La Porte des Sorcières
47 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

La Porte des Sorcières

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
47 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Dans cette Venise du bout de l’univers, tout tombe en ruine, les derniers robots, les machines, aussi bien que les vieux palais solitaires. Depuis plus d’un siècle, la ville vit isolée et ne capte plus des autres planètes que de curieux messages qui semblent venir de l’Au-delà.
Lorsque d’étranges lueurs viennent hanter les canaux désolés de la cité lacustre, plongeant les derniers hommes dans des rêves inquiétants et les forçant à les rejoindre sous les flots, tout semble perdu pour ses habitants.
Défiant l’Inquisition qui règne d'une main de maître sur la ville, Ygraine a retrouvé dans un vieux grimoire le secret de la gomme noire, de la gomme des sorcières.
Aidée de quelques amis et d’un robot défectueux qui prédit l’avenir, la jeune femme se lance dans une course de vitesse pour lutter contre ce fléau qui a décimé les hommes à travers la galaxie. Elle est prête à combattre la Mère des Éphémères et à risquer sa vie sur les nefs de feu de l’Inquisition pour réussir à créer un passage, à ouvrir une porte : la Porte des Sorcières.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 43
EAN13 9791095442370
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait


1


la porte deS sOrCiereS

SYLWEN NORDEN

2

la porte deS sOrCiereS



²Les démons existent-LOV "
² -H QH VDLV SDV PDLV GHSXLV TXH MH VXLV XQH VRUFLqUH LO \ D SDUIRLV GHV FKRVHV TXL P¶DSSHOOHQW OD QXLW
Frater Rudolph,5pFLWV G¶,QTXLVLWLRQ HW GH 7pQqEUHs UHFXHLOOLV HQ O¶DQ2798, planète Sigil-6

Le vent, la nuit, la peur.
Harold Kempler,/HWWUH RXYHUWH j O¶2EVFXULWp, Munich 1746, planète Terre




La lune brillait à la pointe des vagues.
(W F¶pWDLW TXHOTXH FKRVH GH EHDX HW G¶HQLYUDQW -H OD YR\DLV TXL Ve levait au-dessus de cet
océan sans limites. À sa surface, des clartés mortes dansaient. Des jeux de lumière dus aux
grandes roches siliceuses qui barraient sa sphère opalescente.
Et ce soir, entre les nuages qui montaient du Nord, son éclat paraissait encore plus
YpQpQHX[ TXH G¶KDELWXGH
© /DOXQH GHV VRUFLqUHV ª QHSXV-MH P¶HPSrFKHU GH PXUPXUHU HQ FRQWLQXDQW GH PkFKHU OD
gomme noire.
/H YHQW VRXIIODLW GX ODUJH HW DJLWDLW PHV FKHYHX[ 6L TXHOTX¶XQ P¶DYDLW YXH Oj VXU OD
grande jetée, offerte aux éléments et baignée par les effluves magiques de la lune et les
HPEUXQV YHQXV GH O¶RFpDQ MH VXLV FHUWDLQH TX¶LO DXUDLW SUpYHQX OHV SUpODWV GH O¶,QTXLVLWLRQ
Ces pourceaux sans jugement et sans imagination.
Mais ici, dans cette partie abandonnée de la ville, bien peu de monde osait encore
V¶DYHQWXUHU DSUqV OH FUpSXVFXOH 'HUULqUH PRL DX ERUG GH OD QXLW PRQWDQWH OHV FDQDX[ GH OD
FLWp FODSRWDLHQW VRXUQRLVHPHQW /D YLOOH TXL Q¶pWDLW TX¶XQH 9HQLVH H[WUDWHUUHVWUH XQH 9HQLVH
mortifère, perdue au sein des marées conYXOVLYHV G¶XQH SODQqWH RFpDQH
'DQV PRQ GRV 2UDFOH ILW XQ EUXLW G¶HQIHU HQ KHXUWDQW MH QH VDLV TXHOOH VDOHWp TXL WUDvQDLW VXU
le sol. Heureusement, le tintamarre fut rapidement avalé par la violence des vagues qui
YHQDLHQW V¶pFUDVHU VXU OD MHWpH
Je me reWRXUQDL YHUV OXL DYHF DJDFHPHQW PDLV LO ILW VHPEODQW GH V¶LQWpUHVVHU j OD JUDQGH
IDoDGH URQJpH SDU OH VHO G¶XQ SDOD]]R IDQW{PH 8Q LQVWDQW VRQ pFUDQ YHQWUDO VH PLW j OXLUH
GDQJHUHXVHPHQW VRXV OD OXPLqUH GH OD OXQH MH FUXV PrPH TX¶LO DOODLW V¶DOOXPHU HW M¶HQ YLQV j
PH GHPDQGHU VL F¶pWDLW YUDLPHQW XQH ERQQH LGpH G¶HPPHQHU FH JURV EDORXUG GDQV PHV
H[SpGLWLRQV QRFWXUQHV 3XLV MH PH VRXYLQV GX QRPEUH GH IRLV R VHV SURSKpWLHV P¶DYDLHQW
VDXYpH GH OD TXHVWLRQ HW GX EFKHU 6XUWRXW GHSXLV FHWWH QXLW R M¶DYDLVdécouvert le grimoire
GH /LVD YRQ %OXW GDQV OHV VDOOHV SRXVVLpUHXVHV G¶XQ SDODLV KDQWp SDU OHV FRXUDQWV G¶DLU *UkFH j
FH OLYUH M¶DYDLV UHWURXYp OH VHFUHW GH OD JRPPH QRLUH HW ODQFp PRQ SUHPLHU VRUWLOqJH
0DLV O¶KHXUH Q¶pWDLW SDV DX[ VRXYHQLUV HW MH P¶pORLJQDL GH OD MHWpHIl Palazzo della Luna
Nera VH FDFKDLW DX IRQG G¶XQH VXLWH GH FDQDX[ j GHPL REVWUXpV 6HV KDXWV PXUV YHUGkWUHV OHV
yeux sans pupille de ses fenêtres, ses pilotis mangés par les concrétions, se trouvaient à
O¶DQJOH G¶XQH UXHOOH TXL GRQQDLW VXU OD MHWpH &¶pWDLW Oj GDQV OHV HDX[ QRLUHV GX FDQDO TXH OHV
plants de noctules étaient les plus beaux et les plus nombreux. Et je comptais bien en ramener
XQ RX GHX[ VDFV /¶HQGURLW Q¶pWDLW SDV IDFLOH G¶DFFqV VXUWRXW j SLHG PDLV M¶pYLWDLV DXWDQW TXH
SRVVLEOH GH SUHQGUH XQH EDUTXH &¶pWDLW XQ PR\HQ GH WUDQVSRUW SOXV UDSLGH PDLV SHX GLVFUHW HW
je préférais faire de nombreux détours et raser les murs pour échapper aux patrouilles de

