Monsieur Sedzic
119 pages
Français

Monsieur Sedzic

-

119 pages
Français

Description

Monsieur Sedzic, jeune homme fraîchement diplômé de l'université de Vilnius, découvre les joies et les difficultés du propriétaire terrien lituanien. Discussions économiques, parties de chasse, repas de fête et rencontre amoureuse ponctuent son quotidien. Pourtant, ses idéaux humanistes et sa vie sont en contradiction. Les coutumes et la législation de son époque sont-elles obsolètes ? La corruption et la mainmise de l'empire de Russie sont-elles inéluctables ? En racontant cet itinéraire, l'auteur nous propose une plongée dans la Lituanie de la première moitié du XIXe siècle à travers ses diverses classes jusqu'à nous faire vivre le soulèvement polono-lituanien de 1830-1831, sa défaite finale et la Grande Émigration qui l'amena en France.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 mars 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140144608
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

MONSIEUR SĘDZIC LE FILS DU JUGE
OU RÉCIT SUR LA LITUANIE ET LA SAMOGITIE
Sędzic
Sędzic
Sébastien Delprat descend d’un émigré qui a participé à l’Insurrection de 1830-1831 aux côtés de . Depuis 2014, il sillonne les fonds d’archives à travers l’Europe pour reconstituer des parcours oubliés, et propose ici la traduction d’une autobiographie dissimulée sous un récit romanesque et politique.
Średniki au confluent de la Dubissa et du Niémen
Jan Gasztowtt Traduction et notes sous la direction de Sébastien Delprat
MONSIEUR SĘDZICLE FILS DU JUGE
OU RÉCIT SUR LA LITUANIE ET LA SAMOGITIE
MONSIEUR SĘDZIC, LE FILS DU JUGE
Mare Balticum
MonsieurSędzicle fils du juge ou Récit sur la Lituanie et la Samogitie
© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-19482-0 EAN : 9782343194820
Jan Gasztowtt
MonsieurSędzicle fils du juge ou Récit sur la Lituanie et la Samogitie
Traduction et notes sous la direction de Sébastien Delprat
Dis la vérité, ne te soucie pas du reste
Avec le soutien de
Rémy Landy
Traduction du polonais et consultation historique
Małgorzata Kobierska
Première relecture
Sébastien Delprat
Seconde relecture traduction et notes corrigées et augmentées
Jean-Marc Suel
monsieursedzic.delpr.at
À PROPOS DE L’AUTEUR
PanSędzica été publié anonymement à Poitiers en 1839 en langue polonaise. En 1967, le livre a fait l’objet d’une traduction en lituanien. Dans la préface de cette édition, Konstantinas Jablonskis donne à ce livre Jean Gasztowtt comme auteur.
Jan, forme polonaise du prénom, Gasztowtt est né en 1803 à Baisogala au cœur du territoire de l’actuelle République de Lituanie. Il est l’aîné d’une famille de la petite noblesse terrienne, du blason Abdank. Nommée Goštautas en 1 lituanien, d’où la forme polonaise Gasztołd puis Gasztowtt , cette famille avait été très puissante au Moyen Âge dans le Grand-duché de Lituanie, alors l’un des plus grands États de l’Europe, puis elle avait déclinée et n’était plus qu’une famille de la noblesse moyenne.
À la mort de ses parents en 1822 et 1823, Jean Gasztowtt 2 quitte l’Université de Wilno où il étudiait, il prend en charge l’administration du domaine familial et l’éducation de sa fratrie, et en particulier de son frère Maurice. Il se marie en 1828 et devient père de deux enfants : c’est par son fils aîné Wracisław qu’il a encore une descendance en Lituanie.
En 1831, Jean Gasztowtt est l’un des initiateurs et dirigeants du soulèvement en Lituanie. Par suite de l’écrasement de l’insurrection, il émigre en France en 1832, comme son frère Maurice.
1 Gasztowtt est l’orthographe phonétique de Gasztołd, mais avec le redoublement de la dernière consonne, à l’imitation du nom des princes Radziwiłł, caractéristique orthographique des familles nobles voulant ainsi souligner leur importance. 2 e En lituanien : Vilnius. Le nom français utilisé au XIX siècle, et encore jusque dans les années 1930, était « Vilna ».
7
Il entre dès 1835 dans le corps des Ponts-et-Chaussée et subira, le plus souvent à sa demande, de nombreuses mutations. Durant sa carrière, il demeurera, par exemple, dans la Nièvre, en Côte-d’Or, en Seine-et-Oise, en Seine-et-Marne, dans la Somme et dans la Drôme.
En 1839, il publiePanSędzic qu’il dédicace à la Société Démocratique Polonaise. Konstantinas Jablonskis note que Jean Gasztowtt a envoyé à cette même Société « non seulement une description d’une réforme administrative, mais avant celaLes nouvelles de Samogitie et de Courlandequi donnent les grandes lignes de certains de ses autres essais sur les paysans ». Il précise aussi que ses écrits «La description de l’insurrection du comté de Szawle en 1831,Commentaire sur la guerre des partisans etÀ propos de la division de la Pologne étaient conservés à la Bibliothèque nationale de Varsovie » et qu’ils « n’existent probablement plus, car la grande majorité des collections de cette bibliothèque a été détruite par les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale ».
En 1848, Jean Gasztowtt quitte précipitamment la France durant quelques mois pour rejoindre les insurgés de PoznaŌ.
En France, il aura plusieurs enfants d’une dénommée Jeanne Vincent. Le premier qui nait en 1841 porte le prénom de Bronislas. Il sera élève à l’École polonaise, entrera dans la Légion Étrangère et mourra brillamment en Pologne lors de l’insurrection de 1863 sous le surnom duDiable rouge.
En 1849, naît un autre fils prénommé Arthur de son union avec Pascaline Decommence. Il sera lui aussi élève à l’École polonaise où il suivra le cours technique, puis sera employé des chemins de fer dans plusieurs départements français. Il aura en 1882 un fils nommé Arthur-Bronislaw qui mourra sans descendance en 1933. La première épouse de Jean Gasztowtt continue à correspondre avec son beau-frère Maurice, mais sans doute
8
peu avec son époux. En 1860 et 1861, son fils Wracisław vient de Lituanie avec son épouse en cure, mais il n’est pas certain qu’il ait revu son père durant ce séjour d’environ un an. Venceslas Gasztowtt, autre émigré de l’insurrection, écrira qu’une future ou hypothétique rencontre de Wracisław et de son épouse « avec les bâtards de Jean, et il y en a 3 ou 4, sera très désagréable » !
Jean Gasztowtt meurt en 1871 à Ruffec où il est inhumé.
Sébastien Delprat et Jean-Marc Suel
9
PRINCIPAUX LIEUX CITÉS
Les noms de lieux ne sont pas traduits et apparaissent donc en polonais. Quelques exceptions ont été faites : Londres, Moscou, Paris, Saint-Pétersbourg, Riga et Varsovie pour les villes, le Mississippi et le Rhin pour les cours d’eau. Les noms des zones géographiques, et en particulier des pays, sont traduits en français.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents