Agitation compulsive

-

Livres
178 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un emploi essentiellement alimentaire, un petit ami victime d'un accident de la route... Assurément, l'existence de Samantha n'est pas actuellement au beau fixe. Si celle-ci fait contre mauvaise fortune bon coeur, le sort va se charger, non pas d'alléger son quotidien, mais de lui imposer encore plus. Et qu'y a-t-il de pire que de découvrir, le jour où vous êtes congédiée, que votre compagnon vous trompe? Une fois au plus bas, on ne peut que remonter à la surface, direz-vous. Mais qui a avancé ici que Sam avait déjà atteint le fond du gouffre? Non sans une certaine habilité, K. Deville nous entraîne irrésistiblement dans un thriller où Samantha endurera, dans la terreur et la répulsion, l'épreuve de toute une vie... Et la romancière de composer un roman dont la pente, d'abord douce, s'accentue de plus en plus, pour se faire finalement vertigineuse... D'enfermement en enfermement de Sam, jusqu'à sa confrontation avec la folie délirante, nous sommes ainsi les objets manipulés par une K. Deville surprenante et à découvrir.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 juillet 2012
Nombre de visites sur la page 57
EAN13 9782748388183
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Agitation compulsive
Karoline Deville Agitation compulsive
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0117601.000.R.P.2012.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012
1 Une semaine qui recommence. Sept heures et quart. Le réveil sonne depuis plus d’une demie d’heure. Matt à côté de moi ne s’est pas réveillé. La motivation me manque, pensais-je en baillant profondément. Sept heures et demie, je n’ai plus le choix. Je sortis du lit, afin de me préparer. Neuf heures, me voilà à mon bureau. Munie d’un ordinateur, d’un téléphone et d’une tasse avec un tas de stylos sur laquelle il y a l’inscription « I love you my princess ». Un cadeau de Matthieu, lorsqu’il était revenu de New York. Le casque sur les oreilles et me voilà prête à affronter une journée téléphonique. Le téléphone connecté, les premiers appels commencent. Je travaille chez « Assurance Multi Risques ». Lorsque je suis rentrée chez eux il y a deux ans, je m’étais dit que j’y resterais au maximum six mois, et que j’en profiterais pour chercher autre chose en même temps. Et les mois ont passé et j’y suis toujours. Pourtant ce n’est pas un travail qui me passionne. Mais, j’ai ma liberté financière et c’est le plus important. Je ne dois rien à personne. Je n’ai jamais trouvé le côté humain dans ce que je fais, et je ne suis pas toujours d’accord avec certaines conditions, mais heureusement il y a Pierre et Sandrine. C’est ma bouffée d’air pur dans cet univers de rendements et de pressions. Dès que nous pouvons prendre une pause cigarette ou bien une pause déjeuner ensemble, on saute sur l’occasion.
9
Nous sommes rentrés le même mois chez « A.M.R » et j’ai suivi la formation avec Sandrine. On s’est tout de suite bien entendue. Elle a cette spontanéité et cette naïveté qui me plaisent. Elle est petite, blonde avec des cheveux courts et les yeux marron. Son visage ovale de couleur assez pâle fait ressortir son regard. Nous nous sommes confiées l’une à l’autre dès le premier jour et le premier point commun que nous nous sommes découvert, c’était que nous fumions le joint. D’ailleurs nous nous étions promis de passer une soirée, mais entre Matthieu et son copain qui étaient contre, cela n’a pas pu se faire. Sauf une fois entre midi et deux. Nous étions toutes les deux dans la voiture sur un parking à quelques mètres du travail et nous en avons fumé un. L’interdit était excitant. Le fait de pouvoir se faire prendre en flagrant délit l’était aussi. L’après-midi se passa avec beaucoup de légèreté ce jour-là… Et l’occasion de recommencer ne s’est jamais représentée. Quant à Pierre, c’est un jeune homme discret de vingt-trois ans. C’est quelqu’un de timide. Mais une fois sa timidité vaincue, c’est une autre personne qui se présente devant nous. Il doit mesurer environ un mètre soixante-cinq pour soixante kilos. Cheveux châtains avec des yeux d’un vert si profond que je m’y serais volontiers baignée, dès le premier jour de notre rencontre. Un regard à couper le souffle. Puis je l’ai eu en binôme pendant deux semaines et nous avons lié d’amitié rapidement. Malheureusement, il y avait une devise souterraine dans la boîte. « Diviser pour mieux régner ». Et les plannings ont fini par changer et rares étaient les moments où je pouvais déjeuner avec eux. Même si j’avais d’autres collègues à mes côtés, je me sentais souvent seule. Alors j’ai fini par en prendre l’habitude. Je me calais au soleil ou dans ma voiture et la plupart du temps je lisais.
10