3

O¶,QTXLVLWLRQ SOXW{W TXH GH ULVTXHU G¶rWUH VXUSULVH VXU O¶HDX j PLQXLW VDQV DXFXQH UDLVRQ
valable de me trouver là.
-H MHWDL XQ GHUQLHU FRXS G¶°LO j O¶RFpDQ /H FLHO pWDLW GH QRXYHDX FRXYHUW /HQWHPHQW OD
tempête montait du large. Le vent amenait avec lui des nuages qui ne laissaient plus filtrer de
OD OXQH TX¶XQH FODUWp VDXPkWUH $X ORLQ GHV IODPPqFKHV G¶pFXPH GDQVDLHQW FRPPH XQH
GHQWHOOH VSHFWUDOH j OD OLPLWH GH O¶KRUL]RQ 7RXW FHOD pWDLW EHDX HQYRWDQW HW GRQQDLW HQYLH GH
se jeter dans les flots déchaînés et dePRXULU GDQV O¶pWUHLQWH XOWLPH HW VDOpH GH O¶2FpDQ
0DLV MH GHYDLV YLYUH 4XHOTXH FKRVH WRXW DX IRQG GH PRL PH GLVDLW TXH M¶DOODLV DYRLU XQ
rôle important à jouer dans les événements à venir. Et dans cette prédiction-Oj 2UDFOH Q¶\ pWDLW
pour rien.
Soudain des voix me parvinrent, lointaines, perdues dans la tempête qui fonçait sur nous.
,QVWLQFWLYHPHQW DWWUDSDQW OH URERW SDU OH EUDV MH UHFXODL MXVTX¶j O¶HQWUpH GH OD UXH HW
P¶HQIRQoDL GDQV O¶RPEUH G¶XQ SRUFKH
3DU XQH JULOOH EUDQODQWH M¶DSHUFHYDLV OH FDOPH FKXFKRWDQW G¶XQ MDUGLQ LQWpULHXU 'HV IHXLOOHV
à demi phosphorées remuaient du sommeil agité de la nuit, des ombellifères bleutées
QDJHDLHQW DX PLOLHX G¶XQ SDUWHUUH G¶KHUEHV JULVHV HW GDQV XQ UHFRLQ GH YpJpWDWLRQ O¶HDX
V¶pFRXODLW SpQLEOHPHQW G¶XQH IRQWDLQH 'HV WDFKHV GH PRXVVHV V¶pOHYDLHQW MXVTX¶DX[ PDUEUHV
GHV EDOFRQV /¶HQVHPEOH VXLQWDLW O¶DEDQGRQ HW OD WULVWHVVH
'DQV OD UXHOOH OHV EUXLWV GH SDV VH UDSSURFKDLHQW 'HV ULUHV SDUYHQDLHQW MXVTX¶j PRL HW GHV
phrases se perdaient en borborygmes dans le vent. La pluie claquait à présent sur les pavés et
fouettait les façades des palais.
Cachée sous mon porche, je vis alors passer plusieurs silhouettes qui revenaient
SUREDEOHPHQW G¶XQ EDO 8QH SURFHVVLRQ GH IRUPHV SHUGXHV GDQV GHV UREHV GH JD]H TXH OHV
bourrasques et la pluie transformaient en chiffons. Malgré le vent, certaines de ces silhouettes
portaient encore des masques délavés, froissés par des nuits de fête sans nombre et blêmis par
