Vie de Henry Brulard de Stendhal
20 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Vie de Henry Brulard de Stendhal

-

20 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Universalis

Entre les deux principaux ouvrages autobiographiques de Stendhal, il existe moins une différence de degré que de nature : comme l’indique clairement son titre, les Souvenirs d’égotisme (1832) présentent un Henri Beyle mémorialiste de lui-même sous la Restauration – dix jours d’écriture pour dix ans de vie. La Vie de Henry Brulard ne se contente pas de simplement reprendre l’histoire un peu plus tôt.

Une fiche de lecture spécialement conçue pour le numérique, pour tout savoir sur Vie de Henry Brulard de Stendhal

Chaque fiche de lecture présente une œuvre clé de la littérature ou de la pensée. Cette présentation est couplée avec un article de synthèse sur l’auteur de l’œuvre.

A propos de l’Encyclopaedia Universalis :

Reconnue mondialement pour la qualité et la fiabilité incomparable de ses publications, Encyclopaedia Universalis met la connaissance à la portée de tous. Écrite par plus de 7 200 auteurs spécialistes et riche de près de 30 000 médias (vidéos, photos, cartes, dessins…), l’Encyclopaedia Universalis est la plus fiable collection de référence disponible en français. Elle aborde tous les domaines du savoir.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 novembre 2015
Nombre de lectures 0
EAN13 9782852293571
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.
ISBN : 9782852293571
© Encyclopædia Universalis France, 2019. Tous droits réservés.
Photo de couverture : © Monticello/Shutterstock
Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr
Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis, merci de nous contacter directement sur notre site internet : http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact
Bienvenue dans la collection Les Fiches de lecture d’Encyclopædia Universalis .
Ce volume présente des notices sur des œuvres clés de la littérature ou de la pensée autour d’un thème, ici Vie de Henry Brulard, Stendhal (Les Fiches de lecture d'Universalis).
Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).
VIE DE HENRY BRULARD, Stendhal (Fiche de lecture)
Entre les deux principaux ouvrages autobiographiques de Stendhal, il existe moins une différence de degré que de nature : comme l’indique clairement son titre, les Souvenirs d’égotisme (1832) présentent un Henri Beyle mémorialiste de lui-même sous la Restauration – dix jours d’écriture pour dix ans de vie. La Vie de Henry Brulard ne se contente pas de simplement reprendre l’histoire un peu plus tôt. Il y aurait même quelque naïveté à mettre sur le même pied les souvenirs parisiens et une quête de soi si dévorante qu’après cinq mois de travail le consul de France à Civitavecchia n’avait abordé que son enfance et son adolescence. L’effet conjugué de l’extrême émotion envahissant l’auteur à l’évocation de son bonheur milanais de 1800 (Stendhal avait dix-sept ans) et d’un congé (obtenu en 1836) qui dura trois ans, aboutit à l’abandon du manuscrit. Le livre ne fut publié pour la première fois qu’en 1890. Mais le lecteur est surtout redevable au travail des stendhaliens français (F. Debraye, H. Martineau, V. Del Litto, B. Didier) qui améliorèrent continûment l’accès à un texte particulièrement difficile à éditer, dont le décryptage souvent délicat se compliquait encore de l’adjonction originale de croquis dans le corps de l’ouvrage.
• De l’égotisme à l’autobiographie
La singulière ambition du propos de Stendhal apparaît dès le début, après le célèbre panorama de Rome sur lequel s’ouvre le livre : « Je vais avoir cinquante ans, il serait bien temps de me connaître. Qu’ai-je été ? que suis-je ? En vérité, je serais bien embarrassé de le dire. » Le ton est celui de Montaigne ou du Rousseau des Confessions et annonce une exigence spirituelle qui sera celle d’un Michel Leiris dans L’Âge d’homme. L’égotiste cède ainsi le pas à l’authentique autobiographe qui cherche moins à se raconter qu’à en savoir plus long sur lui-même.
L’entreprise rejoint également par ses thèmes la modernité littéraire : pour Stendhal aussi, le père apparaît comme un « adulte encombrant ». Chérubin Beyle est d’abord un obstacle entre le jeune Henri et sa mère, l’adorable Henriette Gagnon : « [...] j’étais amoureux de ma mère [...] je voulais [la] couvrir de baisers et qu’il n’y eût pas de vêtements [...] J’abhorrais mon père quand il venait interrompre mes baisers. » L’aveu est si net qu’il décourage une lecture trop imbue de psychanalyse.
Fût-il interdit, le vert paradis des amours enfantines connaît une fin brutale avec la mort d’Henriette : Henri n’a pas huit ans. L’enfant révolté qui s’enthousiasme pour les progrès de la Révolution française se retrouve prisonnier de Grenoble, ville haïe, et d’une chaîne de tyrans domestiques et dévots : son précepteur, l’abbé Raillane, sa tante Séraphie – dont la mort est l’une de ses plus grandes joies – et sa jeune sœur Zénaïde, la rapporteuse. Il trouvera cependant une âme toujours accordée à ses vues en la personne de sa sœur Pauline, et sa vraie famille « du côté Gagnon », dans la belle maison du grand-père maternel sur la place Grenette. L’aïeul médecin et lettré, qui l’initie à l’esprit de liberté et aux « Philosophes », la tante Élisabeth, source de son « espagnolisme » – cette conscience de soi poussée jusqu’à la susceptibilité ombrageuse – et l’oncle Romain, séducteur et amateur de théâtre, prolongeront de manière durable l’effet lumineux de la présence maternelle : le goût pour l’Italie du jeune Henri Beyle a incontestablement sa source dans la fréquentation de sa famille maternelle, d’origine italienne. Chérubin Beyle, pour sa part, fait l’objet d’une détestation ardente et assidue : les rares efforts du père ou du fils se soldent au mieux par des malentendus et le plus souvent, du côté du futur écrivain, gamin au « caractère atroce », par une révolte accrue contre l’hypocrisie et le conformisme.
• Naître de soi-même
« C’est là ce qu’il faut lire d’abord dans Brulard . Le déni enfantin de la filiation repose sur le déni d’être enfant, l’enfant d’un père » (Michel Crouzet).

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents