Aux enfants du Nord

-

Livres
9 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Acculé, sans ressort et sans espoir, le basculement fatal d’un homme perdu dans la France du chômage.


« — Il faut que tu ailles le chercher à dix-huit heures chez Nelly avant de prendre les grands à la garderie. Je rentre tard ce soir.
— J’ai rendez-vous chez l’cardio à quatre heures. Je ne sais pas si je serai sorti.
— T’as appelé mon frère pour le boulot dont il t’a parlé dimanche ? Son copain, il ne va pas attendre cent sept ans que tu lui téléphones.
— Je te dis que je vais chez le cardio et que je ne sais pas si je serai sorti.
— Mais t’as rien. Qu’est-ce que tu me prends la tête avec ça ! Arrête plutôt de jouer à la console et cherche du boulot. Ya six mois tu pouvais plus bouger à cause de ton dos, maintenant c’est le cœur. Et puis ce sera quoi après ? »



Cette nouvelle, fruit d’un atelier d’écriture dirigé par Jeanne Desaubry et organisé par l’association « Tu connais la nouvelle », illustre le thème « Famille, je vous Haime ».

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9791023405002
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Mathilde Bensa Aux Enfants du Nord Nouvelle « Famille, je vous Haime » CollectionNoire sœur
Nelly essayait de se concentrer sur son sudoku.si elle Même adorait ce moment de détente qu’elle s’octroyait le samedi après déjeuner, elle n’arrivait pas à fixer les chiffres. Tandis qu’elle se mordait l’intérieur des joues, son esprit était entièrement occupé par la découverte qu’elle avait faite le matin même en passant l’aspirateur. Il gisait sur le carrelage derrière le canapé, avec son corps de chiffon gris sale, ses oreilles mâchouillées jusqu’à la trame et ses yeux noirs qui la fixaient. Jamais Maël ne se déplaçait sans Doudou, et bien qu’il soit un presque grand en moyenne section, ne pas avoir ce bout de tissu puant la salive rance contre lui le mettait dans un état d’extrême agitation. Le regard de la s exagénaire oscillait de l’écran lumineux de son téléphone, resté muet depuis la veille, à la grille de son jeu. Nelly s’occupait de Maël depuis sa naissance et de son petit frère Matéo, âgé de six mois. Hier, après le goûter, elle avait demandé à Marc, leur père...