140 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Dérives du football professionnel contemporain

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Voici un éclairage sur les différentes dérives recensées à l'intérieur et aux abords des stades, mais aussi sur les dérives commises par les joueurs et les institutions footballistiques. Observés dans le milieu d'un sport faisant l'objet de toutes les attentions, la corruption, le dopage, la violence ou le racisme sont autant de travers justifiant cette étude de dimension à la fois sociale, humaine, économique et sportive.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2012
Nombre de lectures 43
EAN13 9782296483651
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.









Les dérives du football
professionnel contemporain




















Questions Contemporaines
Collection dirigée par
B. Péquignot et D. Rolland

Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les «questions
contemporaines »n’ont été aussi nombreuses et aussi
complexes à appréhender. Le pari de la collection
« QuestionsContemporaines »est d’offrir un espace de
réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou
praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées
neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective.


Derniers ouvrages parus


Jean-Christophe TORRES,Du narcissisme. Individualisme et
amour de soi à l’ère postmoderne,2012.
Yvon OLLIVIER,La Désunion française. Essai sur l’altérité
au sein de la République, 2012.
Joachim MARCUS-STEIFF,La société sous-informée, 2012.
Mikaël LACLAU,Le Grand Plan : nouvelles stratégies de la
globalisation capitaliste, 2012.
Michel JUFFÉ,Quelle croissance pour l’humanité ?,2012.
Daniel ESTEVEZ,Représenter l’espace contemporain,
Projets et expérimentations architecturales dans les
aéroports, 2012.
Stéphane JACQUOT, en collaboration avec Yves Charpenel,
La justice réparatrice, 2012.
Emilie PICOU,Démythifier la maternité. Concilier foi
chrétienne et droit à l’avortement,2012.
Lukas STELLA,L’invention de la crise. Escroquerie sur un
futur en perdition, 2012.
André ORTOLLAND,Rétablir les finances publiques,
garantir la protection sociale, créer des emplois,2012.









Bertrand Piraudeau









Les dérives du football
professionnel contemporain









































© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-96138-8
EAN : 9782296961388

SOMMAIRE
1. Introduction
…………………………………………………………………
1.1L’interrelation des enjeux du football de haut niveau dans le

processus de mondialisation
.......................................................
1.2 Le marché du football international, vecteur de production
de footballeurs professionnels
.................................................
1.3 Les systèmes et les modèles productifs des clubs
professionnels du football français
..........................................
2. Dérivesdans les enceintes sportives
…………………………..
2.1 Le terrain : lieu de tous les affrontements
.........................

2.2 Les tribunes: l’espace des mauvais comportements
.........
2.3 Soucis dans les coulisses
...................................................
2.4 Dérives à proximité des enceintes sportives
......................
3. Dériveschez les joueurs professionnels
……………………..
3.1 Des comportements indignes de «Footballeur

Professionnel »
........................................................................
3.2 Des salaires toujours plus élevés pour les joueurs et les

entraîneurs-sélectionneurs
.......................................................
3.3L’influence grandissante des agents auprès des joueurs
....
3.4 Des footballeurs professionnels pris pour cible
.................
4Dérives des clubs, des institutions et du système
footballistique
……………………………………………………………………
4.1 Un système footballistique hors de contrôle ?
...................
4.2L’omniprésence et l’omnipotence médiatiques
.................


4.3 Le système de recrutement international de jeunes joueurs

en danger ?
...............................................................................
5. Conclusiongénérale
.................................................
5.1 Le football professionnel: d’une logique sportive à une
logique « économico-sportive ».............................................
5.2L’industrie footballistiqueintégrée dans un système
capitalistique .........................................................................1
5.3Quelques idées pour éviter l’effondrement du système
footballistique international................. ...................................12





















1. Introduction

Violence, dopage, corruption, frasques des joueurs,
racisme, prostitution, argent facile… voilà des thèmes qui
reviennent plus souvent que fair-play, exemplarité, cohésion,
solidarité, amour du maillot… Vous l’aurez compris, on parle
1
bien de football. Est-ce que le sport le plus pratiquéet le plus
médiatique au monde serait sujet aux vicissitudes de la société
contemporaine ? Sans aucun doute…

Cet ouvrage ne vise pas à lancer l’opprobre sur le
merveilleux sport qu’est le football mais à faire réfléchir
l’ensemble des acteurs qui composent le monde footballistique.

Le recensement (non exhaustif) des maux du football
professionnel, accompagné de nombreux exemples français et
étrangers, doit permettre de prendre conscience des nombreux
obstacles à relever pour faire vivre le sport, sans nul doute le
plus vivant, le plus passionnant et le plus rebondissant au
monde.

