Un Turc au Congo

-

Livres
264 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

"Je suis resté un an sans interruption au Congo, j'y ai fait des reportages, rédigé des articles ou préparé des dossiers thématiques pour des quotidiens turcs. J'avais connu au Congo le père, les frères, les proches parents et les amis de Lumumba. Près de cinq décennies après, je me suis penché sur ces moments. Il s'agit ici d'un texte où la réalité est mise en scène à travers une trame romanesque.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2011
Nombre de lectures 56
EAN13 9782296454262
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
UN TURC AU CONGO
Remerciements à Mehmet Hikmet, Meri Tülin Darmar, Nice Darmar et Iık Kansu, qui ont aimablement donné leur accord pour la reproduction des poèmes de Nazim Hikmet, Arif Darmar et Ceyhun Atuf Kansu consacrés à Lumumba.
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-13876-6 EAN : 9782296138766
HIFZI TOPUZ
UN TURC AU CONGO Le roman de Lumumba
TRADUCTION DE KEREM TOPUZ
Études Afrîcaînes Collection dirigée parDenisPryen etFrançoisManga Akoa
Dernîères parutîons
Djakalidja COULIBALY,Agriculture et protection de l’environnement dans leSud-Ouest de la Côte d’Ivoire, 2011. Lofti OULED BENHAFSIA, KarimaBELKACEM,L'avenir du partenariatChine-Afrique, 2011. Ngimbi KALUMVUEZIKO,UnPygméecongolais exposé dans un zoo américain, 2011. EsséAMOUZOU,Aide et dépendance de l’Afrique noire, 2010. Pierre N’GAKA,LeSystème de protection socialeauCongo-Brazzaville, 2010. BernardGOURMELEN et Jean-Michel Le Roux,Petits métiers pour grands services dans lavilleafricaine, avec la collaboration de Mamoutou Touré, 2011. Issakha NDIAYE,Guide de lapassation des marchés publicsau Sénégal,2010. XavierDIJON et Marcus NDONGMO,LÉthique dubiencommun en Afrique,Regardscroisés,2011. Daniel KEUFFI,Larégulation des marchés financiers dans l’espace OHADA, 2011. Cedric ONDAYE-EBAUH,Vousavez dit développement ?, 2010. Mahamadou ZONGO (sous dir.),Les enjeuxautour de ladiaspora burkinabè, 2010 Jean-Claude MBOLI,Origine des languesafricainesEssai d’application de laméthodecomparativeaux languesafricainesanciennes et modernes, 2010. Lambert NICITIRETSE,Charge pastorale ducuré etcoresponsabilité dans l’église duBurundi, 2010. Jean Maurice NOAH,Le makossa.Une musiqueafricaine moderne, 2010. BriceArmandDAVAKAN,Repenser les nationsafricaines, 2010. René N’Guettia KOUASSI,Comment développerautrement la Côte d’Ivoire ?,Des suggestionsconcrètes pour soutenir ladynamique du développement dece pays, 2010. Jean-PierreBODJOKO Lilembu,Développement de laradiocatholique en RDC, 2010.
Avant-propos
Je me suis rendu vingt-sept fois en mission ou en voyage en Afrique noire entre 1960 et 2006. Je suis resté un an sans interruption au Congo, et entre une semaine et trois mois dans les différents autres pays. Tous ces déplacements m’ont permis de connaître de près les peuples africains, au travers de leurs dirigeants, leurs intellectuels ou leurs habitants les plus modestes. J’y ai fait des reportages, rédigé des articles ou préparé des dossiers thématiques pour des quotidiens turcs commeCumhuriyetouMilliyet, ou des revues commeSözcüéditée à Ankara. Plusieurs des livres que j’ai écrits concernaient directement ce continent, tels quel’Afrique noire,Lumumba, l’Art de l’Afrique noire, la Communication enAfrique noire,Adieu l’Afrique…Étant connu en Turquie essentiellement au travers de mes romans historiques, je me suis dit un jour qu’il fallait absolument que l’Afrique devienne le sujet de l’un de mes livres. J’avais connu au Congo le père, les frères, les proches parents et les amis de Lumumba, en poste dans divers journaux ou stations de radio. Tous ces souvenirs étaient restés ancrés en ma mémoire. Près de cinq décennies après, je me suis penché à nouveau sur tous ces souvenirs et ces moments. Ce que j’y avais vécu, entendu et vu m’a servi de source d’inspiration pour mon roman.UnTurc auCongoa été écrit en restant fidèle aux idées, aux rêves et aux sentiments que j’avais à cette époque. Un roman historique doit-il être une fiction prenant racine à un seul élément de réalité, pour s’en éloigner et la dénaturer ; ou bien la réalité mise en scène à travers une trame romanesque ? Pour ma part, j’ai toujours préféré la seconde option. À vous de juger.
7
I
Koumrou
