259 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Plantes vertes

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
259 pages
Français

Description

Pourquoi s’entourer de plantes ? Pour embellir et ensoleiller toutes les pièces, pour cultiver un bout des tropiques chez soi (même en hiver !), pour assainir l’air ambiant tout en augmentant le bien-être de tous. Et, surtout, parce que cultiver des plantes vertes, ce n’est pas si sorcier...
En plus des bases de l’horticulture intérieure, ce livre présente plus d’une
centaine de plantes classées selon leur degré de difficulté d’entretien.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 juin 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782764440964
Langue Français
Poids de l'ouvrage 34 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

MÉLANIE GRÉGOIRE
PLANTES
vertes
Une jungle entre quatre murs
PLANTES VERTES Une jungle entre quatre murs
MÉLANIE GRÉGOIREPLANTES
vertes
Une jungle entre quatre mursMÉLANIE GRÉGOIRE
Projet dirigé par Marie-Anne Legault, éditrice
Direction artistique : Nathalie Caron
Mise en pages : Marylène Plante-Germain et Nathalie Caron
Révision linguistique : Isabelle Pauzé
En couverture : © Studio Anne Image
Québec Amérique
7240, rue Saint-Hubert
Montréal (Québec) Canada H2R 2N1
Téléphone : 514 499-3000, télécopieur : 514 499-3010
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada.
Nous tenons également à remercier la SODEC pour son appui
financier. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt
pour l’édition de livres – Gestion SODEC.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives
nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Titre : Plantes vertes : une jungle entre quatre murs / Mélanie
Grégoire.
Noms : Grégoire, Mélanie, auteur.
Description : Mention de collection : Référence
Identifiants : Canadiana 20200071165 | ISBN 9782764439616
Vedettes-matière : RVM : Plantes d’intérieur. | RVM : Culture
d’intérieur.
Classification : LCC SB419.G74 2020 | CDD 635.9/65—dc23
ISBN 978-2-7644-4096-4 (PDF)
Dépôt légal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2020chives du Canada, 2020
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés
© Éditions Québec Amérique inc., 2020.
quebec-amerique.comMÉLANIE GRÉGOIRE
PLANTES
vertes
Une jungle entre quatre murs
À mon amie Émilie Gabias…
qui aurait très bien pu écrire ce livre !5 Avant-propos
7 À qui s’adresse ce livre ?
8 Comment utiliser ce livre ?
12 Pourquoi avoir des plantes dans la maison ?
15 Comprendre les soins à apporter aux plantes
16 Où placer ma plante ?
22 Parlons arrosage
28 Le rempotage
37 La multiplication des plantes
44 L’engrais
49 La taille des plantes de maison
54 Comment sortir les plantes pour l’été
56 Portraits de plantes
56 Les plantes demandant une excellente luminosité
102 es demandant une luminosité moyenne
155 Les plantes demandant peu de luminosité
169 Inspirations
170 Jardins suspendus
173 Mur végétal
178 Sur le rebord de la fenêtre
180 Plantes amies des animaux
183 Ma première plante
184 Plantes dépolluantes
186 Passez au salon
189 Dans la chambre à coucher
190 À table
193 Même dans la salle de bain
194 Au boulot !
196 Mon premier appartement vert
197 L’art du bonsaï
201 La mode des terrariums refait surface !
204 Annexes
206 Les ravageurs
214 Les maladies
220 Autres problèmes de culture
224 Tableau de sélection
241 Index
242 Index visuel des noms scientifques
249 Index des noms communs
251 RemerciementsMoi, ma grande sœur Marie-Ève
et notre amaryllis
Avant-propos
J’ai toujours été entourée de plantes dans ma vie.
