Chronique du 14 mai

-

Français
10 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9782366021561
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Couverture

14 mai

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Éditions Chronique
EAN : 9782366021561
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.com
1948 - Naissance de l'Etat d'Israël
Tel-Aviv, Israël.

Le 15 mai étant jour du shabbat, le Conseil national juif et le Congrès mondial sioniste ont fait connaître avec une journée d'avance la nouvelle tant attendue, celle de la fondation de l'Etat juif d'Israël. C’est donc aujourd’hui que le Premier ministre d’Israël, David Ben Gourion, a proclamé devant le Conseil populaire juif, réuni au musée de Tel-Aviv, l'indépendance de l'Etat d'Israël. Toute la nuit, les délégués de l'Agence juive se sont affrontés sur l'opportunité de cette décision lourde de conséquences. La guerre paraît en effet inévitable avec les Etats arabes, qui ont refusé le plan de partage de l'ONU. Pourtant dans sa déclaration, David Ben Gourion a voulu se faire conciliant en lançant un appel aux habitants arabes de l'Etat juif « pour qu'ils préservent la paix et participent à la construction de l'Etat » et en leur garantissant « une citoyenneté pleine et égale » et le respect de la charte de l'ONU.

C’est au moment où le mandat sur la Palestine confié à la Grande-Bretagne par la Société des Nations en 1923 prenait fin que les dirigeants juifs ont décrété l'indépendance du nouvel Etat d'Israël. Cette partition unilatérale de la Palestine rejetée par les Etats arabes faisait formellement entrer la région dans la guerre. Onze minutes plus tard, Harry Truman, président des Etats-Unis montrait quel était le camp qu’il soutenait en reconnaissant le nouvel Etat d’Israël et son gouvernement, rapidement suivi par l'URSS. Cela, même si Washington aurait préféré que les Juifs remettent leur décision jusqu'à ce que les Nations unies parviennent à un accord. En novembre dernier, l'ONU avait voté une résolution recommandant la partition de la Palestine entre un Etat juif et un Etat arabe, avec Jérusalem sous contrôle international. Mais cela n'avait pas suffi à mettre les Juifs et les Arabes d'accord. Quand, le 3 décembre 1947, les Britanniques avaient annoncé qu'ils retireraient leurs troupes de Palestine même en l'absence d'accord, tout espoir de paix s'était évanoui… Le chef du gouvernement provisoire, Ben Gourion invoque les droits historiques du peuple juif sur la Palestine. C’est en l'an 70, que l'ancien Etat d'Israël avait disparu lorsque Jérusalem avait été détruit par les troupes romaines de l'empereur Titus et...