Sortir de l'ombre…

-

Livres
104 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Antoine a cinq ans lorsque sa famille quitte sa Corse natale pour s’installer à Paris. La capitale, la banlieue et ses blousons noirs qui font régner leur loi sous ses yeux d’enfant de dix ans. Un gouffre entre la campagne qu’il venait de quitter et sa nouvelle vie, un gouffre entre sa mère croyante et son père communiste, le même qu’il voit se creuser entre les riches et les pauvres… Antoine s’habitue au grand écart. Lui qui commence à travailler à quinze ans découvrira sa conscience politique en 1968, lorsqu’il rejoindra la lutte syndicale au sein de l’Agence Havas… Plus une chronique sociopolitique qu’une simple autobiographie, le récit d’Antoine Cavagnara jongle entre passé et présent pour mieux analyser les enjeux d’un peuple et les dérives du pouvoir, qu’il soit étatique ou religieux. Recul et bon sens nourrissent une réflexion sur le monde et les chemins de traverse d’une humanité qui s’évertue à se perdre et à se bercer d’illusions.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 avril 2012
Nombre de lectures 72
EAN13 9782748383546
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0049€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sortir de l’ombre…
Antoine Cavagnara Sortir de l’ombre…
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0117035.000.R.P.2011.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012
Retrouvez l’auteur sur son site Internet : http://antoine-cavagnara.publibook.com
Tout arrive d’un seul coup dans ma tête. Comme si mes soixante-dix années d’existence se résumaient à quelques instants. J’ai tellement de choses à dire ! Il y a tant de su-jets que j’aimerai aborder et surtout partager. Le barrage dans ma tête vient d’exploser et les flots déchaînes de mes pensées se libèrent, enfin. Tout au long de sa vie, l’homme est un cristal traversé par les faisceaux de ses expériences. Avec les lumières et les ombres qu’il reçoit et qu’il ren-voie, il se construit d’autant mieux que son intelligence se met au service de sa soif de savoir, de comprendre. C’est de cette construction dont je voudrais vous parler, où comment mes évidences d’aujourd’hui se sont mises, tout doucement, en place au fil des années. Tout commence dans un petit village de Corse du sud, le 4 septembre de l’année 1942. Calcatoggio, c’est là que je suis né. Un magnifique village en espaliers entouré de bois où certains châtaigniers sont plus que centenaires, un petit miracle dans cette île. La maison où ma Mère s’est débrouillée pour me mettre au monde, elle était seule ce jour-là, est caressée en permanence par les brises marines venues du golfe de Sagone. Elles amènent jusqu’à vous étourdir ces parfums inimitables ; qui font frémir et fermer les yeux de bien-être. C’est dans ce coin de paradis que mes parents fuyant l’anathème proclamé contre eux dans le nord de l’île, sont venus s’installer quelque temps. Ils sont tous deux natifs de Balagne. Cette région est si-tuée au nord ouest de l’île. On dit à cette époque, qu’elle est le jardin de la Corse. L’exode rural n’est pas encore commencé et bien que l’île ait payé un lourd tribut à la guerre de 14/18 (les chiffres varient suivant les sources
9
mais toutes font état d’au moins 10 000 Morts), chaque parcelle de terre y est amoureusement cultivée. Les oli-viers plusieurs fois centenaires, les amandiers, les figuiers, pêchers, cerisiers, pommiers y abondent. Les vignes or-nent les coteaux les mieux exposés. Celle de mon grand père paternel produit du vin pour toute l’année. La Corse, n’en déplaise à certains, est autosuffisante, par ses cultu-res, depuis des siècles. Maman s’était mariée à 16 ans. Je ne sais rien de son premier mari sinon qu’il s’appelait Pierre. Mon Père et lui se connurent et se lièrent d’amitié pendant l’occupation lors de la guerre de 39/45 ; Ils venaient d’être réquisition-nés et étaient casernés près d’Ajaccio. Bien que berger, mon Père avait une grande éloquence et un talent certain pour manier la langue Française, Pierre voulant donner des nouvelles à sa femme lui demanda d’écrire ses lettres. Ma mère, qui avait alors 25 ans, tomba amoureuse au travers des lettres enflammées qu’elle recevait de mon Père qu’elle n’avait jamais vu. Une nouvelle version de Cyrano de Bergerac me direz-vous ? pas vraiment puisque je fus le premier fruit de cet amour fou. Jamais ma mère « crucifiée pour l’éternité » par l’énormité de son péché, ni mon Père, dans le profond respect qu’il avait pour elle, n’allaient évoquer leur histoire, nous laissant ma sœur mes frères et moi, très longtemps, complètement démunis devant les vérités des autres. Aujourd’hui encore je regrette de n’avoir jamais évoqué avec eux leur histoire d’amour pourtant si belle. Lorsque je vins au monde, j’avais déjà un frère de 9 ans, Bastien. À quelque temps de là, le premier Mari de Maman se noya dans une cuve de préparation du vin. Suicide, accident, chaque famille a une version… Une précision importante, cependant, à ce moment de l’histoire, jamais ni de mes parents, ni de mes frères, ni de ma sœur, je n’entendis un discours, ni ne vis aucun acte mettant Bastien à l’écart. Bien au contraire, il fut toujours considéré comme l’aîné des enfants et à ce titre, entre au-
10