J'étais un étranger

-

Livres
238 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Vite, quitter Bethléem, passer Hébron, filer vers Gaza… En chemin, garder son identité secrète, ne pas trop en dire, mais aussi compter sur les âmes charitables telles que Moussa qui accepte de prendre les fuyards dans sa caravane qui se dirige vers le pays des anciens pharaons. Et là, faire une nouvelle fois l’expérience de l’hospitalité, de la fraternité, de la compassion, qui permettent de surmonter l’errance forcée, les obstacles qui se dressent sur le chemin, les haltes trop brèves. Ainsi vont Salomé, Joseph, Marie et l’enfant Jésus, menacé de mort par Hérode… Ainsi va la sainte Famille, auprès des hommes de bonne volonté, et jamais très loin de Dieu, au fil d’un périple relaté dans ce roman qui explore les secrets de la fuite en Égypte. S’il se penche sur un thème religieux, J’étais un étranger se dégage de la solennelle austérité que certains développent quand il s’agit de toucher à des sujets de foi. C’est même à contre-pied que Paul Mison aborde sa matière, lui qui insuffle, tout au long de son récit, tendresse, amour et pointes d’humour sous les pas de ses personnages, comme pour mieux les accompagner et les protéger au fil de leur voyage.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 juin 2012
Nombre de visites sur la page 53
EAN13 9782748386172
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0094 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
J’étais un étranger
Paul Mison J’étais un étranger Et vous m’avez accueilli
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0117268.000.R.P.2012.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012
Prologue
Ce roman nous transporte dans les toutes premières an-nées de notre ère. Il essaye d’imaginer, à la lumière de certains textes chrétiens coptes, ce que put être l’exil d’une famille obligée de fuir la Palestine pour se réfugier en Égypte, elle aussi sous la férule de Rome. 1 700 kms envi-ron en 3 ans, à pied le plus souvent et parfois à dos d’âne ou de dromadaire, dans les déserts, à travers le delta du Nil ou la moyenne Égypte…
Cette famille ? Une famille juive, plutôt pauvre. Elle, la mère, 18 ans tout au plus, nommée Marie. Lui, le mari, plus âgé, mais dans la pleine force de l’âge, charpentier de son état, Joseph. L’enfant, un garçon, né dans des circons-tances très particulières, âgé de 3 ans à peu près, nommé Jésus…
Hérode, roi de Judée inféodé aux Romains, décide de lancer ses sbires à la recherche de ce Jésus car des gens bien placés, des savants, dit-on, l’ont assuré qu’il devien-drait un jour le roi des Juifs… Alors, pour ce terrible Hérode, mieux vaudrait le faire disparaître prompte-ment !…
Ceux qui ont quelques bribes de connaissances sur les premières années de la vie de Jésus voient de suite que ce roman doit avoir un rapport avec la fuite en Égypte de la Sainte Famille. Les yeux des uns s’éclairent, curieux ; ceux de certains autres s’offusquent à la pensée que ce mot de roman puisse être accolé à celui de la Sainte Famille et enfin, il y a les yeux rieurs qui me « susurrent » : « Encore
9
une de ces vieilles histoires pieuses qui n’intéressent plus personne et que tu nous ressors ! » A tous, je réponds : « Si un jour, vous allez en Égypte pour voir autre chose de plus que les pyramides, les tem-ples de Louqsor, les fonds de la Mer Rouge ou le Nil en vous prélassant au soleil sur le pont d’une felouque entre Basse et Haute Égypte, visitez donc les ermitages, les cha-pelles primitives, les monastères, les églises et les lieux de pèlerinages coptes dont beaucoup remontent aux tout pre-miers siècles de l’Evangélisation de l’Egypte initiée par l’évangéliste Marc et ses amis dès l’an 40, c’est à dire très, très peu de temps après la Mort-Résurrection de Jésus. Vous serez étonnés par les vestiges, la qualité de la foi des Coptes de quelque sensibilité religieuse qu’ils soient, ou par la richesse des faits rapportés par les diverses tradi-tions orales, mais bien sûr, vous ne serez guère importunés par la publicité pour ce genre de virées touristiques ! Vous avez dit aussi : « Vieille histoire ! » Vieille, c’est vrai, mais qui est, à notre sens, une vieille histoire vraie à l’origine première de la riche et merveilleuse naissance de la foi copte. Cette foi toujours vivante que l’Occident chrétien n’a pas cru bon de se donner la peine de connaître ou de reconnaître dans les tourmentes théologiques qui ont gâché des siècles de possibles coopérations fécondes… Et si un jour, vous lisez les paroles suivantes prononcées par Jésus : J’étais un étranger, et vous m’avez accueilli chez vous. J’étais seul et prisonnier et vous m’avez visité. J’étais nu et vous m’avez habillé. J’avais faim et vous m’avez donné à manger. J’étais malade et vos m’avez soigné. J’avais soif et vous m’avez donné à boire… Chaque fois que vous aurez fait cela au plus petit D’entre les miens, c’est à moi que vous l’aurez fait… Vous pouvez être certains que Jésus ne pouvait pas ne pas penser alors à l’accueil de sa propre Famille, car dans
10