Il refuse l
1 page
Français

Il refuse l'honneur...

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats PDF et ZIP

Description

Il refuse l'honneur... Jean-Jacques Goldman a beau être l'un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus prolixes de France, il est également d'une discrétion à toute épreuve.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 59
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Il refuse l'honneur...

Jean-Jacques Goldman a beau être l'un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus prolixes de France, il est également d'une discrétion à toute épreuve. Ce qu'il vient de prouver une nouvelle fois en voulant écarter les projecteurs de sa famille, pourtant braqués pour une bonne cause. Le petit village de Trémuson, près de Saint-Brieux dans les Côtes-d'Armor, voulait en effet rendre hommage à Alter Goldman, le père du chanteur, qui y vécut quelques mois dans les années 20. À cette époque, il faisait partie des immigrés venus de Pologne pour renforcer la main-d'oeuvre locale dans les mines de plomb argentifère. Ainsi, en sa mémoire, le conseil municipal avait décidé à l'unanimité de baptiser l'école publique du village, sans nom depuis sa construction en 1970, du nom du père de l'artiste, Alter Goldman. Mais ils ne s'attendaient certainement pas à ce que leur intention ne soit pas partagée par tout le monde. Le maire, qui avait sollicité l'autorisation à la famille « par politesse », a reçu une lettre de Jean-Jacques Goldman dans laquelle il exprimait son refus de voir le nom de son père orner le bâtiment d'une commune dans laquelle il n'a fait que passer. S'avouant néanmoins « très touché par la demande », le chanteur a justifié sa décision en expliquant que cela n'était « pas souhaitable ». « Mon père n'est resté que six mois à Trémuson.

Il est aussi le père de Pierre... », a continué le chanteur, évoquant ainsi le cas de son demi-frère, Pierre, militant d'extrême-gauche condamné pour un meurtre jamais élucidé et assassiné en 1979 par un groupuscule d'extrêmedroite. Jean-Jacques Goldman a également exprimé ses doutes sur la réelle portée que pourrait avoir cet hommage. « J'ai peur que ces arguments ne se retournent contre ce que vous voulez montrer, qu'ils soient utilisés par ceux que vous voulez combattre, qui assimilent immigration et délinquance. » Des arguments qui ont dû faire mouche, car finalement, l'école publique de Trémuson portera le nom beaucoup plus commun (et consensuel) de Louis Blériot. Il est rare d'entendre parler de Jean-Jacques Goldman ces derniers temps. Et pour cause : l'an dernier, il avait confié sur un forum ne plus vouloir composer ou chanter pour le moment, et n'avoir aucun album en perspective. Pour le plus grand malheur de ses fans.