Celles-ci font partie de mon enfance, de mon
histoire. Je me souviens du spectaculaire hibiscus
de mes grands-parents qui perdait toutes ses
feuilles à l’hiver, du Crassula de mon père qu’il s’est
procuré autour de ses 20 ans et qui, 50 ans plus
tard, trône toujours dans le salon de la maison
familiale. Je me souviens de l’Aloe vera de ma mère
dont elle se servait pour soigner nos mille et une
égratignures. Je garde aussi de magnifques
souvenirs de l’amaryllis qu’on plantait ma sœur et
moi en novembre et qui poussait, poussait (aussi haut
que nous) pour être en feurs à temps pour Noël !
Quand je suis partie en appartement, des plantes
sont rentrées en même temps que les premiers
meubles : un beau scheffera vert et une immense
fougère de Boston. Deux plantes faciles d’entretien
sur lesquelles j’ai pu me faire la main ! J’avoue quand
même avoir appelé mon père en panique au retour
des vacances de Noël parce que les feuilles de ma
fougère avaient complètement séché pendant mon
absence. Ne vous inquiétez pas, elle s’en est remise !
Bref, pour moi, les plantes, c’est la vie, la famille, les
souvenirs… Aujourd’hui encore, ma sœur et moi
avons chacune un « bébé » du Crassula de notre père,
que nous gardons précieusement pour un jour avoir
la chance de transmettre à notre tour un rejeton à
nos enfants.À qui s’adresse ce livre ?
J’ai fait ce livre en pensant à tous les gens dans mon
entourage qui n’osent pas mettre des plantes vertes
dans leur maison de peur de les faire mourir, et à
tous les gens qui les font effectivement mourir, faute
de connaissances ! Combien de fois ai-je entendu les
gens me dire : « Moi je n’ai pas le pouce vert. »
Ou encore, « j’avais tellement peur qu’elle ait soif
que je l’ai arrosée chaque jour. » J’ai même entendu
récemment qu’une plante c’était une trop grande
responsabilité. Pourtant, quand on la choisit bien,
son entretien est très facile. Ne vous mettez pas de
pression inutile, prenez le temps de sélectionner
votre plante en fonction de l’endroit où vous voulez
la mettre et de votre expérience. Vous verrez alors
qu’une plante verte, ce n’est pas si sorcier !
Si vous aimez et cultivez déjà des plantes à la
maison, ce livre est aussi pour vous, car vous y
trouverez des variétés de plantes à rechercher, des
techniques nouvelles et des plantes uniques, dont
certaines, plus exigeantes en soins, éveilleront
l’intérêt des amateurs aguerris.
Vous trouverez dans ce livre des informations
pratiques pour la sélection et l’entretien d’une plante
d’intérieur, en plus des portraits d’une centaine de
plantes parmi les plus communes au Québec
(incluant des fches descriptives faciles à comprendre
et à utiliser) pour vous accompagner vers le succès.
Vous trouverez aussi une section « Inspirations » qui
facilitera votre choix de plantes pour chacune des
pièces de la maison et même du bureau !
Alors n’hésitez plus, verdissez votre environnement !
AgaveComment utiliser ce livre ?
J’ai divisé ce livre en plusieurs sections afn de vous aider à faire des choix
éclairés, et surtout, à avoir du succès dans l’entretien de vos plantes.
Comprendre les soins à apporter Portraits de plantes
aux plantes Au cœur de ce livre, vous trouverez les portraits
d’une centaine de plantes d’intérieur, les plus Dans la première section du livre, vous apprendrez
populaires au Québec. Les plantes sont séparées le b.a.-ba de l’entretien des plantes : où les placer,
en trois catégories selon la luminosité qu’elles quand et comment les arroser, quand et comment
nécessitent, soit une excellente, une moyenne ou les rempoter, comment les multiplier afn de
une faible luminosité. Car, selon moi, répondre reproduire le plaisir… Bref, vous trouverez tout ce
aux besoins en lumière d’une plante est la clé de qu’il faut savoir pour garder vos plantes saines.
sa vitalité. À l’intérieur de ces trois catégories, les C’est « l’entretien 101 », cette base qui vous
plantes sont présentées par ordre de diffculté, de permettra d’exceller dans la culture et le choix
la plus facile à la plus diffcile d’entretien (toujours de vos plantes.
selon mon expérience). Chaque portrait de plante
comprend, en plus d’une description détaillée,
toutes les informations nécessaires à son
entretien ainsi que mes petits trucs pour vous
faciliter la tâche.
