Histoire et anthropologie du peuple bamiléké

-

Livres
340 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

D'où proviennent les Bamiléké, principal peuple des Grassfields camerounais ? Si les Bamiléké ne sont pas issus des Tikar, ils constituaient un peuple autour d'une seule langue et d'une seule civilisation, administrée par un souverain unique. Leur unité a volé en éclat au XIVe siècle, engendrant nombre d'autres groupes. L'ouvrage éclaire aussi la civilisation des Grassfields : chefferies, sociétés secrètes, rites initiatiques, cosmogonie et spiritualité, malédiction, médiumnité, perception de la famille, du mariage et de la mort...

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 mai 2016
Nombre de lectures 565
EAN13 9782140008054
Langue Français
Signaler un problème
c
3
5
-
par
Dieudonné TOUKAM
Histoire et anthropologie du peuple bamiléké
Nouvelle édition, revue et augmentée
Histoire et anthropologie du peuple bamiléké
Dieudonné TOUKAM
Histoire et anthropologie du peuple bamiléké
Nouvelle édition, revue et augmentée
Du même auteur Parlons bamiléké. Langue et culture de Bafoussam,Paris, L’Harmattan, 2008. L’avenir du Cameroun. Entre fédéralisme et régionalisme, Paris, L’Harmattan, 2011. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08711-5 EAN : 9782343087115
À mes parents, me M. & M Foka J. Avec une pensée toute particulière pour leur tendre mémoire. À Églantine Ariane, ma harpe éolienne À Chloé et Austin.
REMERCIEMENTS
Je tiens à remercier sincèrementtous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la réalisation du présent ouvrage. Toute ma reconnaissance à mes nombreux informateurs, notamment différents chefs et hauts dignitaires traditionnelsde l’Ouest et du NordOuest notamment,ainsi qu’à mes sources d’Eypte:l’éminent égyptologue Moustafa Gadalla, Assef et Youri (mes guides et interprètes), le chef Gur Khalil, Omar (à Beni Suef), Musa Shakir et Buari. Je suis également redevable à de nombreux étudiants et lecteurs anonymes, ainsi qu’àquelques universitaires, pour leurs constructives critiques et suggestions. Merci en particulierau prof. J.P. Warnier, qui a bien voulu parcourir le manuscrit.
AVANTPROPOS
Dans lapremière édition duprésent ouvrage,qui estparue en avril 2010,je suis allé à l’essentiel, notamment en ce qui concerne l’histoire lointaine des Bamiléké, sans chercher à décrire la méthodologie que j’avais utilisée, à fournir quelques détails sur mes nombreux informateurs, ou à évoquer un plusgrand nombre de groupements bamiléké. Pourtant, je disposais de toutes ces informations et avais estimé que je ne produisais pas un ouvrage qui aurait cet engouementqu’il a connu dans le milieu universitaire et de la recherche. Étudiants, chercheurs et universitaires ont critiqué plusieurs aspects de l’ouvrage, tout en faisant souvent des suggestions utiles.La critique ne porte pas nécessairement sur la qualité des informations véhiculées :c’est davantage sur le faitque l’approche méthodologique ne soitpas décrite etqu’il manque de détails sur des argumentations jugées majeures. Par exemple, comment aije collecté des données de terrain, aussi bien dans les Grassfields qu’en Égypte, pour conclureque les Bamiléké seraient certainement ungroupe de Baladi e égyptiens émigrés au IX siècle ? Comment aije sélectionné mes informateurs sur la tradition orale, et que saiton d’eux? Quels sont les critères et canons qui ontprévalu lors de l’analyse des données recueillies ? Quant aux ressortissants des Grassfields du Cameroun, un bon nombre d’entre eux m’ont fait grief de légitimer l’existence du «de dévoiler délibérément des secrets, etFamlâ », surtout, de concentrer la plupart de mes références à Bafoussam et dans le Noun. Dans cette édition, largement revue et augmentée, je m’efforce de tenir compte de toutes les critiques et suggestions fondées. Sur la problématique touchant à «la divulgation de cequi ne devraitpas l’être»,j’estime avoirrespecté cette règle non écrite, une promesse que j’ai faiteà bon nombre de mes informateurs. Mais, dans le même temps, j’ai jugé opportun de dévoiler, dans la limiteprescritepar ma conscience, bien d’autres informations(maispas les formules rituelles et autres) sur le pan mysticoreligieux de la culture des Grassfields.