L

L'Usage du désert

-

Livres
221 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une expédition dans le Désert de l'Ouest égyptien part à la recherche d'une légendaire Ville Blanche évoquée dans un ancien conte arabe du Livre des Perles. Les voyageurs n'y croient pas trop, voire pas du tout, à cette Ville Blanche, et chacun s'interroge selon son histoire et sa personnalité. Que sont-ils donc venus chercher dans ce désert où périt l'équipage du Lady be Good, un bombardier américain de la dernière guerre ?

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 décembre 2013
Nombre de lectures 11
EAN13 9782336333045
Langue Français
Signaler un abus
Gérard Pouhayaux
L’Usagedu désert Roman
L’Usage du désert
Gérard POUHAYAUXL’Usage du désert Roman
DU MÊME AUTEURLe Gaoulé. Une révolte à la Martinique sous la Régence, L'Harmattan, 2007. © L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02292-5 EAN : 9782343022925
« Loin dans le désert, à des jours et des nuits de marche vers le sud, il est un endroit où des sources irriguent d'innombrables palmiers et des vignes immenses. Pour le trouver, cet endroit, il suffit au voyageur de découvrir l'entrée cachée de la vallée et de poursuivre son chemin dans le lit de l’oued vers l’ouest jusqu'à deux montagnes très élevées qui ont la forme remarquable de deux pics jumeaux. C’est de là que part le chemin qui conduit à l’entrée de la ville. C'est une ville blanche comme une colombe. D’ailleurs ses armes, sculptées sur les vantaux de son portail qui est fermé en permanence, représentent trois colombes dans un nid en forme de croissant. Prends la clé dans le bec de l’une des colombes et ouvre le portail. Pousse jusqu’au château dans l’ombre fraîche des ruelles bordées par les riches demeures des habitants du lieu. Ne sois pas inquiet du silence qui règne dans la ville. Ses habitants dorment. Ne les réveille pas par un vacarme incongru. Le roi et la reine dorment eux aussi, dans une chambre richement ornée du château. Ne t’en approche pas, prends seulement le trésor et rentre chez toi dans la paix d'Allah… » kitab al kanuz
1 Le départ Lesvoitures quittent l’ombre de la palmeraie. Les maisons se font plus rares. La rue est maintenant défoncée de nids-de-poule et de fondrières. Devant, en levant le regard vers le ciel d'un bleu éblouissant, on distingue dans une brume de chaleur jaunâtre le passage que la colonne va franchir en quittant la vaste cuvette de l’oasis, qui abrite plusieurs villages ethameaux. George range le plan de route dans la boite à gants et se retourne pour vérifier que les autres Toyota suivent bien. À l’arrière, Jacques et Hélène, chèche autour du cou, regardent le paysage en se tenant la main. Lacaravane s'étire ; chaque voiture se donne du champ pour éviter le nuage de poussière que soulève celle qui la précède. Un commerçant ventru sommeille devant un éventaire de pastèques, d’oranges, de dattes et de quelques légumes. Sur le bas-côté de la rue, un chien étique cherche fortune dans un tas d’ordures. Quelques palmiers dépassent de hauts murs chaulés de blanc qui dissimulent aux regards des maisons cubiques dont la géométrie approximative a ignoré niveau à bulle et fil à plomb. Ici, une fresque colorée retrace la pérégrination du propriétaire jusqu'aux Lieux Saints: un chameau famélique à la lippe dédaigneuse lève des yeux chassieux vers un avion qui survole une Kaaba au dessin naïf. Là,un arbuste rabougri laisse échapper d'un jardin quelques branches dont l’ombre modeste rature le trottoir défoncé. De loin en loin, des tamaris chétifs, souffreteux et gris de poussière tentent de survivre sous le soleil implacable dans l’attente de l’arrosage parcimonieux que les autorités municipales leur octroient de temps à autre.
9