Inspirations
Vous trouverez dans la section « Inspirations » une
sélection de plantes pour combler chacun de vos
milieux de vie, des diverses pièces de la maison à
votre environnement de travail. Vous trouverez
aussi des informations pour vous permettre de
faire les bons choix si vous avez des animaux ou
de jeunes enfants.
Annexes
Enfn, vous trouverez en annexe les réponses à
toutes vos questions sur les parasites et les
maladies qui peuvent affiger vos plantes d’intérieur,
et, surtout, les remèdes pour les soigner !
Vous trouverez également un tableau de sélection
et un index illustré qui vous permettront de trouver
en un clin d’œil les plantes idéales pour vous.
CycasDifficulté
Vitesse de
croissance
et engrais
Epipremnum aureum
pothos ou scindapsus
Un classique qui ne se démode pas ! Facile
d’entretien, colorée, dépolluante, cette plante
est vraiment passe- partout et plaît à tous.
On peut la cultiver sur un totem (ou tuteur)
comme plante grimpante, ou en panier
suspendu comme plante retombante.
À SURVEILLER
› La cochenille farineuse (page 209).
› Le jaunissement des feuilles, dû à un arrosage
excessif.
› Plante à sève irritante ; placez- la hors de portée
des jeunes enfants et des animaux de compagnie.
› La plante s’étiole si on la place dans un endroit peu
éclairé. Favorisez les variétés au feuillage vert uni si
la luminosité est faible.
TRIPEUX DE PLANTES
TRUCS DE MÉLANIE J’adore la variété ‘Neon’ pour
Pour permettre au plant de se ramifer, pincez son feuillage vert lime, mais
l’extrémité des tiges. les plantes aux feuilles
nimbées de blanc, comme
le ‘N Joy’, sont aussi
FICHE TECHNIQUE Difficulté
très décoratives. DifficultéJusqu’à 90 cm Environ 60 cm FICHE TECHNIQUE
Croissance moyenne
ENGRAIS pour plantes vertes, de mars à septembre
Laissez le terreau sécher de moitié entre les Jusqu’à 90 cm Environ 60 cm
arrosages. Les pothos tolèrent l’air sec.
Croissance moyenne
Epipremnum ‘Neon’
Moyenne luminosité 107 ENGRAIS pour plant es vertes, de mars à septembre
Laissez le terreau sécher de moitié entre les
arrosages. Les pothos tolèrent l’air sec.
• Nom : Le nom scientifque de la plante précède • Vitesse de croissance : Vitesse à laquelle la
son nom commun. L’abréviation « spp. » dans le plante pousse, dans les meilleures conditions.
nom scientifque indique qu’on fait référence à Une vitesse de croissance de plus de 15 cm par
plusieurs espèces du même genre. année est rapide, une croissance sous les 5 cm
par année est lente.• Diffculté : Il y a cinq niveaux de diffculté ; plus
le nombre de feuilles affchées est élevé, plus • Engrais : Type d’engrais à utiliser.
la plante est exigeante en matière d’entretien. • Arrosage : Conseils d’arrosage spécifques.
Les plantes de diffculté 1 ne requièrent aucune
• À surveiller : Principaux ravageurs et maladies connaissance particulière quant à la taille et
qui peuvent affecter la plante.l’arrosage, en plus d’être peu ou pas touchées
par les ravageurs et les maladies ; elles sont • Trucs de Mélanie : Mes petits trucs et conseils
parfaites pour les débutants ou les gens qui ne pour bien réussir la culture de cette plante.
veulent pas se casser la tête. Les plantes de • Tripeux de plantes : Suggestions de variétés
diffculté 5, c’est-à-dire les plus capricieuses, uniques pour épater la galerie !
sont pour les plus expérimentés.