Il était plus de minuit quand le téléphone posé sur le chevet, juste à côté du lit se mit soudain à sonner. Cela faisait maintenant plus de deux heures queVédate était plongé dans l'ivresse d'une extraordinaire nuit d'amour. Mettre soudainement un terme aux caresses et aux étreintes pour être obligé de répondre au téléphone ne lui disait franchement pas grand-chose. Qui pouvait bien l'appeler à une heure aussi avancée ? Peut-être bien le journal, qui allait lui faire part d'un événement inattendu, ou lui demander en urgence la rédaction d'un article… «Hors de question que je réponde », se dit-il, déterminé à ne pas laisser l'ambiance dans laquelle il se trouvait s’évaporer soudainement. « Qu'ils aillent se faire voir. » Mais le téléphone continuait à sonner sans cesse.Il s'arrêta enfin, mais la sonnerie reprit de plus belle à peine deux minutes après. Védate et Koumrou n'avaient plus du tout la tête à ça.Ils avaient l'impression qu'une sirène venait d'être installée au beau milieu de la chambre. Koumrou leva la tête de l'oreiller : — Réponds quand même si tu veux, c'est peut-être quelque chose d'important. — Laisse tomber, rien ne peut être plus important que toi… Védate avait la flemme de se lever du lit pour aller débrancher la prise. Allez mon amour, arrête de t'entêter et réponds. L'un de tes proches a peut-être un problème. Védate se redressa à contrecœur et finit par décrocher le combiné. Allô, oui.Àqui voulez-vous parler ? Écoute-moi bienDucon ! Tu es bien Védate, le journaliste ? Pourquoi tu ne réponds pas depuis plus de deux heures ? Tu as eu peur, hein ? Tu vas crever ! Je t'ai juste appelé pour que tu le saches. Prépare ton testament ! Védate était devenu comme fou.Il n'avait jusqu'alors jamais reçu un tel coup de fil. — Mais qui donc es-tu ? Qui est l’espèce d’enflure qui t'a demandé de m'appeler ! Son interlocuteur raccrocha sans rien lui répondre. Koumrou était folle d'inquiétude. Ses mains avaient commencé à trembler.Elle se blottit dans ses bras.
9
— À qui parlais-tuVédate ? Qu'est-ce qu’ils te veulent ? Raconte-moi tout, qu'est-ce qu’ils t’ont dit ? — Je n'ai rien compris du tout.C'est la première fois qu'une chose pareille m'arrive. Je pense qu’ils veulent me faire peur, m'intimider. Mais pourquoi ?A?i-je insulté quelqu'un Est-ce que j'ai diffusé de fausses nouvelles ? Suis-je membre d'une organisation secrète ?Est-ce que je travaille pour le compte de puissances étrangères ? Toi qui me connais depuis tellement longtemps, y a-t-il quoi que ce soit qui m’aurait échappé ? — Rien du tout, que veux-tu que je te dise ? Je pense aux derniers articles que tu as écrits, mais aucun d'entre eux n'était particulièrement dérangeant. De toute façon, le patron a une peur bleue que l'on puisse écrire des choses que le gouvernement n'apprécierait pas.Ils n'arrêtent pas de nous répéter depuis plusieurs semaines qu'il ne faut surtout pas fâcher le Premier ministre, que l'ambiance n'est pas bonne, que nous serions tous dans la mouise si le journal venait à être interdit. Le journal est d'ailleurs devenu insipide, en perdant tout son caractère. Nos ventes baissent de jour en jour. — Réfléchis un peu, tu écris quand même des choses qui ne sont pas tellement en accord avec la politique du parti ! — Je ne te dirai pas le contraire. Mais je ne me suis jamais attaqué directement aux personnes.Certes, nous avons publié avec le syndicat des journalistes plusieurs communiqués dénonçant la remise en cause de la liberté de la presse, et ils ont directement fermé le syndicat ! — Quoi d'autre ? Je suis sûr qu'il y a autre chose. — Quoi d'autre ? Peut-être la conférence de presse du Premier 1 ministre, hier soir.Cest en pleine lune deomme tu le sais, Menderes miel avec les grands patrons des médias.Il organise chaque mois dans un grand hôtel de la ville une grande réunion à laquelle tous les patrons sont conviés. Les mêmes membres du gouvernement, accompagnés du Premier ministre, viennent y rencontrer les mêmes représentants de la presse ! Les rares fois où un directeur de journal ne peut pas assister à cette causerie, il y envoie son rédacteur en chef ou un éditorialiste de premier plan.Et c'est à moi que le directeur avait confié cette mission hier. Je sais que ma présence a été probablement vue d'un mauvais œil.Il y avait un dîner, et le Premier ministre a pris la parole au milieu du repas
(1)Adnan Menderes (1899-1961), fondateur du Parti démocrate, Premier ministre turc de 1950 à 1960, condamné à mort et pendu en septembre 1961 suite au coup d’État du 27 mai 1960.
1
0