Chronique du 4  février
28 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Chronique du 4 février

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
28 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de lectures 6
EAN13 9782366022650
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Petite chronique du 4 février

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.
Éditions Chronique

© Éditions Chronique, Paris 2013, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9782366022650
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail : contact@editions-chronique.com Site Internet : http://www.editions-chronique.com
1945 - Les (futurs) vainqueurs sont en Conférence : Staline remporte la mise
Yalta, Crimée

Winston Churchill pour l’Angleterre, Joseph Staline pour la Russie et Franklin Roosevelt pour les États-Unis se retrouvent dans le palais de Livadia, à Yalta sur les bords de la mer Noire pour statuer sur le sort de l'Allemagne et du Japon après le conflit. Mais aussi se partager l’Europe. De Gaulle ni aucun représentant pour la France ne sont invités… La conférence va durer jusqu’au 11 février. Et elle n’aura pas l’importance que l’Histoire lui donnera. Car, en fait c’est à Moscou le 9 octobre précédent que s’est décidé le partage de l’Europe entre Churchill et Staline.
La Conférence a pour objectifs d’adopter une stratégie commune afin de hâter la fin de la guerre, de régler le sort de l’Europe après la défaite du IIIe Reich, de garantir la stabilité du nouvel ordre du monde après la victoire. Staline veut se faire confirmer les résultats de la conférence interalliée de Moscou d’octobre 1944 esquissant un plan de partage de l'Europe en « zones d'influence » pour l'après-guerre. La version officielle soviétique est fondée sur le souci de «  préserver l'URSS de futures attaques, comme en 1914 et en 1941, en la protégeant par un glacis territorial et politique.  » Dans ce but, la diplomatie soviétique plaide pour la création d’une Pologne dirigée par un gouvernement ami de l’Union soviétique. Churchill et Roosevelt cherchent, eux, à obtenir de Staline la promesse que l'URSS entre en guerre contre le Japon dans les trois mois après la capitulation de l’Allemagne. Tous deux sont déjà prêts à faire des concessions.
Dans l’ensemble, à cette date, le rapport des forces est à l'avantage de Staline : les armées soviétiques sont, de loin, premières en nombre et en armement. Elles atteignent Varsovie et Budapest, et ne sont qu'à quelques étapes de Berlin. Mais Staline reste prudent. Sa priorité est la prise de Berlin, symbole de sa victoire et pour les avantages politiques et scientifiques qu’il pourra en tirer. Son objectif est de s'emparer du maximum de régions industrielles allemandes, et de l'institut de physique nucléaire de Dahlem, où il espère trouver des éléments de...