• Hauteur et largeur : Dimensions de la plante
lorsqu’elle aura atteint sa pleine taille dans
nos maisons.
Aglaonema
Arrosage
Les feuilles en forme de cœur
peuvent être tachetées ou marbrées
de blanc, de jaune, de vert lime,
de vert foncé ou complètement
unicolores, selon les variétés.
Hauteur
et largeur
Liste des plantes apparaissant
dans cet ouvrage, par type :
Fougères : Plantes à feurs :
› Adiantum raddianum (page 167) › Abutilon spp. (érable de maison, page 144)
› Asplenium nidus (page 156) › Acalypha hispida (page 145)
› Davallia spp. (fougère patte-de-lapin, page 157) › Aeschynanthus spp. (plante rouge à lèvres,
› Nephrolepis exaltata (page 164) page 72)
› Pellaea rotundifolia (page 165) › Anthurium andraeanum (page 104)
› Platycerium bifurcatum (fougère corne d’élan, › Aphelandra squarrosa (page 132)
page 127) › Bougainvillea spp. (page 95)
› Citrus spp. (citronnier, page 90)
Broméliacées : › Clivia miniata (page 74)
› Aechmea fasciata (page 111) › Columnea spp. (page 75)
› Ananas comosus 94) › Cyclamen 149)
› Cryptanthus spp. (page 63) › Episcia spp. (page 138)
› Tillandsia 130) › Euphorbia pulcherrima (poinsettia, page 151)
› Gardenia jasminoides (page 97)
Cactus : › Hibiscus rosa-sinensis (page 98)
› Cereus spp. (cactus cierge, page 60) › Hippeastrum spp. (amaryllis, page 152)
› Echinocactus grusonii (page 65) › Hoya carnosa (page 85)
› Epiphyllum spp. (page 84) › Jasminum sambac (jasmin d’Arabie, page 92)
› Opuntia 70) › Justicia brandegeeana (bélopérone, page 148)
› Rhipsalis spp. (page 78) › Kalanchoe blossfeldiana (page 99)
› Schlumbergera spp. (cactus de Noël, page 79) › Mandevillea spp. (page 87)
› Nematanthus spp. (plante poisson, page 77)
Plantes succulentes : › Nerium oleander (laurier-rose, page 100)
› Aeonium arboreum (page 83) › Passifora spp. (feur de la passion, page 88)
› Agave spp. (page 58) › Phalaenopsis spp. (orchidée papillon, page 124)
› Aloe vera (page 59) › Rhododendron simsii (azalée de maison, page 154)
› Ceropegia woodii (chaîne-des-cœurs, page 61) › Saintpaulia ionantha (violette africaine, page 143)
› Crassula spp. (page 62) › Spathiphyllum spp. (page 109)
› Echeveria 76) › Stephanotis foribunda (page 93)
› Euphorbia milii (épine du Christ, page 66)
› Euphorbia trigona (page 67)
› Haworthia fasciata 68)
› Kalanchoe thyrsifora (page 69)
› Lithops spp. (page 86)
› Sedum morganianum (page 80)
› Senecio rowleyanus (collier de perles, page 81)Plantes vertes :
› Aglaonema spp. (page 112) › Monstera deliciosa (page 108)
› Alocasia amazonica (page 131) › Oxalis triangularis 141)
› Araucaria heterophylla (pin de Norfolk, page 133) › Pachira aquatica (« money tree », page 122)
› Asparagus densiforus (page 134) › Peperomia spp. (page 123)
› agus setaceus (page 134) › Philodendron scandens (page 159)
› Beaucarnea recurvata (pied d’éléphant, page 73) › Philon x hybrida 125)
› Begonia rex (page 113) › Phoenix roebelenii (page 89)
› Brassaia actinophylla (scheffera à grandes › Pilea spp. (page 126)
feuilles, page 114) › Polyscias fruticosa (page 142)
› Calathea spp. (page 135) › Radermachera sinensis (poupée chinoise,
› Chamaedorea elegans (palmier nain, page 162) page 166)
› Chlorophytum comosum (plante araignée, › Ravenea rivularis (palmier majesté, page 101)
page 105) › Rhapis excelsa (page 128)
