49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Les nuits du Djinn

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sur la côte marocaine, Malika mène la vie studieuse et enjouée d’une jeune adolescente. Mais vient l’âge où le corps se transforme et bientôt une pluie d’interdits déferle sur les couleurs de son existence. Voilà la fillette confrontée à cette vie monacale que la tradition veut lui imposer. Jusqu’au jour où un Djinn...


Lirio Garduño-Buono nous propose ici un conte fantastique, merveilleusement illustré...



Editions Tangerine nights


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2
EAN13 9791093275390
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Les nuits du Djinn
Extraits
Malika s’ennuyait l’après-midi dans la chambre qu’elle partageait avec ses deux sœurs. La pièce était petite. L’unique fenêtre donnait sur le mur blanc et nu de la maison d’en face. La faible hauteur de plafond accentuait la sensation de claustrophobie, mais Malika ne devait quitter la chambre qu’après avoir terminé ses devoirs. Malika se aburría esa tarde en el cuarto que compartía con sus dos hermanas. La habitación era pequeña y sólo tenía una ventana por la que se veía el muro blanco y desnudo de la casa de enfrente. El techo bajo acentuaba la sensación de claustrofobia pero ella sabía que tenía que quedarse allí hasta terminar la tarea.
* * *
Peu après avoir gagné son lit, Malika se sentit mal. Elle ouvrit les yeux. Son ventre était lourd et elle ne put se rendormir. Se tournant et se retournant sur sa couche, elle observait les rais de lumière venus de la rue qui se reflétaient au plafond. Sur le point de sombrer enfin dans le sommeil, elle se gratta un bras et découvrit le contact d’une peau douce et soyeuse... une peau dotée de poils ! Poco después de acostarse, Malika se sintió mal. Abrió los ojos, el vientre le pesaba y no pudo conciliar el sueño. Daba vueltas en la cama. Miraba el techo adonde se proyectaban hilos de luz provenientes de afuera. Cuando casi estaba quedándose dormida, se rascó un brazo y tocó una tersa piel... ¡Peluda!