De l
263 pages
Français

De l'avenue Kennedy au métro Château-Rouge

-

Description

Ce recueil constitue une écriture en pointillés à partir des "vies précaires" qui luttent et rusent contre les difficultés de leur vie quotidienne. Des itinéraires de la débrouillardise et de la lutte contre la précarité, tirés de la vie réelle ou personnages de fiction.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 avril 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140147203
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

ISBN : 978-2-343-19709-8
FrançoisXavier AKONO
DE L’AVENUE KENNEDY AU MÉTRO CHÂTEAUROUGE Chroniques du monde d’enbas
DE L’AVENUE KENNEDY AU METRO CHÂTEAU-ROUGE Chroniques du monde d’en-bas
FRANÇOIS-XAVIER AKONO
DE L’AVENUE KENNEDY AU METRO CHÂTEAU-ROUGE Chroniques du monde d’en-bas
© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
ISBN : 978-2-343-19709-8 EAN : 9782343197098
SOMMAIRE
AVANT-PROPOS....................................................................................................9 1. Avenue Kennedy............................................................................................11 2.Objections d’un enfantde la rue à la société des savants ............................19 3. Je réfléchis sur les ordures .............................................................................23 4.Je n’aime pas les gens qui ont les maux de poche.......................................27 5. Jeunes et dégourdis.........................................................................................31 6. Un fonctionnaire galérien..........................................................................35 7. Mon quotidien de vendeur d’arachides.........................................................39 8.Où est l’eau? ..................................................................................................43 9. Je suis une chansonnière ambulante..............................................................45 10. La vendeuse de safous ...................................................................................49 11.J’habite dans une voiture...............................................................................55 12. Le coiffeur de Barbès .......................................................................................57 13. « Ma vie ne donne pas »...................................................................................61 14. Un « sauveteur africain» à Paris ......................................................................65 15. Je cherche du travail à Paris. ............................................................................69 16. Je suis une personne âgée dépendante.............................................................73 17. Je suis le fou du quartier. ..................................................................................77 18. CLOPIN..........................................................................................................81 19. Fidèle au poste. ...............................................................................................85 20. Je suis Petru, travailleur dans les métiers de la mendicité ...........................87 21. Je suis un mendiant parisien. .........................................................................93 22. Je suis un mendiant parisien (2). ...................................................................95 23.Je suis un expulsé de l’Union Européenne...................................................99 24. Je suis un pingouin à la Prison Centrale de Douala ...................................105 25. Des préjugés au sujet des « black ».............................................................109 26.J’habite une tente qui n’est pas la mienne..................................................115 27. Jadis surnommé « saoudien », me voilà dénommé «Tolambo» (« rien »)…..................................................................19.1......................................... 28.D’Adjamé à Barbès......................................................................................123 29. Du bruit des gradins au silence dans la rue.................................................125 30.Je suis un Français d’origine camerounaise qui aime le pays de ses parents....................................................................................................................129 31. Libres debout. ...............................................................................................133 32.Je rêve d’une autre société...........................................................................137 33. «Débrouiller n’estpas voler» ....................................................................140 34. Le cordonnier ambulant .................................................................................145 35. Le livreur de pains........................................................................................149 36. Les bayam salam (les revendeuses de fruits et légumes)...........................153 37. Les souliers du galérien................................................................................157 38. Nkom-bred, le boulanger .............................................................................159
7
39. La musique dégagée .......................................................................................161 40. L’Akrika, le marché aux puces: alias yougou-yougou................................165 41. L’incivisme par les ordures............................................................................173 42. L’Akrika........177.................................................................................................. 43. Participation ou contribution ?.......................................................................179 44. Les bars ou l’oubli du souci...........................................................................183 45. Les crevasses dans les rues de Mendong......................................................187 46. Le motprovisoire vu d’Emombo, unquartier de Yaoundé.........................191 47. Penser le bruit dans les quartiers de Yaoundé...............................................195 48. Bruit, bière, danses..........................................................................................199 49. Au nom dequel Dieu ?...................................................................................207 50. Un nouveau bar ...............................................................................................209 51. L’escroc de service.........................................................................................211 52. Sur les routes ...................................................................................................215 53. Noël frénétique................................................................................................219 54. Le délire de la nouvelle année........................................................................223 55. Les lendemains festifs qui déchantent ...........................................................227 56. Le cargo de Kinshasa......................................................................................231 57.Sehouè, l’infirmier de secours.....................................................................232 58. Kinshasa dans le noir ou l’envers de la modernité.......................................235 59. Si tu vas à Yaoundé…....................................................................................239 60. Le piéton, la piétonne de Yaoundé. ...............................................................241 61. Contourner le nid depoule. ............................................................................243 62. L’UEFA Champions League à Yaoundé, la ville aux sept collines...........245 63. Le concept de vie mauvaise à Angossas- Est Cameroun : phénoménologie de l’adversité existentielle (Albert Akono).........................................................247 64. La coiffeuse tchadienne de Château-Rouge et son image de l’Afrique.512... 65. Postscripmoment avec FABIEN EBOUSSI BOULAGA :tum. Mon autodétermination et transmission de l’humain..................................................255
8
De l’Avenue Kennedy au Métro Château-Rouge. « Chroniques du monde d’en-bas » Je dois ce sous-titre à un pastiche de l’expression de SOPRANO :« regarde-moi, je suis la France-d’en-bas ; je vis au quotidien ce que tu ne comprends pas, juste en bas de chez toi ». La phrase de Soprano traduit notre regard sur les situations existentielles où les hommes et femmes affrontent la précarité. Le regard porté par les précaires sur leur quotidien renvoie ainsi à une trame où exister revient à lutter.Malgré cette place défavorisée, il revient d’exister dans la dignité ou quelquefois ruser avec les principes, parfois bafouer ceux-ci afin d’avoir une place au soleil ou alors refuser de se contenter de vivoter en situation de débrouillardise.
Le présent recueil constitue donc une écriture en pointillés à partir des «vies précaires» (Guillaume Le Blanc) qui luttent et rusent contre les difficultés de leur vie quotidienne. Les personnages mis en scène dans ce récit pluriel sont souvent tirés de la vie réelle; d’autres sont des créatures de fiction selon des expériences réelles constatées sur les marges des villes européennes ou africaines. Ces personnages nous sont inspirés par les nombreuses personnes des trottoirs parisiens qui s’assoientsouvent à même le sol, munies de pancartes indicatrices de leur condition ou qui emploient desfeuilles de cartons qu’ils étalent à même le solde afin dormir. La vie des personnes des trottoirs de Yaoundé, Douala, voire de Paris nous inspirent également les stratégiespar lesquelles elles luttent pour leur survie.C’estaussi une suite de méditations sur la luttepour la survie àpartir duquotidien dequelques Africains. Ici, « le livreur de pains », là le boulanger, les vendeurs de friperie, le cordonnier ambulant, les nombreusespersonnes de l’Avenue KennedyYaoundé. Ces de personnes vivent dans un environnement oùpullulent les bars à haute nuisance sonoredans lesquels l’alcool coule à flots. Elles voient l’incivisme se développer sous la forme d’unegestion calamiteuse des ordures ménagères. Yaoundéqui est leur lieu d’habitation est aussi une ville caractériséepar la négligence de l’entretien routier. Du temps d’Étienne de la Boétie, divertirpar l’usage de l’alcoolétait unpuissant somnifère. Les textes suivent une dynamique hybride inspirée par l’art des chroniqueurs, libres de créer à partir de ce qui se passe.
9