La vengeance de Wandu

-

Livres
9 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La vengeance est un plat qui se mange froid. La recette de l’Indien sera mortelle.


« — Saviez-vous que les arbres parlent ? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous écoutez. L'ennui avec les Blancs, c'est qu'ils n'écoutent pas ! Ils n'ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu'ils n'écouteront pas non plus les autres voix de la nature.
— Pourquoi est-ce que tu me dis cela ?
— C’est une phrase que nous autres Indiens aimons beaucoup, cela veut dire qu’il faut écouter la nature, la regarder, apprendre d’elle, la respecter.
— Je ne suis pas venu ici pour une leçon de sagesse l’indien, mais parce qu’il se dit que tu as des vertus de sorcier, de guérisseur, et moi, je ne vais pas bien. »



Petrosky, ouvertement partisan, raconte une histoire comme il y en a eu des milliers pendant deux siècles. Mépris des autochtones, violence, génocide. Mais parfois, le « sauvage » se rebiffe.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 8
EAN13 9791023404463
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Stanislas Pétrosky La vengeance de Wandu Nouvelle CollectionNoire sœur
« Saviez-vous que les arbres parlent ?Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous les écoutez. L'ennui avec les Blancs, c'est qu'ils n'écoutent pas ! Ils n'ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu'ils n'écouteront pas non plus les autres voix de la nature. — Pourquoi est-ce que tu me dis cela ? — C’est une phrase que nous autres Indiens aimons beaucoup, cela veut dire qu’il faut écouter la nature, la regarder, apprendre d’elle, la respecter. — Je ne suis pas venu ici pour une leçon de sagesse, l’Indien, mais parce qu’il se dit que tu as des vertus de sorcier, de guérisseur, et moi, je ne vais pas bien. » L’homme était trempé de sueur, pris de tremblements, la couleur de sa peau était jaune et ses yeux fiévreux. Wandu ne l’aimait pas ; Wandu n’aimait...