Sur l'esthétique Littéraire Négro-africaine

-

Livres
96 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les trois articles ici réunis s'organisent autour de la question du statut de la littérature orale négro-africaine. Est-il légitime de parler de littérature là où il n'y a pas de textes écrits ? Si oui, quelles sont les caractéristiques propres à l'oralité et en quoi réside la singularité du génie littéraire africain ? Les valeurs esthétiques de cette littérature peuvent-elles être encore, aujourd'hui, un ferment de créativité ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2008
Nombre de lectures 34
EAN13 9782296210011
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0062€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Sur l'esthétique littéraire négro-africaineCOLLECTION « PENSÉE AFRICAINE»
dirigée par François Manga-Akoa
En ce début du XXIe siècle, les sociétés africaines sont secouées
par une crise des fondements. Elle met en cause tous les secteurs de la
vie. Les structures économiques, les institutions politiques tels que les
Etats et les partis politiques, la cellule fondamentale de la société
qu'est la famille, les valeurs et les normes socio-culturelles
s'effondrent. La crise qui les traverse les met en cause et au défi de
rendre compte de leur raison d'être aujourd'hui.
L'histoire des civilisations nous fait constater que c'est en période
de crise que les peuples donnent et expriment le meilleur
d'euxmêmes afin de contrer la disparition, la mort et le néant qui les
menacent. Pour relever ce défi dont l'enjeu est la vie et la nécessité
d'ouvrir de nouveaux horizons aux peuples africains, la Collection
« PENSEE AFRICAINE» participe à la quête et à la création du
sens pour fonder de nouveaux espaces institutionnels de vie africaine.
Déjà parus
Antoine NGUIDJOL, Repenser l'héritage de Jules Ferry en
Afrique noire, 2008.
Abdoul Aziz DIOP, Sarkozy au Sénégal. Le rendez-vous
manqué avec l'Afrique, 2008.
Antoine NGUIDJOL, Platon: le procès de la démocratie
africaine,2008.
Arona MOREAU, Pour refaire l'Afrique... par où
commencer?, 2008.
Lucien AYISSI, Corruption et gouvernance, 2007. A et pauvreté, 2007.
Simon MOUGNOL, Pour sauver l'Occident, 2007.
Marcel BIVEGHE MEZUI, La rencontre des rationalités:
cultures négro-africaines et idéal occidental, 2007.
Jean-Baptiste KABISA BULAR PA WEN, Singularité des
traditions et universalisme de la démocratie, 2007.
Joël MYSSE, Mondialisation, cultures et éthique, 2007.
Samuel SAME KOLLE, Naissance et paradoxes du discours
anthropologique africain, 2007.
André Julien MBEM, Mythes et réalités de l'identité culturelle
africaine, 2006.Basile-Juléat Fouda
Sur l'esthétique littéraire
négro-africaine
Présentation par Jacques Chatué
L' Harmattan<D L'Harmattan, 2008
5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris
http://www.]ibrairieharmattan.com
harmattan I({V,wanadoo.fr
diftùsion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN: 978-2-296-06708-0
EAN : 9782296067080Présentation
C'est dans la continuité d'un intérêt très tôt avéré pour
l'esthétique littéraire négro-africaine que s'inscrivent les trois
textes ici réunis. Basile Fouda s'y ouvre philosophiquement à
la littérature, sur un mode que l'on pourrait situer entre
Bachelard et Derrida. A l'instar du premier, il approche le
fait littéraire comme un ensemble réticulaire de modalités
imaginaires diverses, proches de la conscience raisonnante, et
donc susceptible sinon d'une psychanalyse de la conscience
objective, du moins d'une approche «mythodologique »,
telle qu'à l'œuvre dans les écrits de Gilbert Durand, grand
spécialiste du mythe, dont les vues sur la question éloignent
des ethnocentrismes également subtils de Claude
LéviStrauss, captif d'un mentalisme proche de Leibniz, et de Paul
Ricœur, auteur d'une herméneutique historiographique par
trop tributaire du seul paradigme de l'Histoire sainte du
monde judéo-chrétien. A l'instar du second, il contribue, sans
souscrire à l'excès de la «dissémination », à la fin du
« byzantinisme» de culture où se sont enfermés les canons
de l'esthétique classique et moderne de l'Occident, et qui
soustrait la normalité esthétique à la normativité qui l'amène,
l'entretient et la dissout, avant de la recréer indéfiniment, à
partir de lieux multiples et irréductibles.
Les textes de Fouda au sujet de l'esthétique littéraire
témoignent d'une conceptualisation pour le moins imposante,
autant que d'un effort de thésaurisation de données
d'observation, susceptibles de sortir l'esthétique littéraire
négroafricaine des choix involutifs, des choix qui entretiennent des
oppositions intellectuelles dont on aurait peine à sortir en
capitalisant additivement les «raisons» de ces images
littéraires, si expressives d'un fond de sens collectif, situé au
niveau de ces phénomènes de première imprégnation
culturelle que Kardiner et Linton ont présenté comme une«personnalité de base» (basic personnality), et Spengler,
comme un « paysage culturel» (Landschaft), dans la logique
d'une annulation définitive de ce que Karl Raymund Popper
a repéré sous le nom de « faux évolutionnisme». ..
Le présent recueil contient trois textes.
Le premier: «De la littérature orale négro-afii.caine », est
une contribution au Premier Festival des Arts Nègres tenu à
er
Dakar du 1 au 24 avril 1966, dans le cadre du Colloque
«Fonction et signification de l'Art nègre dans la vie du
peuple et pour le peuple (30 mars - 8 avril), colloque
organisé par la S.A.C. (Société Mricaine de Culture), avec le
concours de l'UNESCO, et sous le patronage du
Gouvernement du Sénégal. La communication de Fouda figure aux
pages 281 - 306 des Actes dudit Colloque, publiés aux
éditions Présence Africaine en 1967.
Le second: «Pour une littérature créative », est une
contribution au Colloque international tenu à Yaoundé, du 16 au
20 avril 1973, sur le thème «Le critique afticain et son
peuple comme producteur de civilisation », Colloque
également organisé par la Société Africaine de Culture, en
collaboration avec l'Université du Cameroun, sous le
patronage du Ministère de l'Information et de la culture de ce qui
était alors la «République Unie du Cameroun ». La
communication de Fouda figure aux pages 274 - 297 des Actes dudit
Colloque, publiés avec la contribution de l'UNESCO chez le
même éditeur, en 1977.
Le troisième: «Berceuses Beti », sous-titré: «Analyse
introductoire et traduction française de berceuses Beti du Sud
Cameroun », est un travail effectué en collaboration avec
Lucien Anya Noa, et publié, début 1980, par l'Imprimerie
Saint-Paul de Yaoundé.
8A la lecture de ces textes, on s'apercevra qu'il s'agit
d'esquisses plutôt avancées, que la modestie de l'auteur empêche,
aujourd'hui encore, de considérer comme un apport insigne à
la construction collective, dans un espace-temps précis, d'une
véritable architectonique de l'esthétique littéraire
négroamcaine, indispensable pour articuler ce qu'elle a de propre
et qui ne saurait s'exprimer d'une seule formule.
Jacques Chatué,
Université de Dschang (Cameroun)
Membre de la Société des Mricanistes de Paris.
9