Revival

-

Livres
20 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Un crime que votre entourage veut occulter à toute force peut révéler au final votre talent de vengeur golfique.


Il vérifia que le père Noël dormait toujours dans le cagibi à la porte verrouillée, puis alla à la salle de bains où il prit une douche qui dura un bon quart d’heure – s’il ne se morigénait pas, il était capable d’y rester chaque fois une heure, tant il avait l’impression que jamais, ô grand jamais, la crasse ne parvenait à s’ôter de la peau de son corps pour de bon.
Séché, vêtu comme pour un réveillon, il rejoignit le vaste salon-salle à manger, se servit un martini blanc gin avec un zeste de citron, y plongea un glaçon, et alla s’asseoir sagement dans un coin de son canapé Chesterfield vert bouteille.
Il lissa son pantalon aux plis impeccables et attendit.



Gilles Vidal maîtrise son sujet avec brio, un style d’une grand efficacité au service d’une histoire au cordeau et enfin une chute noire implacable.


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9791023402575
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
 

  
2
C’était indéniablement l’heure où les gens invités allaient devoir sortir. Pour ne rien rater des festivités qui s’annonçaient. Mais remettre le nez dehors par un temps pareil relevait de la sortie dans le vide, un parachute plié dans le dos, pour quelqu’un ayant le vertige. Ce qui était le cas de René Vindi – il avait le vertige, et détestait le froid. Aussi. Dans les rues de la ville, en effet, les rafales de vent glacial s’étaient intensifiées et balayaient horizontalement le bitume, et l’on n’apercevait, malgré la soirée exceptionnelle qui s’annonçait, que de rares passants se dépêchant, cassés en deux sur les trottoirs, formes fantomatiques, brouillées, évanescentes, s’estompant dans la brume blanche transpercée de temps en temps par les
3
phares aux pinceaux pointus des automobiles aux carlingues givrées. René Vindi laissa retomber le rideau de la fenêtre de son salon en poussant un petit soupir. Il haïssait Noël et tout son folklore, sa liturgie. Il haïssait les pères Noël aussi. Et encore, et surtout, il était désespéré. Pourtant, il était sorti, oui, un peu plus tôt dans la soirée, et il avait bien dégusté, malgré les sous-vêtements en Thermolactil, les deux pulls l’un sur l’autre, le loden boutonné jusqu’au cou, le cache-nez bien noué et le bonnet enfoncé jusqu’aux lobes des oreilles. Et il avait erré un bon moment par les rues avant de trouver celui qu’il avait repéré depuis deux jours déjà. En fait, chose plutôt incroyable, cela s’était passé comme sur des roulettes. Pas d’embrouille, pas d’imprévu, pas de chausse-trappe. Il faut dire que le père Noël était déjà plus que gris, disons gris
4
foncé. Il n’avait eu aucun mal à le ramener chez lui en lui faisant miroiter une carotte en forme de litrons grands crus bourgeois classés haut de gamme. Pourtant, il lui avait fallu vaincre sa timidité maladive, « prendre sur lui ».
En retombant, sa main qui avait relâché le rideau avait frôlé le montant de la fenêtre, et il avait imperceptiblement tressailli. Il posa lentement l’index sur le bois vernissé et lui fit faire quatre centimètres latéralement. De la poussière. Certes, pas beaucoup, disons même très peu, mais de la poussièretout de même. Cela le mit en rogne en un tournemain. Il courut au petit trot jusqu’à sa cuisine et en revint avec un sachet de lingettes spéciales attrape-poussière. Il se mit à astiquer le montant, puis finalement la fenêtre entière.
5
Il avait toute une collection de paquets de lingettes, chaque fois pour un usage spécifique – des lingettes pour les vitres, des lingettes pour cirer les meubles en bois, des lingettes pour les WC et la salle de bains, des lingettes pour les surfaces de matériel informatique et les télévisions, des lingettes microfibres – bref, de quoi récurer la maison la plus exigeante de fond en comble. Car les femmes de ménage ne sont plus ce qu’elles étaient, n’est-ce pas ? On ne peut plus compter sur elles, on a beau avoir les moyens de leur proposer le double du prix normal, elles s’arrangent toujours pour ne pas faire leur travail convenablement, pour laisser encore et toujours des grains de poussière, des maudits, maudits grains de poussière. Sentant son cœur battre la chamade, il arrêta ses mouvements furieux.>>>>
6
Pour consulter le catalogueNoire Sœur (Romans et nouvelles noirs) Une seule adresse : http://skaediteur.net
En savoir plussur l’auteur…
7