Clarice et Maria, Vieillesse comique

Livres
56 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Deux journées a priori banales dans le quotidien de deux femmes proches de la soixantaine. Une routine décortiquée de manière acide, avant un changement d’attitude débouchant sur une révélation déconcertante. Un coup monté suivi d’une amnésie, puis une forme de réconciliation avant une dernière surprise. On rit, on appuie là où ça fait mal, le tout sans temps mort. Qui a dit que la retraite pouvait être ennuyeuse ? Sûrement pas Clarice et Maria !

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 51
EAN13 9791022101684
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Julien Raynaud
Clarice et Maria
Vieillesse comique
© Presses Électroniques de France, 2014
PERSONNAGES
Clarice. 59 ans. Physique sec mais bien proportionné.
Maria. 59 ans. Exubérante. Plutôt grasse.
Éponin. Neveu d’une cousine de Clarice. Garçon très effacé.
Alfred. Facteur de son état.
Un homme. Moustachu.
ACTE I
Nous sommes chez Clarice, dont l’intérieur est du plus mauvais goût. Tandis que la vieille a l’air très occupée à son train-train, son amie Maria est assise à table, détendue mais visiblement désœuvrée.
Clarice Si ça ne vous dérange pas, comme il est dix heures et demie, je vais donner un petit coup de balai.
Maria Ne vous gênez pas pour moi. (Elle s’installe encore plus confortablement, les bras croisés derrière la tête et regarde autour d’elle) On n’est pas si mal chez vous. (Elle le dit en prenant un air sensiblement dégoûté tout de même) Bon, c’est plutôt sombre. Comment se fait-il qu’il n’y ait qu’une fenêtre ?
Clarice Il y en a trois, mais deux sont cachées par mes buffets.
Maria Ah ! Il fallait y penser… On pourrait peut-être le suggérer par courrier à la présentatrice de Déco sur M6, celle qui ressemble à Marine Le Pen.
Clarice (Poursuivant sa réponse) Ben sinon… Où je les mettais donc mes buffets ? Ils me viennent de ma mère quand même.
Maria (Un peu dans sa barbe) C’est sûr que c’eût été dommage de vous en séparer. (En grimaçant et en regardant le public) De si belles pièces… Il vaudrait le coup de tenter de les vendre aux enchères, pour vous débarrasser. (Prenant le ton d’un commissaire-priseur et faisant avec ses mains un porte-voix) « Et maintenant ce superbe buffet en Formica. Admirez comme il est rafistolé avec du papier Vénilia tout décoloré. (Plus fort) Il vous est proposé garni de vieilles bonbonnières en bleu de four qui donneront à votre intérieur un aspect moderne et contemporain. On commence les enchères à quatre euros pour le tout ! La livraison est naturellement offerte, elle sera de bon cœur assurée par la venderesse… »
Clarice