la clarté morose de la lune. Je remarquai aussi deux ou trois hommes, mangés par la pluie et
O¶REVFXULWp TXL URQJHDLHQW OD UXHOOH /H JURXSH SDVVD GHYDQW QRXV VDQV VH GRXWHU GH QRWUH
présence. Parfois, des visages angoissés scrutaient les ténèbres des canaux, les hautes
VLOKRXHWWHV PDFDEUHV GHV SDOD]]L j O¶DEDQGRQ PDLVrien de plus. Certains essayaient encore de
chanter dans le vent et la pluie, mais cela tournait vite à la comptine ridicule et à la débâcle.
-H KDXVVDL OHV pSDXOHV PH GHPDQGDQW ELHQ TXHO JRW GX PRUELGH HW GH O¶pWUDQJH SRXYDLW OHV
amener dans ce coin paXPp 0DLV FRQWUDLUHPHQW j PRL OHXU SUpVHQFH Q¶DXUDLW ULHQ HX GH
VXVSHFW DX[ \HX[ G¶XQH SDWURXLOOH /D QXLW OD YLOOH pWDLW SOHLQH GH QRFWDPEXOHV TXL UHQWUDLHQW
VHXOV RX SDU JURXSHV G¶XQH PXOWLWXGH GH VRLUpHV HW GH EDOV 2Q OHV YR\DLW VRXYHQW GpDPEXOHU
dans les rues désertes de la cité mourante OHV FRVWXPHV HW OHV PDVTXHV TXL OHV DIIXEODLHQW
leurs donnaient des airs de spectres anachroniques.
-¶DWWHQGLV HQFRUH XQH PLQXWH TX¶LOV VH VRLHQW pORLJQpV SXLV MH VRUWLV GH PD FDFKHWWH -H
P¶DSSURFKDL GHV HDX[ QRLUHV TXL YHQDLHQW OpFKHU OHV SLHUUHV URQJées des constructions. Une
volée de marches vaseuses y donnait accès. Je laissai tomber ma longue cape et ajustai la
WHQXH GH SORQJpH TXH M¶DYDLV UHYrWXH HQ GHVVRXV 6RXV OD VXUIDFH DJLWpH GHV OXHXUV WULVWHV
GDQVDLHQW GDQV OH FRXUDQW -¶HQILODL PRQ PDVTXH HW JOLVVDL PHV GHUQLqUHV UHFKDUJHV G¶R[\JqQH
GDQV OH FKDUJHXU -¶DOODLV DFWLYHU O¶LQIUDURXJH HW PH MHWHU j O¶HDX ORUVTX¶2UDFOH PH UHWLQW SDU OD
PDLQ 8Q LQVWDQW MH YLV VRQ pFUDQ YHQWUDO V¶DOOXPHU PDLV LO O¶pWHLJQLW G¶XQ JHVWH UDSLGH GH OD
main pour queMH QH YRLH SDV OHV LPDJHV V¶DIILFKHU
-H GpWHVWDLV TXDQG LO IDLVDLW oD
© 4XRL " FKXFKRWDL-MH 4X¶HVW-FH TXH WX YRLV "
² 'DQV O¶HDX« LO IDXW TXH YRXV DOOLH] GDQV O¶HDX« -H YDLV PH FDFKHU« ª
-¶HXV j SHLQH OH WHPSV GH SURWHVWHU TX¶LO PH IODQTXD j OD IORWWH G¶XQ JHVWH UDSLGH -H
P¶HQIRQoDL G¶XQ ERQ PqWUH GDQV OH FDQDO DYDQW G¶DFWLYHU OHV LQIUDURXJHV &RQQDLVVDQW ELHQ OH

4