Otage d
267 pages
Français

Otage d'un État

-

267 pages
Français

Description

L'auteur passe au crible l'état des droits de l'Homme, ceux des détenus en premier, à travers son propre vécu. Pendant 53 jours, incarcéré à Rebeuss, la plus célèbre prison de son pays, pour le punir de ses écrits sur ses dérives démocratiques et sa mal-gouvernance économique, il en a tiré ce récit sans concession. Le livre propose aussi des voies en direction d'une ardente obligation de rédemption pour le Sénégal et les autres pays africains, guettés par une impasse dans leur marche démocratique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 janvier 2020
Nombre de lectures 58
EAN13 9782140141331
Langue Français
Poids de l'ouvrage 11 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

AdamaGAYE
Otage d’un État D’une prison sénégalaise aux pyramides d’Égypte
PréFace de maître Cheikh Koureyssi Bâ, avocat au Barreau de Dakar
Posface de Abdoulaye Tine, avocat international, docteur en droit
L’Harmattan, 2020 57, rue de l’Écolepolytechnique, 75005 Paris www.harmattan.fr ISBN : 9782343195483 EAN : 9782343195483
2
Otage d’un État
Adama Gaye Otage d’un État D’une prison sénégalaise aux pyramides d’Égypte
DU MÊME AUTEURChineAfrique : le dragon et l’autruche, L’Harmattan, 2005. Demain, la nouvelle Afrique, L’Harmattan, 2016.
6
*
« Les droits et libertés fondamentaux, quel que soit l’endroit où l’on se trouve, qu’ils soient instrumentalisés ou non, constituent une valeur consubstantielle à tout État de droit démocratique et devraient, en toutes circonstances, être garantis et protégés. Leur quête reste permanente car ils sont quotidiennement violés ou menacés partout dans le monde. Leur protection constitue ainsi un enjeu majeur, tout particulièrement dans les pays africains où ils sont constamment bafoués, et le combat pour éradiquer de telles violations dont la gravité est parfois inimaginable, est loin d’être gagné. Cet enjeu est encore plus crucial et plus que fondamental dans les prisons où l’individu, déjà privé de liberté le plus souvent sur des fondements fallacieux, et pour des raisons illégales parce que contraires à tout texte de droit, devrait continuer à jouir de tels droits et libertés. Le lieu carcéral, ne peut être des “murs” infranchissables qui éteindraient les droits des prisonniers. Pour diverses raisons, ils devraient même être plus renforcés et davantage protégés. L’ouvrage de monsieur Adama Gaye tombe à pic et vient magistralement rappeler aux pouvoirs publics de nos pays, l’obligation de respecter, audelà même de ses “droits inaliénables” et “sacrés” qu’il tient de la Constitution et des autres instruments internationaux, le principe simple de la dignité humaine dont bénéficie tout détenu. » Alioune B. Fall Professeur agrégé de droit public Université de Bordeaux.
*
« J’ai connu Adama Gaye depuis qu’il dirigeait le Département de la communication de la CEDEAO et ce livre confirme sa constance dans la luttepour les libertés et la démocratie. » Maureen Chigbo,Directrice de publication deReal News Magazine, Lagos, Nigéria. « Adama Gaye est un analyste incisif de la gouvernance et des économies africaines. Sa candeur et sa clarté offrent une voix essentiellepour leprogrès de la démocratie. Si la démocratie signifie quoi que ce soit à travers le monde, la liberté d’expression doit être garantie. Toute tentative de l’établissement politique à vouloir faire taire sa voix ne doitpas rester sans résistance, et l’occasion de continuer d’entendre sa voix ne peut qu’être saluée. » Peter Lewis, PhD, directeur des études africaines, Johns Hopkins UniversitySAIS, Washington DC.