› Cissus rhombifolia (vigne d’appartement, › Sansevieria trifasciata (langue de belle-mère,
page 163) page 160)
› Codiaeum variegatum (croton, page 91) › Selaginella spp. (page 168)
› Coffea arabica (caféier, page 136) › Strelitzia nicolai (oiseau de paradis, page 82)
› Cordyline spp. (page 96) › Syngonium podophyllum (page 129)
› Cycas revoluta (page 64) › Tradescantia spp. (misère, page 110)
› Dieffenbachia spp. (page 158) › Yucca elephantipes (page 71)
› Dionaea muscipula (attrape-mouche, page 150) › Zamioculcas zamiifolia (page 161)
› Dracaena braunii (bambou porte-bonheur,
page 137)
› Dracaena fragrans (page 106)
› Dracaena marginata (page 115)
› Epipremnum aureum (page 107)
› Ficus benjamina (page 146)
› Ficus elastica (caoutchouc, page 116)
› Ficus lyrata (page 117)
› Ficus maclellandii ‘Alli’ (page 118)
› Fittonia spp. (page 119)
› Gynura aurantiaca (page 147)
› Hedera helix (lierre, page 120)
› Heptapleurum arboricola (scheffera à petites
feuilles, page 121)
› Hypoestes phyllostachya (page 139)
› Maranta leuconeura (page 140)
› Mimosa pudica (plante sensitive, page 153)
Cordyline ‘Sherbert’Pourquoi avoir des
plantes dans la maison ?
Parce que c’est beau
Les plantes sont à la mode… C’est beau, c’est vert,
c’est tendance ! En 2018, sur Instagram, le mot-clic
« plantsofnstagram » a détrôné les « foodies »,
captivant une nouvelle génération. Dans une maison,
les textures, les formes et les reliefs issus des
plantes deviennent des éléments décos encore plus
importants que les coussins ou les toiles. Et elles
ajoutent de la vie !
Parce que c’est utile
Au-delà de leur beauté et du côté déco, les plantes
jouent un rôle important dans la maison en
purifant l’air. En 1989, la NASA a mené la première
étude portant sur l’apport des plantes dans la
réduction de la pollution intérieure. Il faut savoir
que l’air de la maison, du bureau ou des transports
en commun, où nous passons entre 70 et 90 % de
notre temps, peut être plus pollué que l’air
extérieur. Peintures, parfums d’ambiance et
revêtements de sol, par exemple, dégagent toutes
sortes de substances nocives. Parmi les plus
dangereuses fgurent le benzène, le formaldéhyde,
le trichloréthylène, le toluène et le monoxyde de
carbone. Être exposé à ces produits se traduit le
plus souvent par de l’eczéma, des migraines ou
des problèmes respiratoires. Les plantes ont la
capacité de fltrer la plupart de ces polluants et de
nous offrir une atmosphère plus saine. En plus, les
plantes augmentent le taux d’humidité dans l’air,
facilitant la respiration pour plusieurs
asthmatiques.
Aloe veraParce qu’on se sent mieux
et bien entouré
Les plantes vertes créent un environnement agréable et productif. En effet,
plusieurs études ont démontré les effets bénéfques des plantes dans les
milieux de travail, notamment une amélioration du rendement et une
diminution des arrêts de travail. Elles contribuent au bien-être et diminuent le
stress. Les plantes favorisent même la communication en devenant un sujet
de conversation, en plus de constituer une valeur ajoutée à un espace
intérieur.
Pour le sentiment d’accomplissement
Le bonheur que vous ressentirez lorsqu’une nouvelle pousse verra le jour ou
lorsqu’un bouton foral sera sur le point d’éclore ne ment pas : cultiver des
plantes procure un sentiment de ferté et d’accomplissement.
