La Barbarie des exils

La Barbarie des exils

-

Livres
148 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fille d'un commandant français en poste en Algérie durant la guerre de libération, la petite L. s'imprègne du monde qui l'entoure, de sa chaleur qui la hantera à jamais, jusque dans l'exil. Lumineux souvenirs d'enfance. Puis viendra l'exil et sa barbarie, le bateau pour la France, la brutalité de l'arrachement, l'insoutenable cassure. L'abandon à jamais. Un roman puissant et fort, un rythme très personnel, comme des pulsations qui entraînent le lecteur vers les profondeurs de l'être confronté à la force de l'histoire en marche.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 05 août 2016
Nombre de lectures 7
EAN13 9782140016257
Langue Français
Signaler un abus
s exils
Martine Lyne Clop
La Barbarie des exils Roman
La Barbarie des exils
collection Amarante
Amarante Cette collection est consacrée aux textes de création littéraire contemporaine francophone. Elle accueille les œuvres de fiction (romans et recueils de nouvelles) ainsi que des essais littéraires et quelques récits intimistes.
La liste des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le sitewww.harmattan.fr
La Barbarie des Exils
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09450-2 EAN : 9782343094502
Martine Lyne Clop La Barbarie des Exils
Je tiens à remercier particulièrement Marc Caumel Lavie de Sauvejunte, docteur en psychiatrie, psychanalyste et philosophe pour son soutien indéfectible et la richesse de ses séminaires ; Kossi Effoui, dramaturge, chroniqueur, romancier (Grand prix littéraire d'Afrique noire) pour ses encouragements et ses précieux conseils ; Hervé Pierkarski, philosophe, poète, écrivain pour la qualité de sa transmission littéraire et ce qu’elle provoque ; Les Éditions L’Harmattan pour leur confiance.
En souvenir de Maggy Albe.
À Sarah, ma fille.