Le parfum de Leïla

-

Livres
363 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Au Mexique, à la mort de Nadir, menuisier venu de Castille dans les années 1510, le fils qu'il a eu d'une Indienne décide de découvrir le secret des origines de son père. Son enquête le conduit sur les traces de sa famille, depuis Mexico jusqu'au Maghreb.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 août 2017
Nombre de visites sur la page 12
EAN13 9782140043703
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0172 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
KhireddineMOURAD
Le parfum de Leïla
Romans historiques e Sérîe XVI sîècle
Le parfum de Leïla
Romans historiques Cette collection est consacrée à la publication de romans historiques ou de récits historiques romancés concernant toutes les périodes et aires culturelles. Elle est organisée par séries fondées sur la chronologie. AVISSE(Pascal),Les diamants de la Païva, 2017. SEILER(Richard),Dans l’immensité de l’ombre. Le résistant du Languedoc, 2017. GUÉRIN(Jean-François),Sainte du peuple. Une histoire argentine, 2017. PINTAUX(Philippe),L’irréparable. Pithiviers, sur le chemin d’Auschwitz, 2016. POIRIER(James),Une même vague jusqu’à nous. Marquises, îles d’outre-temps, 2016. PINÇON(Jean-Marie),La tentation de Marathon, 2016. ABRAHAM(Angélique),Champ d’honneur, 2016. HOUZÉ(Roger Charles),L’odyssée maritime de la Sainte Claire ou les aventures extraordinaires d’un jeune paysan normand, 2016. RECH(Henri),Voyage au bout de la mer océane, 2016. MILLOT(Georges),Berceaux de guerre, 2016. LARRIAGA(Jean),Ils inventèrent l’été. Une escapade estivale sous l’Ancien Régime, 2016. BOUSQUET(Bernard),Le magicien de Pétra, 2016. Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Khireddine MOURAD
Le parfum de Leïla
Du même auteur
Poésie
Le Chant d’Adapa, éd. Hatier, Paris, 1989
Pollen, éd. Al Manar, Paris, 2001
Chant à l’Indien, éd. Mémoire d’Encrier, Montréal, Québec. 2004
Nouvelles
Nadir ou la transhumance de l’être, éd. Le Fennec, Casablanca, 1992
Roman
Les dunes vives, éd. Eddif, Casablanca, 1998
Ouvrages d’art
Marrakech et la Mamounia, éd. ACR, Paris, 1994
Art et Tradition du Maroc, La part du signe, éd. ACR, Paris, 1998
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11697-6 EAN : 9782343116976
Au matin, n’entretiens pas tonmoidu soir, et le soir, n’entretiens pas tonmoidu matin, car tu ne sais pas quel sera ton nom demain. 1 Hadith Ô veilleur, sois sur tes gardes : il ne sied pas au veilleur de dormir. 2 Rûmi Le 7 juin 1494, la Castille et le Portugal signent le traité de Tordesillas, qui est destiné à fixer les limites de domination respective des deux puissances coloniales e dans l'Atlantique. […] Ce genre de partage anticipé n'estpas nouveau. Au XII siècle, les divers royaumes de la péninsule Ibérique se sont ainsi partagé les terres à conquérir sur l'Islam : traités de Tudillén (1151), de Cazorla (1179), et d'Almizra (1244) entre Castille et Aragon, ou de Sahagún (1158) entreCastille et León. […] C'est en vertu du traité de Tordesillas que le Brésil est revenu au Portugal et le reste de l'Amérique du Sud aux Espagnols. Les autres puissances (France, Angleterre en particulier) contesteront évidemment ce traité qui les excluait totalement du partage. Encyclopædia Universalis
1 - Hadith, propos et dits du Prophète,transmis pas Boukhari d’après Ibn ’Amr, hadith dit Marfu’an. Cité inAl Fath ar-Rabbani oua al Faïd ar-Rahmani, Sidi Abdelkader Jilani, éd. al-Maktaba al-’Assrya, Beyrouth, p.140.2 - Cité par Eva de Vitray-Meyerovitch,Anthologie du soufisme, éd. Albin Michel, p.228, 1995.
LIVRE ϭ Mon père rendit l’âme vers la fin de la matinée, après une agonie de plusieurs mois. Ni ma mère ni moi-même ne le pleurâmes, comme il l’avait exigé. «Je ne veux ni larmes ni chagrin, nous avait-il dit peu avant, le geste exténué et la voix à peine audible, et que votre deuil cesse le troisième jour. » Il s’abîma dans un profond silence sans que ses lèvres cessassent de remuer comme s’il parlait à quelqu’un dont il était le seul à sentir la présence, puis il ouvrit les yeux, me regarda et murmura dans un dernier souffle : « Voilà, je suis prêt pour les grandes noces. » La pluie vint répondre à notre épreuve et tombajusqu’au soir. À ce que je savais de lui, il était venu de Castille, comme beaucoup d’Espagnols attirés par mille raisons et mille folies. Ils’était arrêté un temps à Cuba où il avait établi un atelier de menuiserie avec deux hommes, Moreno et Lorenzo,qu’il avait connus pendant la traversée de l’Atlantique ;vers la fin février de l’année1519, leur abandonnant brusquementl’affaire alors en plein essor, il avait suivi Cortés. Il 1 participa à toutes les batailles, survécut à laNoche Tristeet, de la dernière semaine de mai à la mi-août del’fit le siège dean 1521, Mexico-Tenochtitlán. De retour de la campaña, il convainquit ses amis de le suivre à la Capitale aztèque qui avait besoin de menuisiers, de maçons, de forgerons et de tantd’autres artisans. Ces choses, je les tenais de Moreno quim’en avait fait, un soir d’hiver, un récit dont je me souvenais toujours avec le même effroi: «… les rumeurs racontaient que Mexico était aussi belle que notre chère Grenade et qu’elle était construite sur les eaux comme laCité des Doges, ton père m’a même dit qu’il avait vu des jardins flottants; mais lorsque nous avions atteint les environs, la ville nous avait paru enveloppée d’une sombre chape comme si elle n’était pas encore sortie de la nuit. Et, à mesure que nous nous en approchions, la chape devenait mouvante comme un gigantesque essaim d’abeilles. À notre arrivée, nous avons été saisis par les nuées d’oiseaux de toutes les tailles et de toutes les espèces qui se relayaient par vagues au-dessus de la cité, 1 - Le 30 juin 1520. 9