POUR LA COULEUR
Bien sûr, le vert est souvent à l’honneur, mais n’oubliez pas que certaines
plantes de maison peuvent ajouter d’autres touches de couleur en ofrant divers
tons de rouge, rose, bleuté ou jaune. Bref, toute une gamme de couleurs dont
on peut profter hiver comme été !
AnthuriumComprendre
les soins à
apporter
aux plantesOù placer ma plante ?
La luminosité
Il est important de bien comprendre les besoins d’une plante
avant de choisir son emplacement. La luminosité est un élément
crucial, c’est même le secret de la réussite ! Selon moi, 60 % de
la santé d’une plante repose sur le choix d’un emplacement qui
répond à ses besoins en luminosité. En fait, la lumière est la
première source d’énergie de votre plante puisqu’elle est à la
base du processus de photosynthèse.
Ainsi, vous devriez toujours choisir votre plante non pas en
fonction d’un coup de cœur, mais en fonction de la luminosité de
l’emplacement qui lui est destiné. Comprendre la luminosité dans
une maison n’est pas chose facile. Contrairement aux plantes
d’extérieur dont les besoins se calculent en heures d’ensoleillement,
à l’intérieur, on parle plutôt de luminosité ou d’éclairage (et non de
soleil direct). Les sources lumineuses proviennent essentiellement
des fenêtres ou d’un éclairage artifciel spécifquement conçu pour
les plantes. Vous devez prendre en compte l’intensité de la lumière
que la plante reçoit. Par exemple, même lorsque votre fenêtre est
située au sud-est, si un bâtiment ou un arbre obstrue le soleil, la
luminosité dans votre pièce sera nécessairement moins forte.
Prenez le temps de bien observer. Si vous voyez une plante dépérir
(je vous décris les signes un peu plus loin), changez-la de place
tout simplement.
Il y a donc trois grandes catégories de luminosité selon moi dans
une maison…
Excellente luminosité :
On parle ici d’une pièce dont les fenêtres sont orientées au sud,
sud-est ou sud-ouest. La lumière peut y pénétrer à partir de tôt le
matin jusqu’à tard l’après-midi. De plus, la pièce est habituellement
plus chaude, limitant ainsi l’humidité ambiante. Les plantes qui
apprécient une excellente luminosité peuvent recevoir du soleil
direct ; on peut les placer très près de la fenêtre sans risque que le
feuillage brûle. Cet emplacement est parfait pour les plantes de la
famille des cactus, succulentes et autres plantes dont les besoins
en luminosité sont grands (page 56).Luminosité moyenne : Luminosité faible :
Une luminosité moyenne est une pièce orientée à Une luminosité faible est associée à une pièce dont
l’est ou à l’ouest. C’est une pièce qui permettra à les fenêtres sont côté nord, nord-ouest ou
nordvos plantes de recevoir une bonne luminosité sans est. Si vos plantes sont situées à plus de 2 m d’une
toutefois qu’elles souffrent des chauds rayons du fenêtre orientée vers l’est ou l’ouest ou encore
midi. Si vous placez vos plantes à plus de 2 m placées derrière de gros objets qui leur obstruent
d’une fenêtre orientée au sud, considérez celles-ci l’accès à la lumière (comme des meubles ou des
comme étant placées sous un éclairage moyen. étagères), considérez qu’elles ont un éclairage
À 2 m d’une fenêtre, une plante reçoit quatre fois faible. Parfois aussi la luminosité est obstruée
moins de lumière que si elle était juste devant. dehors par des arbres, un hangar ou de grands
C’est néanmoins avec cette lumière moyenne que immeubles. En ville particulièrement, il arrive
vous aurez le plus grand choix de plantes souvent que des fenêtres orientées est ou ouest ne
d’intérieur (page 103) ! laissent passer au fnal que très peu de luminosité.
