Yombé, un ouvrier du Mali postcolonial

Yombé, un ouvrier du Mali postcolonial

-

Livres
206 pages

Description

Ces entretiens font revivre, à travers un destin singulier, le combat des Maliens pour prendre en main l'avenir de leur pays en s'appuyant sur les connaissances techniques des ouvriers, l'utilisation de la langue nationale, la confiance dans les savoirs traditionnels. Yombé Richard Toé a mené son combat au Mali et sera le premier responsable malien d'une usine d'égrenage de coton. Actuelleemnt, à près de 80 ans, il fait partie de plusieurs associations. Au cours de 36 entretiens avec Christiane Ray, il évoque les grandes étapes de son parcours, sa participation à la vie politique et économique du Mali, ses intérêts de toutes sortes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 octobre 2018
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782140102370
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Richard Toé Christiane Ray
Yombé, un ouvrier du Mali postcolonial
Ecrire l’Afrique Ecrire l’Afrique
Yombé, un ouvrier du Mali postcolonial
Écrire l’Afrique Collection dirigée par Denis Pryen Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.Dernières parutions Brice Ernest OUINSOU,Les jeunes et la nature humaine : l’esprit de la méthode, 2018. Fatoumata NGOM,Le silence du totem, 2018. Richard OSSOMA-LESMOIS,Et si on modernisait la fonction publique congolaise ?, 2018. Issa Yeresso SANGARE,La télévision ivoirienne (RTI) de 1963 à 2011, Média de développement ou instrument du pouvoir ?,2017. Babacar dit KHALIFA NDIAYE,Les babouches du rat,2017. Boubacar BA,Un périple pour l’amour d’une mère, La valeur de la parole donnée, 2017. Vincent ROBIN-GAZSITY,Enfermé à Libreville,Sept jours en Chinafrique,2017. Yannick DUPAGNE,Deux mois à Bumba, Récit d’un enseignant bénévole en République démocratique du Congo, 2017. Marcel NOUAGO NJEUKAM,Et le prophète Odjokoro parla !, Roman, 2017. Mamadou Kalidou BA,La résistance pacifique, 2017. Boubacar Hama BEÏDI,Le bruissement des souvenirs. Récit d’un instituteur nigérien, 2017. Patrick Serge BOUTSINDI,Les amants de Bar-le-Duc, 2017. Paule FIOUX,Foudres d’Afrique. Les impostures d’une révolution, 2017. Guikou BILET ZAFLA,Un enfant du village, nouvelles, 2016. Gaston M’BEMBA NDOUMBA,Escale à Brazzaville, 2016. Moussa CISSE,Tombouctou à tout prix. Récit d’une passion pour le Mali, 2016. Joachim OLINGA,Les métis de ma mondialisation, 2016. Gaston M’BEMBA NDOUMBA,Escale à Brazzaville, 2016. Mamadou DANTÉ,Moi, l’étranger… Le Mali en mémoire, 2016.
Richard Toé Christiane Ray Yombé, un ouvrier du Mali postcolonial
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-15615-6 EAN : 9782343156156
Cet ouvrage est dédié à Sémiramis Toé Soufi, née le 04 août 2018, ainsi qu’à tous les autres petits-enfants de Richard : Yombé, Zinga, Kanou, Yelen et Kayoulou.
Ces entretiens ont été réalisés entre le 19 septembre et le 08 novembre 2016, dans la maison de Ying et Richard, dans le quartier de Faladié Séma, à Bamako au milieu de l’environnement actuel de Richard. Ils ne prétendent pas retracer une chronologie précise de sa vie : ils sont rendus tels qu’ils sont venus, au fil de sa mémoire. Pour mener ces entretiens, pas de bureau calme, silen-cieux et isolé, mais le salon, salle à manger, cuisine de Ying et Richard. Dans la pièce voisine des cages et une couveuse… Dans la cage, Richard a élevé des poussins qui sont partis au bout de quelques jours dans la ferme de son frère. Dans la couveuse, des œufs de cailles qu’un ami de Richard vient retourner deux fois par jour. Nous assiste-rons même à la naissance des petites cailles ! Et puis, des enfants partout : ses petits-enfants, Yombé, Zinga et Kanou, les filles de son frère, Nagolé, Maïmouna, Ying et Youma. Ils entrent, sortent, font claquer les portes… « Papy Pacha » (comme l’appellent les enfants !) crie parfois bien fort pour obtenir un peu de calme. Des amis passent, s’installent ou ne restent que quelques minutes : on parle du Mali, de celui du XIIème siècle ou de celui d’aujourd’hui, de ses difficultés, des espoirs aussi. Des coupures d’électricité plus au moins longues inter-rompent notre travail, Richard s’entretient au téléphone avec des correspondants variés. La musique d’Ali Farka Touré nous accompagne parfois. On fait quelques pauses pour manger un peu de poisson, boire du gingembre ou de la citronnelle, pour aller voir les salades que Richard a décidé de planter dans un coin de sa cour. Richard s’interrompt pour s’occuper de la livraison et de la cuisson d’un « petit cochon » qu’on doit manger le soir. C’est le Mali réel, celui au milieu duquel s’est accompli notre travail d’écriture.
7
Richard Toé et Christiane Ray lors d’une séance de travail à Bamako, en octobre 2016.
ENTRETIEN N°1 Né vers…
Quelle est ma date de naissance ? Cette question nous amène à aborder le cas de l’état civil des populations qui ont été déplacées du Soudan (cercle de Tougan en pays samogo) vers le Mali actuel, à Kolongotomo, dans la ré-gion de Ségou. Mes parents étaient installés dans un village dénommé Namassè. Bien après leur établissement en 1949, le com-mandant blanc Monsieur Merlin vient établir l’état civil de tout le village. On réunit tous les habitants du village sur la place publique famille par famille. Avec quelques élèves qui savent lire et écrire, je participe à cette campagne d’état civil. L’administration française décide que tout le monde est né sur place et on attribue à chacun, homme, femme ou enfant une date de naissance en fonction d’appréciations qui n’ont rien de « scientifique ». Je suis donc estimé « né vers 1940 », je suis sans doute né avant, mais cette date m’arrange car elle me permet de rester à l’école : si on « m’avait fait naître » plus tôt, j’aurais été trop vieux et j’aurais dû quitter l’école ! La plupart des dates de naissance sont arbitraires. Mon père « né vers 1912 » affirme qu’au cours de la révolte des Bobos, en 1916, il savait tirer à l’arc, ce qui est un exer-cice essentiel pour les garçons. Mon père ne pouvait tirer à l’arc à quatre ans, mais plutôt à dix ou douze ans. Il pour-rait plutôt être « né vers 1905 ».
9