Munyal, les larmes de la patience

Munyal, les larmes de la patience

-

Livres
214 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ramla, Hindou et Safira ! Trois femmes, trois histoires, trois destins plutôt liés.Ramla est mariée à Alhadji Issa, l’époux de Safira. Sa sœur Hindou épousera son cousin Moubarak. A toutes, l’entourage n’aura qu’un seul et même conseil : Munyal ! Patience !Mariage forcé, violences conjugales et polygamie, Munyal, Les larmes de la patience, brise les tabous en dépeignant à une dimension nouvelle, la condition de la femme dans le Sahel.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2014
Nombre de lectures 99
EAN13 9789956429790
Langue Français
Signaler un abus
Djaïli Amadou Amal
MUNYAL Les larmes de la patience
Roman
1
© Éditions Proximité, avril 2018 BP30332 Yaoundé, République du Cameroun. Tél 237 99859594/6 72 72 19 03 Couriel : editionsproximite@yahoo.fr ISBN : 978-9956-429-79-0
2
À mon époux, Hamadou Baba, À tous nos enfants, Amour et tendresse.
3
DU MÊME AUTEUR :
Walaande ;de partager un mari l’art ,Ifrikiya, 2010, Proximité 2015, Valesse (Côte d’Ivoire), 2014, Abis er Éditions (Sénégal), 1 prix de la Fondation Prince Claus, traduit en arabe ; Mistiriijo;la mangeuse d’âmes,Ifrikiya, 2013, Proximité, 2015.
4
Cet ouvrage est une Iction inspirée des faits authentiques.
5
6
7
Munyal defan hayre «La patience cuit la pierre.» Proverbe peul
8
P
RO
L
O
G
U
E
1 Munyal! munyal… munyal ma ille ! Combien de fois a-t-elle entendu ce mot ? Combien de personnes lui ont donné ce conseil ? Encore et toujours ! De la part de tous. Par toutes les circonstances douloureuses de sa vie. On le sait d’ailleurs, on ne conseille le fameuxmunyal comme remède souverain à tous les maux que dans les moments difciles. On le sait, c’est dans la douleur qu’on dit à une personne : « supporte ! ». Mais a-t-elle besoin de ce conseil ? De ce même mot répété, tel un refrain, à tel point qu’il en a ni par perdre son sens ? Toute vie est faite de patience dit-on : « Avec de la patience, on peut vider un étang à l’aide d’un chalumeau » ! « On peut aussi boire un puits de bouillie avec une aiguille » ! Munyal ! Certes ! Mais cela aurait tellement plus de sens si on avait le choix de ne rien supporter. Si on nous laissait le loisir d’accepter ou de refuser d’endurer ! Munyal, munyal… munyal ! C’en était trop pour Hindou ! Elle ne voulait plus de ce fameuxmunyal. Non ! Elle ne voulait plus endurer, ni patienter, ni supporter. Elle n’en avait plus la force ni le courage et encore moins l’envie. Mais à qui l’avouer ? Quelle oreille compatissante aurait pu entendre ce qui passe ici pour un blasphème ? 1. Littéralement patience mais aussi endurance, tolérance, persévérance et maîtrise de soi. L’une des valeurs majeures de la culture peule.
9
Munyal, munyal… munyal ! Un mot magique ! Sensé réconforter. Supporter jusqu’à la limite du supportable, voire au-delà du supportable. Boire la coupe jusqu’à la lie. On ne peut aller contre la volonté de Dieu. Tout ce qui nous arrive est de Son fait ! S’Il nous impose une épreuve, c’est an de tester notre endurance, d’éprouver notre persévérance et notre capacité à nous maîtriser. Munyal, munyal… munyal ! On dit que Hindou est possédée. Depuis quelques semaines, la mélancolie qui l’habite s’est muée en une sorte de rage à peine contenue qui la pousse à parler seule, hurler, se débattre. Un djinn malveillant la hante, murmure-t-on. On le sait, ce genre de pathologie survient parfois chez les jeunes mariées ainsi que les nouvelles mamans. Hindou est dans les deux états ! Depuis trois semaines, sa tante et sa mère ne la quittent plus, s’arrangeant comme elles le peuvent pour suivre à la lettre le traitement complexe prescrit par les marabouts. Certes, avaient assuré ces derniers, Hindou est possédée par un djinn. Mais ce djinn lui fait perdre la tête, l’empêche de communiquer, de s’alimenter, la fait pleurer, crier, et même des fois, tenter de fuguer. Un djinn qui la rend violente, frappant, griffant, mordant son entourage pour nir par retourner cette violence contre sa propre personne. Un djinn impudique qui l’oblige à se dénuder, à arracher son foulard et tous ses vêtements. Un djinn qui pourrait la tuer si on ne s’en occupe pas sérieusement. Le diagnostic des
10