Chronique du 5 décembre
7 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Chronique du 5 décembre

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
7 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de lectures 3
EAN13 9782366021677
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Couverture

5 decembre

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Éditions Chronique
EAN : 9782366021677
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.com
1926 - Monet, le père de l'impressionnisme, est mort
Giverny, France.

C'est dans sa propriété de Giverny, près de Vernon, dans l'Eure, que vient de s'éteindre Claude Monet. Le grand peintre était âgé de quatre-vingt-six ans et il s'était installé dans cette région en avril 1883. Veuf, désespéré, accablé par les soucis d'argent, il avait été alors séduit par la calme beauté des bords de Seine. « Je suis dans le ravissement. Giverny est un pays splendide pour moi », écrivait-il le 20 mai. En 1890, il y achète une maison au bord de l'Epte car, affirme-t-il à son ami Durand-Ruel, qui l'a tant soutenu, « jamais je ne retrouverai pareille occasion dans un si beau pays ». C'est en 1862 qu'ayant fait la rencontre d'Eugène Boudin au Havre il avait pris l'habitude de travailler en plein air. Il dira de lui plus tard : « Je lui dois l'éducation définitive de mon œil. »

Sa première grande toile, le Déjeuner sur l'herbe, dont il ne reste que le fragment central (1864, Paris, musée d'Orsay) est une immense composition peinte dans une clairière dans la forêt de Fontainebleau. Elle sera suivie des Femmes au jardin qui seront refusées par le jury du Salon. A partir de 1869, des simplifications hardies, des touches apparentes le font surnommer...