La traque

-

Livres
9 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Deux enfants, deux époques différentes, une même course effrénée pour échapper à à la barbarie...


« Déjà la foule les cherche du regard. Un gendarme les pointe du doigt. Sans réfléchir, Simon se détourne. Moussa se carapate sans demander son reste... Moussa court, Simon court. Leurs cœurs cognent dans leurs frêles poitrines. Derrière eux, les claquements des bottes à bouts ferrés résonnent en un terrible écho à leur peur. De longues larmes strient leur peau, brouillent leur vue, dégoulinent jusqu’à leurs lèvres déformées en des rigoles de souffrance. D’un revers de manche, ils s’essuient les yeux. »



A travers le destin de deux enfants, Sébastien Gehan mêle les époques et les situations. Rafle des juifs durant la dernière guerre ou expulsions d’immigrants aujourd’hui, deux réalités non comparables, mais une même « barbarie » à l’œuvre.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 7
EAN13 9791023405712
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sébastien Gehan La traque Nouvelle CollectionNoire sœur
En ce 23 février 1942, Le Havre s’enfonce sous la neige.Deux marins allemands baguenaudent à travers les rues de la cité océane... L’enfant qui les croise enfouit un peu plus la tête dans le col de sa vareuse, et ne laisse voir que deux yeux apeurés sous un galurin rapiécé. Les deux hommes s’esclaffent, baragouinent avec un accent rocailleux à réveiller un tourteau, sans lui prêter la moindre attention. Simon laisse échapper un soupir de soulagement. Il revient de chez son pote Pierrot, le fils d’un rémouleur du quartier Saint-François. Pour rejoindre l’hôtel de ville, il aurait pu emprunter l’avenue Foch, mais les Allemands fortifient la ville en vue d’un débarquement des Alliés, et ce n’est plus qu’une succession de corridors bétonnés, d’Allemands en armes et d’ouvriers réquisitionnés. Même les arbres sont en trompe-l’œil. Les Allemands essayent de transformer la ville en une forteresse imprenable grâce au mur de l’Atlantique. Pas le genre d’endroit à fréquenter quand on est Juif. Il longe le quai Notre-Dame, s’arrête un instant devantL’Hôtel du Globe. La lecture du menu lui rappelle qu’il n’a pas mangé depuis la veille au soir, et son ventre crie famine. Le patron duCafé de...