218 pages
Français

Le sel de la terre

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Raymond Escholier se présente ici sous les traits du volontaire Bussières, qui participe à la bataille de Verdun, soutenu par sa foi et l'amour des siens, séduit par le mysticisme et tiraillé entre le devoir du patriotisme et l'horreur du combat. Au cœur du récit, une escouade de Gascons dont il fait partie, à côté, notamment, de l'inoubliable abbé Servat, prêtre haut en couleur. Cette réédition est accompagnée des gravures de Louis Neillot faites pour l'édition de 1938 et de nombreux documents et témoignages inédits.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 septembre 2015
Nombre de lectures 42
EAN13 9782336389592
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Raymond Escholier
LE SEL DE LA TERRE Verdun 1916 Roman
Présenté et annoté par Roger Little avec la collaboration de Claude Achard et André Minet
LE SEL DE LA TERRE
Raymond Escholier LE SEL DE LA TERRE
VERDUN 1916
Roman Présenté et annoté par Roger Little avec la collaboration de Claude Achard et André Minet
Du même auteur Avec les tirailleurs sénégalais 1917-1919 : lettres inédites du front d’Orient, texte établi et annoté par André Minet, présentation de Bernadette Truno et André Minet, L’Harmattan, coll. « Autrement Mêmes », 2013. Tome I :juin 1917–avril 1918; tome II :avril 1918–avril 1919. Prix José-Laurent Olive, 2014. Mahmadou Fofana, bois originaux de Claude Escholier, fac-similés d’autographes, présentation de Roger Little, L’Harmattan, coll. « Autrement Mêmes », 2013. En couverture : Aquarelle de Pierre Dantoine reproduite avec l’aimable autorisation de sa petite-fille, Madame Monique Arnould, par les bons offices de Claude Achard et de Rémy Castan Texte et manuscrits du roman © Héritiers Escholier, 2015 Gravures de Louis Neillot © Héritiers Neillot, D.R., 2015 Aquarelle de Pierre Dantoine © Héritiers Dantoine, 2015 © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07074-2 EAN : 9782343070742
ÀLA MEMOIRE FRATERNELLEDE LOUIS PERGAUD tombé aux avancées de Verdun
Vous êtes le sel de la terreSAINTMATHIEU, V. 13. Selon le vœu de l’humble escouade, à laquelle appartint le soldat Bussières et dont j’eus moi-même l’honneur de faire partie, je livre au public, sans en changer un mot, ce carnet douloureux. Sans en changer un motEt pourtant, dans ces pages bien des sentiments me choquent ; quand elles ne me paraissent pas simplement puériles, bien des indignations me blessent Il y a même là des paroles impies, des paroles inhumaines… Cette haine meurtrière, barbare, atroce, voilà donc ce que vingt mois de guerre ont pu inspirer à un être aussi sensible, aussi cultivé que le volontaire Bussières. Et que dire du cas singulier de l’abbé Servat ? Après cela, comment ne pas détester la guerre et ne pas tout tenter pour en éviter le retour ? Ces pages écrites par un mort, léguées par un mort, je les ai portées, moi aussi, dans mon sac ou dans ma musette, sur le front de France, puis en Orient, sur la Cerna. Héritage d’un camarade de combat, dont je dois taire le nom véritable, ces pages me sont sacrées (seuls, les derniers feuilletset pour cause !sont de ma main). C’est dire queje ne pouvais songer àen atténuer l’extrême dureté. Au rebours de tant de livres de guerre, ces cahiers ont été noircis dans la tranchée et s’en ressentent.Une telle publication est-elle prématurée ? Je ne le pense pas. Cette espèce d’euphorie qui succédaàl’armistice a pris fin depuis longtemps. Dégrisée, l’Humanité semble aujourd’huine plus appréhender qu’on lui découvre les réalités terribles de la Grande Guerre. À force de déceptions, ayant pris conscience que la paix n’est pas encore gagnée, les peuples anxieuxse penchent de nouveau vers l’abîme sanglant et lui demandent son secret.À ceux qui demain tenteront derédiger, autrement qu’à l’aide de documents d’État-Major et de journaux de marche, de Livres bleus ou de Livres jaunes, l’histoire véridique de la guerre de 1914-1918, à tous les hommes de bonne volonté qui repoussent, pour leur patrie, la politique d’aventure,à tous ceux qui veulent la France forte, mais pacique, les pages frémissantes, tendres, mystiques, féroces, écrites à Verdun, en pleine bataille, par le soldat Bussières, ne paraîtront peut-être pas dénuées de sens. R. E.
7
I Ils montaient. Le bataillon saignépar la dernière attaque pataugeait sans un mot. D’instinct, plusieurs cherchaient le compagnon de route et de combat, et voyaient la place vide. On n’entendait que le: «Serrez !! Serrez » des chefs de section. Les hommes traînaient la jambe et s’égrenaient.Impossible de les tenir par quatre. On ne devait compter que sur leur bonne volonté. Elle était innie. Deux coups de sifetLa pauseSac à terre. 1 Le chemin n’est que boue. Azor* sert de siège. Un âpre vent s’échappe de l’Argonne, débarbouille leciel crasseux d’où glissent des coulées d’eau sale…bout de la Au grimpette, des maisons qu’allument des obus incendiaires, –
* [Les appels de note chiffrés renvoient aux notes regroupées p. 117-131infra.]
9