d’AprevilleMaillechort (Odilon) :ami de Joe des SciesMarcello :alterego et chat d’IsidoreMaxime :ami musicien d’Isidore Micheline :amie de Dialyse passionnée de peintureMozaire :poupée et égérie de Grisely Odette :petite amie de BertrandOlivette (la marquise) :fantasme d’IsidoreQuinqual :comédien amateur Rameau :comédien amateurRamonette: comédienneRigolet :éditeur célèbre et ami d’IsidoreRoucyclette :sculpteur marionnettiste et ami de Joe des Scies Une institutrice aux cheveux roux
 1 Ma montre indiquait la demie. Mais il me fallut réfléchir un brin et observer la position du soleil dans le ciel pour en conclure qu’il était bien la demie de six heures. Six heures ! Ça devait se bousculer les gens, s’entasser dans les gros autobus verts, s’écouler comme un sirop pois-seux, une drôle de confiture fumante et puante dans les couloirs du métro. Au début, l’absence de la petite ai-guille m’avait un peu gêné pour la lecture de l’heure, mais, à la longue, je m’y étais accoutumé. J’avais cepen-dant constaté que cela avait au moins le mérite de m’apprendre à mieux connaître les saisons, à mieux dis-cerner le mouvement du soleil et de la lune. C’était fin juillet. Un gros soleil blond, ébouriffé, res-tait accroché haut encore entre deux ou trois nuages dont le coton s’effilochait. Six heures quarante ! Que fabri-quaient donc Estelle et Jean-Justin ? Je savais qu’Estelle me frôlerait le nez comme un fantôme et ne me saluerait pas. La veille, nous nous étions encore chamaillés. Pour des vétilles bien entendu, quelques queues de cerises ! Une éponge mal rincée, un rendez-vous raté, un qualifi-catif malvenu... pour un rien ! Mais il est vrai aussi que le rôle de secrétaire que je lui avais confié en plus de son habituel emploi de documentaliste au ministère du tra-