22 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Héritage familial

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Un secret de famille incroyable, une histoire hors du commun, un destin bouleversé à jamais...




RÉSUMÉ



« Nous sommes faites de nous-mêmes, mais également de ceux qui nous ont précédés »... c’est ce que Cerise va découvrir à travers sa propre histoire. Son héritage familial à elle prend racine dans les contes de notre enfance, cependant il est loin d’être féérique et va se révéler très difficile à porter.




EXTRAIT


Ce matin-là était un matin comme les autres, sauf que j’avais négligé un détail, cette distraction allait me coûter cher. Une simple lettre oubliée sur mon bureau... Une lettre que j’aurais dû ranger soigneusement, comme toutes les autres. Une lettre qu’il n’aurait pas dû trouver. Il la trouva. Il la lut. Bouleversé, il partit à ma recherche et me cueillit (si j’ose dire) à la sortie des cours.


« Cerise ! Pourquoi ne m’as-tu rien dit ? »


Interloquée, je le fixai bêtement de mes grands yeux mordorés. Il brandit alors le document sous mon nez. En un éclair, je compris, seulement il était trop tard.




NOTE DE L'EDITEUR


Cette nouvelle numérique existe aussi sous format papier, via le titre "Itinéraires Bis".

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 4
EAN13 9791096622412
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Marie H. Marathée Héritage familial
Nouvelle © EDITIONSPLUMESSOLIDAIRES
© EDITIONSPLUMESSOLIDAIRES AUTEUR: MARIEH. MARATHÉE ILLUSTRATIONDECOUVERTURE: PIXABAY RÉALISATIONDECOUVERTURE: IMANEYITAYO CORRECTIONSDUTEXTE: AUDREYMOUI CORRECTIONSETVÉRIFICATIONSDUBONÀTIRER: AUDREYMOUI COLLECTIONNUMÉRIQUE: PLUMESLIBELLULES ISBN : 979-10-96622-41-2 © TOUSDROITSRÉSERVÉSPOURTOUSPAYS SEPTEMBRE2018
Dans la même collection
LADANSEDESTATOUAGES,D’IMANEYITAYO L’APPELDUDESTIN,D’IMANEYITAYO L’ENFANTAUXMILLESOURIRES, MARIEH. MARATHÉE HÉRITAGEFAMILIALE, MARIEH. MARATHÉE
Note de l’éditeur
Cette nouvelle existe également en format papier, v ia le titre « Itinéraires Bis ».
Belle lecture !
Les Éditions Plumes Solidaires
Marie H. Marathée Héritage familial
Nouvelle © EDITIONSPLUMESSOLIDAIRES
Nous sommes faits de nous-mêmes,
mais également de ceux qui nous ont précédés.
C’est seulement aujourd’hui, tandis que je cours da ns les ténèbres vers une hypothétique rédemption, que je comprends enfin la signification de cette phrase qui m’a pourtant hantée toute mon enfance. Au début, cela me semblait plutôt sympathique. Un h éritage familial, tout le monde en a un. Le mien était juste différent. Les plus je unes frémissent de plaisir lorsqu’on leur raconte les contes populaires qui s’enracinent dans notre culture et bercent nos enfances. Moi, je me délectais de mots et de sensat ions, d’un bonheur tremblant et intense à la pensée que cette histoire était un peu la mienne. Je l’ai toujours su, du moins c’est tout comme. La doctrine se transmet d’u ne génération à l’autre, sans fioritures. Nous sommes qui nous sommes. Pourtant, je n’avais pas compris avant ce jour ce que cela impliquait pour moi, et je me cons idérais presque comme n’importe quel autre enfant. Sauf que j’avais un secret. Un s ecret qui a grandi avec moi toutes ces années. Nos ancêtres sont nos gardiens et leurs pas nous ont ouvert la voie. Je n’ai jamais eu vraiment envie de suivre celle qu’on avait tracée pour moi, longtemps j’ai cru que j’avais le choix... Je m’appelle Cerise Red burn, et j’ai vingt-deux ans. J’ai toujours cru qu’il existait une limite bien établie entre les chimères de notre esprit et la réalité, celle qui vous rattrape quoi que vous fass iez. Je me trompais, la frontière s’amenuise sous le poids de nos destinées. Moi, par exemple, quand j’étais petite fille, je désirais travailler dans l’humanitaire et aider mon prochain. Je souhaitais rendre mon existence utile aux autres. Je voulais baigner dans la lumière, et ce sont les ténèbres qui m’entourent. J’ai bifurqué dans ma quinzième an née.
D’aussi loin que remontent mes souvenirs, je vois d u rouge. ELLE adorait le rouge, et il lui allait si bien. Velours, soie ou satin, d oux, voluptueux ou exaltant. C’est sans doute pour cette raison qu’elle m’a affublée de ce stupide prénom aux accents fruités. Le rouge, c’est la vie, me direz-vous, mais pas seu lement. ELLE, c’était Carmen, ma mère. Une créature hors du commun, un être sorti to ut droit d’un conte de fée. Magnifique, ingénue et inquiétante. Elle m’a élevée jusqu’à mon adolescence. Elle me fascinait, les personnes qui croisaient sa route to mbaient invariablement sous son charme déconcertant. Elle était un paradoxe, jouant à la perfection les notes de la femme fatale et celles de la femme enfant. Fuyant e n permanence un danger connu d’elle seule, je crois qu’elle ne s’est jamais lais sée apprivoiser. Sauf peut-être une fois… Lorsque je lui posais des questions sur ...