La Pierre de Ginnhe - Tome II

-

Livres
224 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dié dut alors prendre le rôle de Maître des Enfers. Il mit alors tous ses efforts à bâtir à son idée les enceintes des profondeurs qu'on lui imposait et se jura de rattraper le temps perdu. De ses propres mains, il façonna les remparts de son Empire. Pendant ce temps, la Pierre, extraordinaire et chargée de pouvoirs, enfouie au plus sombre de l'Enfer, respirait toujours, renfermant en son sein son dessein originel en même temps qu'une soif de châtiment ultime. Dié avait alors maudit la Pierre car il fit le serment d'en devenir son gardien unique. Della, l'Inférieur, le Maître... Acteurs que l'on retrouve pour ce deuxième volume de "La Pierre de Ginnhe", où s'entrelacent intimement action, passion et ironie, au fil d'une quête toujours plus nerveuse et inattendue. En nous entraînant entre le rêve et la réalité, l'ici-bas et les sphères infernales, Sylvie Petit signe un roman décidément audacieux et téméraire, riche en surprises et qui lève un peu plus le voile sur un artefact ardemment convoité.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 avril 2015
Nombre de visites sur la page 5
EAN13 9782342036664
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0079 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La Pierre de Ginnhe
Du même auteur
La Pierre de Ginnhe, Tome 1 – Le Feu, éditions Publibook, 2011
Sylvie Petit La Pierre de Ginnhe Tome II – Abîmes
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0120158.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
La porte s’était ouverte sur un curieux nuage de vapeur. Je penchais légèrement la tête en plissant les yeux, puis je passais inutilement une main sur ma pèlerine, afin de la défroisser. Je l’eus d’ailleurs bien ôtée, car j’avoue qu’à cet instant, j’avais horriblement chaud. Alors que je fonçais droit devant moi, j’entendis gron-der : « Attention ! » J’eus le réflexe de m’accrocher à une espèce de volige étroite. Je fermais les yeux en me mordant l’intérieur de la bouche. Aussi, je maugréais. Avec effort je me redressai et balançai une jambe sur ce qui me sembla être une planche suspendue au milieu de nulle part. Je me relevais lente-ment et j’essayais de suivre cette mince passerelle au-dessus de la brume épaisse. Quand je fus parvenue à son extrémité, je levais les yeux nerveusement. Je le vis enfin. Il avait l’air grand, considérablement grand. Installé dans un immense fauteuil ambré aux appuie-bras sertis me sembla-t-il de gemmes grenats, il m’observait d’un air revêche. Son épaisse chevelure feu n’avait d’égale que sa barbe. Son visage était étonnement jeune et ses yeux luisaient d’un rouge étonnant. Je me raclais la gorge tandis que j’approchais de quel-ques pas. « C’est vous, n’est-ce pas ! » Dis-je simplement. Il conserva un visage glacé et croisa les jambes dans l’autre sens.
9
La gorge serrée, je soupirai. J’eus presque prié pour me retrouver ailleurs mais je refoulai aussitôt cette idée bien sur. Il haussa un sourcil plus que broussailleux et demanda : « Qui pourrais-je être ? » Je me contrains alors un sourire forcé, très intimidée d’entendre enfin le son de sa voix. « J’ vous ai trouvé enfin, c’est vous ! » « Très fort ! » Morigéna-t-il. « Maître ! J’y suis arrivée ! » Il toussota légèrement. « J’ai… Failli attendre ! » Je baissais subitement la tête et m’inclinais dans une révérence empressée. J’attendais en me demandant ce que je devais faire. J’entendis qu’il se levait et je fixais ses pieds quand il tourna autour de moi. « Alors ainsi… Tu es là ! » Je restais prostrée, un genou à terre. Il tourna les talons. « Relèves-toi ! » Ordonna-t-il. Je m’exécutais et je le regardais se rasseoir dans son fauteuil. Je fis remarquer : « Je ne vous imaginais pas comme ça… Si je puis me permettre ! » Il étira un sourire étrange. « Oh ! Tiens donc ! Comment me voyais-tu ? » « En fait… Je ne sais pas, plus vieux peut-être ! » Il me jaugea, l’air étonné et éclata de rire, un rire reten-tissant qui le fit se plier en deux. Il eut un geste évasif de son bras gauche et il se releva aussitôt, les mains sur les hanches. « Et là… Tu me vois comment ? » Je baissais les yeux, complètement déconcertée, alors qu’il effectuait un tourbillon sur lui-même. « Et bien… Remarquable ! » Osais-je.
10