Le voyage d'Albert Speer dans sa prison

-

Français
206 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pourquoi et comment un homme intelligent, cultivé et peu intéressé initialement par la politique se laisse-t-il séduire par un règime totalitaire ? Illusion au départ d'une renaissance de sa patrie désemparée ? Leurre que, la paix une fois revenue, le régime se civilisera ? Ce sont toutes ces motivations qu'analysera lui-même Albert Speer dans ses Mémoires, auto-analyse unique dans l'histoire du XXe siècle d'un politique impliqué au sommet d'un système totalitaire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2013
Nombre de lectures 93
EAN13 9782296538269
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LeVoyaged’aLbertSpeer danSSapriSon
peer S
Lbe t priSon ’a d Sa
danS oyage V e L
Bernard FAIDUTTI
LeVoyaged’aLbertSpeer danSSapriSon
LEVOYAGE D’ALBERTSPEERDANS SA PRISON
Du même auteur, chez L’Harmattan : Kepler. Vie et mort d’un juste, 2012. Copernic, Kepler et Galilée face aux pouvoirs. Les scientifiques et la politique, 2010.© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00189-0 EAN : 9782343001890
Bernard Faidutti
LEVOYAGE D’ALBERTSPEERDANS SA PRISON
Collection « Théâtres » dirigée par Denis Pryen et Jérôme Martin Déjà parusMichel CORNELIS,Manoir – saison 13, 2013. Jacqueline ZINETTI,Deux femmes pour l’éternité, 2013. Jean-Marie SIRGUE,Capitaine Le Jan, 2013. Daniel BOUKMAN,Liwa Lajan. L’argent roi. Adaptation en langue créole de Martinique du Plutus d’Aristophane, 2013. Bernard BACHELOT,L’Alibi. Un échec de Louis XIV en Algérie, 2013. Eve NUZZO,Fragments d'une petite comédienne de campagnesuivi deOuf, 2013. Nicky ATTIKI,Le fils du psychiatre. Pièce en trois actes, 2013. Laurence HUARD,J’étais Comtesse en mon pays…, 2012 Claire CARLUT,Dans la grâce des Ténèbres, 2012. Moni GRÉGO,Un père pied-noir. Suivi de Hier, 2012 Stéphane PATRICE,L’île d’Arros, 2012. Bernard H. RONGIER,L’impromptu de San Lorenzo, 2012. Maud TRIANON,Humains, au travail !, 2012. Marie GULLA et François-Henri SOULIÉ,Une bicyclette pour la liberté, 2012. Michel CORNELIS,Marelle, 2012. Henri Michel BOCCARA,Pièces à conviction, 2012. Henri Michel BOCCARA,Pièces fragiles, 2012. Jean-Marie APOSTOLIDÈS,Trois solitudes, 2012. Bernard Allombert, Jeanne et Jean,2012. Farid PAYA,Rostam et Sohrâb, 2012. Martine THINIÈRES,Le Grand Large, 2012. Nassuf DJAILANI,Se résoudre à filer vers le Sud,2012. Valentin POTIER,Pyongyang, 2012. Jean-Marc BAILLEUX,Hôtel de l’Europe, 2012. KWON Ho-ung,Le Parachute, 2011.PARK In-bae,Le Combat des journalistes du DongA, 2011.Christophe ROHMER,Moi, Alexandre, 2011. Georges BONNAUD,Electr & Prot. Roméo et Juliette du Cosmos. Vie et transposition théâtrale d’un électron et d’un proton. Aventures et avatars du premier atome d’hydrogène léger, 2011.
à Gitta Sereny qui a voulu comprendre
« Ayant eu jadis l’occasion d’observer des hommes d’Etat communistes, j’ai dû constater, surpris, qu’ils étaient souvent extrêmement critiques envers la réalité même de leurs actes qu’ils avaient vus se transformer sous leurs yeux en une incontrôlable chaîne de conséquences. S’ils étaient vraiment si lucides, me diriez-vous, pourquoi n’ont-ils pas claqué la porte ? Etait-ce par opportunisme ? Par amour du pouvoir ? Par peur ? Peut-être. Mais on ne peut pas exclure qu’au moins quelques-uns aient agi guidés par le sens de leur responsabilité à l’égard d’un acte qu’ils avaient jadis aidé à lâcher dans le monde et dont ils ne voulaient pas renier la paternité, caressant toujours l’espoir qu’ils seraient capables de le corriger, de l’infléchir, de lui redonner un sens. Plus cet espoir se révélait illusoire, plus ressortait le tragique de leur existence. » Milan Kundera (Le rideau) « Juger, c’est de toute évidence ne pas comprendre, puisque, si l’on comprenait, on ne pourrait plus juger. » A. Malraux (Les conquérants)
PERSONNAGES
Albert Speer Maître Flächsner: avocat de Speer Georges Casalis, aumônier protestant de la prison de Spandau Mr Speer père Mme Speer mère Margret Speer, épouse d’Albert Speer Rudi Wolters, adjoint et ami d’Albert Speer Hans Simon, adjoint d’Albert Speer Annemarie, secrétaire d’Albert Speer Hermann Göring, chef de la Luftwaffe et ministre de l’économie Joseph Goebbels, ministre de la propagande Martin Bormann,secrétaire de Hitler Général Milch, responsable de la coordination entre l’armée et l’industrie Heinrich Himmler, ministre de la police Dr. Karl Gebhardt, chirurgien-chef de l’hôpital de Hohenlychen, GruppenführerSS Prof. Sauerbruch, célèbre chirurgien, pionnier de la chirurgie pulmonaire Dr. Koch, adjoint du prof. Sauerbruch Colonel von Stauffenberg Joachim von Ribbentrop,ministre des Affaires étrangères Colonel Kaltenbrunner, chef de la Gestapo