Vous n’avez vraiment pas beaucoup de luminosité
dans une pièce et vous vous demandez si c’est
suffsant pour y placer des plantes ? Voici mon
truc : si vous êtes capables de lire un livre sans
avoir besoin d’éclairage artifciel, vous serez en
mesure d’y faire pousser une plante ! Sachez
toutefois que peu de plantes à feurs peuvent
feurir sous un éclairage faible. Mais vous aurez le
choix entre plusieurs plantes vertes pour verdir ces
endroits (page 155).Signes qu’une plante manque de lumière :
• Les nouvelles croissances sont pâles.
Signes qu’une plante a trop de lumière :• La plante est étiolée ; elle produit de longues
tiges, mais la distance entre les feuilles est
• Les feuilles sont décolorées ou présentent des plus grande que la normale ou la plante
taches blanches.produit des feuilles uniquement au bout de
la tige. • Les feuilles noircissent ou brunissent,
c’est-àdire qu’elles brûlent, un peu à l’image de coups • La plante penche de façon marquée vers une
de soleil.source lumineuse (fenêtre).
• Les nouvelles croissances sont rapprochées, • Les feuilles sont décolorées.
très compactes.
• Les vieilles feuilles jaunissent et tombent.
• Les feurs peuvent apparaître entre les feuilles
plutôt qu’au-dessus.
Ceropegia en manque de lumière Dracaena brûlé par le soleilLES COURANTS D’AIR
Méfez-vous des courants d’air, surtout l’hiver ! Si vous avez une plante
placée face à la porte-fenêtre et qu’il s’agit également de la sortie principale
pour votre chien en hiver, prenez le temps de déplacer votre plante dans un
autre endroit pour la saison froide. Même s’ils ne durent pas longtemps, ces
courants d’air peuvent détériorer rapidement l’état général de votre plante.
Conservez une distance d’au moins 3 m entre la porte et votre plante pour
qu’elle reste belle et en santé.
Signes qu’une plante a subi un stress dû aux courants d’air :
• Les feuilles jaunissent d’un côté seulement.
• Les feuilles brunissent ou noircissent.
• Les feuilles fétrissent.
• Les feuilles fnissent par tomber.Les foyers et les radiateurs
Selon Santé Canada, le chauffage au bois représente une source importante
de contaminants atmosphériques : monoxyde de carbone (CO), composés
organiques volatils (COV), particules fnes. Parce qu’elles assainissent l’air, les
plantes sont donc tout à propos pour atténuer ces effets négatifs. Par contre,
les foyers assèchent aussi l’air ambiant, rendant plus délicat l’arrosage de vos
plantes. Un lit humidifcateur fait d’eau et de gravier (page 26) et une
vaporisation des feuilles avec de l’eau une fois par semaine contribueront à garder
vos plantes en santé. Les pépéromies (page 123), succulentes (plantes grasses),
cactus, pothos (page 107), sansevières (page 160) et philodendrons (pages 125,
159) ne sont que très peu affectés par un manque d’humidité dans l’air et sont
donc d’excellents choix pour verdir la maison si vous chauffez au bois.
Les radiateurs ont également tendance à assécher l’air ambiant en plus de
pousser de l’air chaud directement sur le feuillage des plantes. Pour contrer
ces effets, utilisez un lit humidifcateur fait d’eau et de gravier (page 26) et
vaporisez de l’eau sur le feuillage de vos plantes 1 fois par semaine durant
l’hiver, ce qui aidera grandement à les garder en santé. Le plus facile est
encore de les déplacer à une distance d’au moins 1 m de la source de chaleur
et ce, même s’il s’agit d’une plante suspendue.
