216 pages
Français

La Tanière de la mort

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La guerre fait rage en Algérie et la haine a pris possession du peuple qui se déchire. Dans ce monde fait d’incompréhensions, un jeune garçon grandit et tente de se construire au milieu des siens. Seulement, il ne parvient pas à comprendre qui il est. Même son prénom lui échappe: il est "Arab", c’est la seule certitude qu’il a de lui-même. Alors, le jour où cette situation ne lui convient plus, il part en quête de réponses, en quête de cette identité qui lui manque. Il quitte sa campagne et se retrouve à Alger où il intègre le FLN dont il devient un membre à part entière. Mais, au fil des jours, le garçon va prendre conscience de qui il est devenu. Et le brouillard va peu à peu se dissiper pour laisser transparaître la triste réalité des événements… Ce récit extrêmement poignant est d’un surprenant réalisme. Tout au long du texte, on voit le personnage principal évoluer de manière considérable dans un contexte historique ayant marqué des générations. En effet, bien que fictive, cette histoire aurait pu être celle de n’importe quel enfant algérien, en mal d’identité et de reconnaissance. Et en toile de fond, se profile une véritable interrogation: la société est-elle finalement la seule responsable du destin de ce jeune garçon? Un appel à la réflexion et à la tolérance, qui tiendra le lecteur en haleine jusqu’à la dernière ligne. Cet ouvrage est destiné exclusivement à un public adulte.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 22
EAN13 9782748366358
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0094€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

La Tanière de la mort
Ammar Amokrane La Tanière de la mort
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0115997.000.R.P.2011.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2011
Chapitre 1 Chaque jour qui s’en va emporte avec lui les regrets de mon existence mouvementée, parsemée d’imprévus, mais surtout soumise aux caprices de la bêtise humaine. Par moments, l’envie de me suicider me taraude l’esprit, pour en finir avec la vie monotone et blafarde, remplie de re-mords, que je mène, lorsque je me pose cette question récurrente : pourquoi y a-t-il tant de haine quand la vie regorge d’énergie et d’amour ? Il suffirait pourtant de tordre le cou à ce mauvais sentiment pour vivre serei-nement… Dans l’arène arabo-catastrophique, il est difficile d’entrevoir une autre issue à cette misère qui pol-lue les neurones des uns et des autres telle une malédiction venue d’ailleurs… Oh que non, elle est née chez eux ! La religion me contraint au reniement, tout en me sommant de me soumettre corps et âme au prince du mo-ment. Face à mes espoirs, à mes rêves d’enfant, elle a aussi effacé tout espace dédié à la liberté, à l’amour, au pardon et à l’histoire de mes ancêtres. Dans ce monde que je découvre au fil du temps, où la violence reste la seule alternative pour se faire une place au soleil et où il est dé-conseillé d’avoir une opinion contraire aux convictions bien enracinées dans les esprits des adeptes dudjihad, de dire tout haut ce que l’on pense tout bas, je ne peux me lamenter qu’en mon for intérieur. La suite des événements est connue depuis fort longtemps. Et tant pis pour celui qui ne sait pas tenir sa langue, qui ne sait pas se mouvoir, et surtout, qui oublie de faire des courbettes ! Autour de moi, les hommes se détestent et s’entre-tuent au nom de cette religion, et dans leurs cœurs chargés de
9
rancœur, il n’y a aucune trace d’amour, ni de compassion. Hélas, je ne divague pas ! J’ai été confronté à cette dure réalité depuis que j’ai existé dans le ventre de ma mère ; et j’ai vécu depuis lors avec la peur d’être livré à la vindicte populaire. Car je ne suis que le fruit d’une histoire revan-charde, contée par les hommes venus d’une contrée étrangère à mes ancêtres, les Berbères, pour leur enseigner la bonne parole, faisant d’eux, au fil du temps, des escla-ves mentaux, honnis par les anciens… Mais qui étaient ces anciens, au juste ? Des Arabes venus de la lointaine Ara-bie pour s’enraciner dans la Numidie ? Ou les descendants de Massinissa ? Trop de zones d’ombre les ont assiégés au nom de cette religion qui a calcifié leur mémoire… Pendant l’Antiquité, ils avaient pourtant leurs rois, leurs reines, leur identité, leur capitale, et chevauchaient fièrement leurs montures, mais peu à peu, ils se sont fondus dans le moule de l’arabité et ont fini par tomber dans l’oubli. Triste sort… Dans la montagne qui se dresse face à la Méditerranée, telle une forteresse imprenable, se trouvait la chaumière où j’ai vu le jour. La nuit de ma naissance, une mysté-rieuse voix s’était propagée le long de la vallée. Pour ma grand-mère, cela avait été un signe prémonitoire. Avant de rejoindre le ciel, elle m’avait dit de prendre mon destin à bras-le-corps, de quitter au plus vite cedouarde et l’oublier définitivement. Pourquoi m’avait-elle fait cette recommandation ? Mon village, inconnu de la civilisation, ne figurait sur aucune carte géographique. Ses habitants étaient rudes, facilement maniables, mais aussi versatiles et parfois per-fides : pour eux, l’honneur et la parole donnée avaient un sens quand ils le voulaient. Frondeurs, ils l’étaient et ils le demeurent… Le seront-ils dans le futur ?
10