Les légendes de la Moïra [Saison 1 - Épisode 1]

-

Livres
14 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Ici commence l’histoire de celles et ceux qui s’apprêtent à réécrire les légendes de la Moïra.



Au large du continent, sur une terre aux paysages sauvages où se mêlent hautes montagnes, rivières tumultueuses et vastes forêts, les Hommes, les Elfes et les Orques tentent, tant bien que mal, de préserver une harmonie aussi précieuse que précaire.



Forgée cinq cent ans plus tôt, l’alliance des Hommes et des Elfes sombre peu à peu dans les brumes de l’oubli. Les liens du passé se distendent, tandis que l’ancien règne de terreur du Maître et de son Triangle Noir ressurgit des profondeurs de la forêt, menaçant l’équilibre de l’île toute entière.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782924664063
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Gavriel Howard Feist
L'ombre d'un Maître disparu (Épisode 1)
© CKR Éditions, 2016 Illustration de couverture : Delphine Splingard, 2016 ISBN : 978-2-924664-06-3
Dépôt légal :la Bibli othèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).Dépôt effectué en novembre 2016 auprès de Première version info@ckr-editions.com http://www.ckr-editions.com
À mon grand-père, Maurice, qui croyait en ma plume et qui est décédé vingt jours avant la publication de ce récit. Gavriel Howard Feist
[Partie 1] Le Héraut du roi
Cinq ans plus tôt… Le hurlement d’un loup déchira la nuit, tandis que Sathon s’enfonçait plus profondément dans la forêt, les derniers événements de la journée se bousculant dans son esprit. À bout de force et trempé jusqu’aux os, il se refusait à prendre quelque repos, de crainte d’attirer sur lui l’attention d'un quelconque prédateur. Pris au piège par des bandits de grand chemin, mis à bas de son cheval et dépouillé de ses marchandises, il venait de voir son garde violemment lardé de coups de poignards. Qui aurait alors pu dire, à cet instant précis, que cet homme vêtu de lambeaux avait conclu, le matin même, la plus belle affaire de toute sa carrière ? Il se précipita vers la rivière et y plongea. Emporté par le courant, il fut chahuté sur près d’un mile, avant de pouvoir s’agripper aux pilotis vermoulus d’un pont depuis longtemps écroulé. Il se hissa hors de l’eau, les muscles ankylosés et le souffle court. Dans la lumière du jour déclinant, il s’enfonça dans la forêt d’El’Karth, le hululement des chouettes et le bruit de petits animaux en fuite accompagnant chacun de ses pas. Sathon éprouvait de plus en plus de difficultés à s’orienter dans l’obscurité. Les fougères et les ronces entrelacées s’accrochaient à ses vêtements, tout en lui égratignant les bras et les jambes. Le cœur battant à tout rompre, il posa la main sur sa dague. Le froid de la nuit s’insinua sous ses vêtements humides, au point de le faire grelotter. La panique le gagna peu à peu. Le marchand pressa le pas, jusqu’à parvenir à l’orée d’une petite clairière. Sathon s’approcha d’un cairn dont la végétation avait presque entièrement recouvert les blocs de pierre, exception faite de l’entrée, parfaitement dégagée, un peu comme si la nature refusait d’y pénétrer. À l’image de tous les Hommes vivants sur l’île de laMoïra, le marchand vouait une crainte respectueuse à Chron-Ryoch, le Dieu de la Mort. En temps ordinaire, il n’aurait donc jamais osé s'introduire dans un cairn sans y être au préalable convié par un prêtre. Cependant, le loup qui venait de le prendre en chasse constituait à lui seul la plus pressante des invitations. Aussi, Sathon en franchit le seuil sans se poser de questions. Un long tunnel se profila devant lui, s’enfonçant en pente douce sous la clairière. Le marchand décrocha l’une des torches fixées aux parois à l’aide de gros anneaux de fer, piqués de rouille sur leur quasi totalité, avant de s'agenouiller sur le sentier irrégulier et poussiéreux. Le manche entre les cuisses, il entreprit de fouiller la bourse attachée à sa ceinture. Il en délogea une pierre à briquet, qu’il frotta sur la lame de sa dague pour en arracher des étincelles. L’extrémité, imbibée d’une matière noire et collante, s’enflamma aussitôt. Malheureusement, la portée du halo de lumière qui en résulta ne suffit pas à Sathon pour prendre pleinement connaissance de la configuration du tunnel, tandis qu'il s’enfonçait toujours plus profondément sous terre. Dans le silence du lieu, un sifflement à peine audible lui parvint aux oreilles. Il sortit immédiatement sa dague du fourreau, pris d’une...