Signes qu’une plante a subi un stress dû aux
radiateurs ou au chauffage au bois : L’air climatisé
• Vous remarquez la présence d’araignées rouges L’air climatisé n’est pas dommageable pour vos
(page 212) sous les feuilles. plantes. Assurez-vous simplement de ne pas
déposer vos plantes dans le courant d’air • Le bout des feuilles sèche.
provenant du climatiseur et, si vous n’avez pas
• Les feuilles sont fétries. d’échangeur d’air, aérez la pièce de temps à
autre pour éviter que le même air circule sans • La plante semble toujours avoir soif, même si le
cesse autour de vos plantes. La majorité des terreau est humide.
plantes vont tolérer des températures
descendant jusqu’à 15 °C, mais certaines
préfèrent une chaleur constante pour bien
croître (vous trouverez ce genre de spécifcation
dans les portraits de plantes).StrelitziaParlons arrosage
L’importance du bon dosage
Après la luminosité, le dosage de l’arrosage est le deuxième point en
importance pour la bonne santé de vos plantes d’intérieur. Selon mon
expérience, la majorité des gens arrosent beaucoup trop leurs plantes et en
viennent à les noyer. Rappelez-vous qu’une plante va souffrir beaucoup plus
d’un excès d’eau que d’un manque d’eau.
Comment arroser une plante
Pour arroser, utilisez de l’eau tiède (température ambiante). Versez l’eau
directement sur la terre, lentement, pour permettre aux racines d’absorber
l’eau. Remplissez le pot jusqu’à ras bord et attendez que l’eau soit absorbée
par le terreau. Lorsque l’eau a été absorbée, remplissez une deuxième fois
jusqu’à ras bord, au besoin. Ainsi, l’eau pénétrera jusqu’au fond du pot, ce qui
permettra à toutes les racines d’être abreuvées. Attendez une dizaine de
minutes et retirez l’excédent d’eau qui pourrait se trouver au fond de la
soucoupe, sous le pot. Si votre pot est lourd et diffcile à soulever, épongez
l’excédent avec une serviette. Rappelez-vous que les plantes boivent de l’eau
par les racines, nul besoin alors d’arroser le feuillage avec un arrosoir muni
d’une pomme.Quand arroser une plante ?
Le rythme d’arrosage varie selon l’espèce, la
luminosité, la température, l’humidité, la saison et
la grosseur du pot de votre plante. Ce sont autant
d’éléments à prendre en considération avant
d’arroser. De manière générale, plus votre pot est Attention ! Toutes vos plantes de maison
petit, plus la terre séchera rapidement. Plus la devraient se trouver dans un pot muni d’au
luminosité et la température de la pièce sont moins un trou et d’une soucoupe, ce qui permet
élevées, plus votre plante aura besoin d’arrosage. au surplus d’eau de s’égoutter. Ainsi, vous ne
À l’opposé, si votre luminosité est faible et que la laissez pas les racines dans une eau stagnante,
température ambiante est plus basse, vos plantes au risque qu’elles pourrissent.
requerront moins d’arrosage. Donc, en théorie, vos
plantes devraient demander plus d’eau en été
Signes d’un manque d’eau : qu’en hiver. Dans ce livre, vous trouverez des
indications d’arrosage pour chacune des variétés
• Les feuilles jaunissent. afn de vous guider vers le succès.
• La plante fane.
Comment savoir si votre plante a soif ? Prenez le
• Le feuillage s’affaisse. temps d’observer et de toucher vos plantes.
Soulevez le pot pour voir s’il est léger. Si c’est le • Les feurs sèchent et tombent ; les boutons
cas, il est temps d’arroser. Enfoncez votre doigt foraux restent verts et tombent.
dans la terre pour vérifer l’humidité du sol. En
général, les deux premiers cm de sol devraient
Signes d’un excès d’eau :
être secs avant d’arroser. Si votre pot est plus petit,
vous pouvez sortir votre plante du pot pour voir • Les feuilles noircissent.
l’état de la motte de racines. Prenez le temps de
• La plante a une odeur de pourriture…
vérifer les signes AVANT d’arroser votre plante.
Elle sent l’eau corrompue.
Dans le doute, mieux vaut passer un arrosage que
• Les feurs et les boutons foraux deviennent de trop arroser !
jaunes et tombent.
• Les racines pourrissent et deviennent
brunâtres.
• Vous voyez apparaître des sciarides
(mouches des terreaux).
Spathiphyllum qui
manque d’eau