Un début prometteur

-

Livres
196 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans une remarquable économie de mots, à petites touches, petites scènes de vie lucide et désenchantée, c’est toute une éducation sentimentale - les pièges de l’amour et du désir et les grands ratages de la vie -, vue à travers trois destins d’homme : le père en fin de course, Martin, le frère aîné déjà usé par une vie mise à l’épreuve des ambitions et des renoncements, et Henry, le narrateur, adolescent à l’aube de sa vie et des amours d’adulte. Un court et magnifique roman d’apprentissage.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 septembre 2012
Nombre de visites sur la page 40
EAN13 9782846264594
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 1
Un début prometteur
AU DIABLE VAUVERT
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 2
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 3
Nicolas Rey
Un début prometteur
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 4
© Au diable vauvert, 2003
Au diable vauvert La Laune 30600 Vauvert www.audiable.com contact@audiable.com
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 5
Du même auteur
MÉMOIRE COURTE,roman,Au diable vauvert TREIZE MINUTES, roman,Éditions Valat, Éditions Jai lu
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 6
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 7
1
La nuit, parfois, de ma chambre, je regarde le chien den face tirer sur sa corde, le cou quisarrache, la tristesse qui râle, je regarde son corps fumer dans le ciel, preuve quil est encore vivant. Parfois, le museau sétire vers le haut, petite frappe qui relève la nuque sous linterdit. Si un jour on lâche ce chien, je mise sur une belle course. Les nuits passent. Cest devenu un chien cama rade, un mauvais rêve, un refrain avec des muscles faibles, une odeur soupçonnée, une voix fatigante. Son maître, vers les 20 heures, sort du pavillon, tête basse, avec une pioche, creuse un trou à côté du chien, toujours au même endroit, toujours plus grand. Au début, jai songé à une piscine mais le voisin na pas les moyens dun type qui frissonne
7
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 8
pour la brasse coulée. Il sactive avec violence et résignation. Par exemple, jamais, il nessuie la sueur qui tombe sur ses yeux et se concentre sur ses coups à tel point quon dirait des règlements. Par exemple, jamais, il naccélère le rythme. Comme il est au chômage et quil ne sénerve pas, mon père dit du voisin que cest un dépressif, un para site. Je ne crois pas. Je crois que le voisin est juste un type qui cherche à terminer quelque chose dimportant.
Ce soirlà, une silhouette, tranquille et douce, une démarche, valise qui penche dans la main droite, redingote jusquaux pieds, ouvre le por tail. La silhouette se dirige vers le voisin, le regarde quelques minutes et lui offre une bou teille dalcool. Le voisin accepte. Cest à son rire Un débutqpuroemjeattieruerconnu Martin. Ils sont restés assis au 8 bord du trou à fumer des cigarettes. Je savais ce que ça voulait dire, que Martin revienne. Mon frère, il y avait les albums photos, mais les pre mières images étaient celles de Martin avec son scooter, sur le parking de lécole et les balades sur le siège arrière, une autre fois, les chuchotements
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 9
dans la pénombre de mon lit avec deux copains, lui dans le salon avec sa fiancée de lépoque, il avait promis de venir nous raconter tout ça après lavoir fait. Martin tenait toujours ce genre de promesses. Je me souviens aussi, un grand cha grin, des plombes de ça, je ne me rappelle plus la cause, je trimbalais ma peine devant la maison et Martin était venu me rejoindre, javais cessé mes larmes, on avait marché un peu, une chose incon nue me bloquait la gorge, une boule, je disais Martin, jai une boule dans la gorge, ça mem pêche de déglutir et presque de respirer, questce qui marrive, Martin ? Ça va passer, ça arrive à tout le monde et même un peu trop souvent.
On avait continué ensemble, sans un mot, le temps que le chagrin passe. Drôle que je me sou vienne encore de ça. Le voisin a recommencé son travail, Martin a balancé sa cigarette dans le noir. Il a regardé vers ma fenêtre sans sourire. Cétait la première fois.
9
Un début prometteur 1/09/06 15:56 Page 10