Next

-

Livres
338 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Novembre 2009. D'étranges meurtres surviennent jour après jour dans la ville de New Haven, Connecticut. Que ce soient les victimes ou les modes opératoires, rien en apparence ne relie ces assassinats, si ce n'est la mascotte en peluche de l'équipe universitaire de football des Yale Bulldogs, retrouvée sur chacun des lieux du crime. Le capitaine Andrew Konrad, responsable de la Division des services d'investigation de la police de la ville, se trouve alors plongé avec son équipe au coeur d'une sordide affaire, le ramenant sur une enquête classée sans suite dont il avait eu la responsabilité au début de sa carrière. Manipulé par un corps d'élite de l'armée américaine, il devra mener une course contre la montre afin de déjouer les meurtres à venir et empêcher la reprise de l'affaire par le FBI. Et, à son insu, il va devenir l'engrenage d'une terrible et machiavélique machination, véritable passerelle entre le passé et le présent, qui pourrait se retourner contre lui. De même qu'il ne ménage pas ses personnages entraînés dans une spirale de plus en plus macabre et meurtrière, de même Jérôme Fort ne laisse aucun répit à son lecteur au fil de ces pages sans temps mort, au rythme savamment entretenu et à la progression au cordeau. Thriller à la construction étourdissante, au scénario et aux ressorts mortellement efficaces, "Next" nous réserve ainsi quelques heures de lecture tendues et époustouflantes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 avril 2015
Nombre de visites sur la page 41
EAN13 9782342036770
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0090 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Next [le prochain]
Jérôme Fort Next [le prochain]
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0120175.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
« Tu ne commettras pas de meurtre. » e 6 commandement de l’Ancien Testament Seconde Table de la Loi relative au prochain
1
La vapeur aussi épaisse qu’une brume cotonneuse emplissait tout l’espace. Des corps se dérobaient au regard dans cette at-mosphère saturée d’humidité. Le brouillard se délitait par endroits en de magnifiques volutes aériennes qui laissaient per-cevoir, de-ci de-là, la musculature étincelante des joueurs trempés. L’air ambiant était surchauffé, tant par la chaleur des douches que par les chants vociférés par l’équipe. La joie était à son paroxysme et se lisait sur les visages fatigués. L’équipe des Yale Bulldogs de New Haven venait de remporter la victoire contre les Harvard Crimson de Cambridge, lors du prestigieux The Game,opposant chaque année les deux équipes universitai-res de football américain et ce, depuis 1875. Le match avait été difficile, sous une météo de novembre capricieuse, où une pluie fine avait suinté du ciel sans discontinuer au-dessus du célèbre Yale Bowl Stadium. Les Yale Bulldogs étaient venus à bout de l’équipe adverse après quatre quarts-temps âprement bataillés. Ethan, lequarterback de Yale, avait rencontré une résistance farouche de la part de l’équipe de Harvard. De plus, lesrunning backs de Cambridge avaient progressé rapidement sur le début de match, leur permettant de gagner de nombreux yards et de conserver l’avantage d’untouchdown, jusqu’au dernier quart-temps. Mais les Bulldogs de New Haven, menés de main de maître par leur jeunequarterback, avaient su renverser l’issue du match et remonter le score avec deuxtouchdowns signés Ethan Wilson. Du jamais vu !
Ethan était le héros du jour et son sens du jeu était reconnu par l’ensemble de ses camarades et leurs entraîneurs. Retournés aux vestiaires, détrempés par ce crachin automnal, ils appré-ciaient leur douche brûlante et n’en finissaient plus de commenter le match, entre deux chants victorieux et bien évi-
9
demment, en enjolivant les phases de jeu héroïques, qui pour-tant ne manquaient déjà pas de panache. Ethan sortit de la douche avant les autres et s’assit sur le banc, sa serviette autour de la taille et son matériel de protection en pagaille à ses pieds. Belle gueule et sourire enjôleur, Ethan avait le profil type de l’athlète, avec des muscles saillants, mais pas surdimensionnés. Il était un objet de convoitise pour un grand nombre de filles du campus, avec sa mâchoire carrée, ses cheveux bruns coiffés en bataille, ses yeux gris et son air char-meur. De plus, il était un étudiant brillant. Il incarnait parfaitement le «men sana in corpore sano» de Juvénal. Il commença à mettre son casque Riddell estampillé d’un Y bleu sur fond blanc, ses épaulières et ses gants en vrac dans son sac, lorsque Jeff vint s’asseoir à côté de lui. Du haut de son mètre quatre-vingt-douze et avec ses quatre-vingt-seize kilos, il lui lança un coup de poing amical dans l’épaule et lui dit : — Tu les as littéralement laissés sur place ! Mais t’aurais dû commencer d’entrée de jeu. Comme ça, on aurait moins stressé. J’ai bien cru qu’on était cuits ! Ethan se contenta d’un sourire en coin et d’un clin d’œil. Jeff était une grande gueule. Son caractère de lion en impo-sait autant que son physique, mais c’était avant tout un grand cœur. — Tu viens arroser ça avec les potes ce soir, hein ? lança Jeff. Ethan répondit : — Non, j’ai un autre plan pour ce soir. Ça tombe super mal, je sais mais… — Quoi ? Tu déconnes ! T’imagines même pas cinq minutes que tu as le choix ! Hé, les gars… y’a Ethan qu’est pas de la partie ce soir. On rêve, non ? — Comment ? C’est une blague ? hurla en cœur le reste de l’équipe. — Je ne dis pas que je passerai pas, mais je me suis engagé par ailleurs et… — Engagé ? Mon cul ! rétorqua Jeff. Comment tu peux t’engager ? Et sur quoi ? Non mais tu débloques plein pot Ethan ! T’imagines pas qu’on va descendre des Buds sans toi, le
10