Ze cercle

-

Livres
454 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Iouropa Clarkov, jeune femme d'une fascinante beauté, fille d'un célèbre galeriste parisien en art contemporain, est retrouvée sauvagement assassinée pour avoir tenté de détruire le cercle. Mais quelle est donc cette nébuleuse dont l'obscur pouvoir de contrôle s'exerce sur la docile armée des pitoyables ? Marcel Duvier, flic à la retraite, et John-John Joshua Bluwer, journaliste à bout de souffle, tentent en vain de démasquer le meurtrier psychopathe de la jeune martyre sacrifiée. Un polar politiquement incorrect dans lequel Goliath, l'inéluctabilité des choses, la pensée unique et la gestion des masses auront raison de David. Ce n'est pas le crime qu'il faut montrer du doigt mais la société qui va mal.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 décembre 2016
Nombre de lectures 8
EAN13 9782140024559
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0172€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ze Cercle
Jacques Hiver
Ze Cercle ou Le Martyre de mademoiselle Iouropa Clarkov
Roman
collection Amarante
Ze Cercle ou Le Martyre de mademoiselle Iouropa Clarkov
Amarante Cette collection est consacrée aux textes de création littéraire contemporaine francophone. Elle accueille les œuvres de fiction (romans et recueils de nouvelles) ainsi que des essais littéraires et quelques récits intimistes.
La liste des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le sitewww.harmattan.fr
Jacques Hiver Ze Cercle ou Le Martyre de mademoiselle Iouropa ClarkovRoman
Première édition :Ze Cercle, Atlantica Séguier, 2011.© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10643-4 EAN : 9782343106434
« La beauté sauvera le monde » DostoïevskiL’IDIOT(1869)« L’univers magnifique et lugubre a deux cimes, Ô vivants, à ses deux extrémités sublimes, Qui sont aurore et nuit, La création triste, aux entrailles profondes, Porte deux Tout-puissants, le Dieu qui fait les mondes, Le ver qui les détruit. Victor HugoLA LÉGENDE DES SIÈCLES(1855-1876)« La démocratie est le nom que nous donnons au peuple toutes les fois que nous avons besoin de lui. » Robert de Flers & Gaston Arman de CaillavetL’HABIT VERT(1917)En amicale reconnaissance aux fidèles lecteurs de la trilogie Ze Cercle, cette réédition du premier tome.
PROLOGUE «Dans le Cercle, tout roulait plutôt bien. Hors du Cercle, rien ne tournait déjà plus rond. À l’extérieur du Cercle vivaient les Pitoyables. Invoquant l’Égalité de tous devant la Loi, les Pitoyables avaient volontairement effacé le tracé du Cercle dans lequel tout roulait plutôt bien et en dehors duquel rien ne tournait déjà plus rond. Ainsi, plus personne ne savait où se situaient l’en-dedans et l’au-delà du Cercle. Encore moins les Pitoyables qui n’en revenaient pas eux-mêmes. C’était désormais le bordel pour tout le monde, sauf pour les poètes qui, la tête tournée vers les étoiles, contemplaient l’éternité en souriant aux anges…» Je ne regrette rien de ces mots écrits quelques années avant l’effroyable drame dont personne n’a jamais parlé – même pas la Pressepeople! – et qui, raison essentielle de ce livre, n’exprimera jamais rien d’autre que le symbole d’un arbre cachant une forêt. Impénétrable. À cette bien triste époque – pas si lointaine – ma vision des choses de la société était assez réactionnaire. J’étais jeune. Et je m’imaginais alors qu’à toute action – d’où qu’elle vienne et quelle qu’elle puisse être – correspondait une réaction logique et naturelle. Un simple truisme, très respectable, que rien ne saurait remettre en question. De la simple physique élémentaire en somme. C’était sans compter sur les manipulateurs adeptes de l’étiquetage péjoratif des choses. Un réactionnaire ne pouvait être qu’un être malfaisant. Un briseur de progrès. Certainement pas une évidence physique. D’innombrables langues de bois s’exprimèrent alors sur tout et sur rien. La Pensée unique poussait comme du chiendent. Et personne n’aurait envisagé arracher cette mauvaise herbe afin de la brûler dans un coin de jardin.
9