La problématique se veut avant tout pédagogique.
Comment éviter les incohérences, les dysfonctionnements, les
abus de tout genre pour améliorer l’image du football? Quels
sont les leviers d’intervention possibles pour faire émerger une
pratique professionnelle engagée et solidement attachée à ses
valeurs éducatives et pédagogiques? Dans quelle mesure le
recensement de ces dérives peut-il amener de nouvelles
solutions pour le sport le plus populaire au monde ?



1
D'après une enquête réalisée par la FIFA en 2000, le football est la première
discipline sportive collective pratiquée au monde avec plus de 240 millions de
joueurs réguliers soit 1 personne sur 25. On recense également 1,5 million
d'équipes et 300 000 clubs.

7

Le chemin pour y arriver est long et complexe mais la
rédemption de cette pratique passe par un diagnostic sans appel.
Si aucun projet n’est établi au regard de ce rapport de
présentation, volontairement «peu flatteur», alors aucune
orientation ne permettra de relever le football à la hauteur de ses
ambitions, à savoir partager à l’échelle planétaire «une sueur
commune ».

1.1 L’interrelationdes enjeux du football de haut niveau
dans le processus de mondialisation

On ne retient trop souvent que la dimension compétitive
du football sans en aborder les questions de société. «Le
football est le messager de beaucoup de valeurs, d’espoirs,
d’émotions, de passions et d’implications, politiques, sociales,
culturelles et économiques» (VILLEMUS; 2006, p. 131).
Economistes, historiens, juristes, sociologues mais aussi
géographes s’intéressent à cette discipline sportive qui s’inscrit
depuis le début des années 1990 dans un processus de
mondialisation. « Le football est certainement le stade ultime de
la mondialisation. Il n'y a pas de phénomène plus universel. La
démocratie et l'économie de marché sont moins largement
répandues et moins profondément enracinées que l'amour du
ballon rond» (BONIFACE; 2006). «Le football est universel
dans sa pratique et son extension spatiale mais encore, grâce
aux médias télévisés, il s’est ouvert à la dimension de
l’internationalisation voire de la mondialisation» (BOUTRIN ;
1997, p. 15). « La mondialisation est aussi un processus de mise
en relation d’interactions entre toutes les parties de la planète
qui fonctionne en système et dont les éléments sont
interdépendants, reliés par des circuits de rétroaction qui selon
une échelle allant du local au mondial établit des jeux d’acteurs
entre les individus, les collectivités, les entreprises et les Etats »
(AUGUSTIN ;2007, p. 6). De plus, «les débats qui ont cours
sur l'internationalisation et la mondialisation de l'économie
peuvent être transposés au football. On retrouverait une
opposition entre les tenants d'un système national qui invoquent
les valeurs universelles du sport (Fédération française de
football), et ceux qui s'appuient sur la réalité marchande du
8

football professionnel pour s'en remettre au marché mondial en
guise de politique sportive (dirigeants de clubs professionnels,
footballeurs professionnels, agents de joueurs...) » (CNRS info;
2002). Les clubs professionnels de football français intègrent
donc un système footballistique mondialisé où les enjeux
sportifs sont souvent placés à égalité avec des enjeux d’ordres
économiques, médiatiques, politiques… (cf. figure 1). «Le
football est désormais un projet de mondialisation, l'un des
vecteurs privilégiés de la diffusion massive des produits et
sousproduits »(BROHM et PERELMAN; 2006). Rappelons que
« le foot « pèse » plus de 250 milliards d’euros dans le monde :
de la compétition, aux produits dérivés, en passant par le
sponsoring et les droits de diffusion» (Brest en Bretagne;
2006).

Figure 1 : Les enjeux du football de haut niveau
dans un processus de mondialisation


9

Toutefois, les résultats sportifs sont au cœur des
préoccupations des clubs qui ont le devoir de se maintenir
toutes les saisons au plus haut niveau de la hiérarchie sportive
afin d’éviter que les autres enjeux soient relégués sur un plan
secondaire. En début et en milieu de saison, les clubs
professionnels de football conduisent des opérations de
recrutements pour composer leurs équipes. Les joueurs
professionnels sont transférés de club en club dans un marché
footballistique de plus en plus concurrentiel. Les recrutements
touchent aussi le monde du football amateur et les licenciés.
« Lefootball mondial est une immense pyramide avec, au
sommet, la Fédération internationale du football Association
(FIFA) et, tout en bas des millions de clubs amateurs et de
licenciés qui ont assimilé ses règles, participe à ce vaste
processus de libéralisation économique planétaire» (BROHM
et PERELMAN ; 2006). De nombreux jeunes évoluant dans des
clubs amateurs français et étrangers sont détectés puis recrutés
par les clubs professionnels français et étrangers. Ils intègrent
ensuite les centres de formation et les équipes de jeunes des
clubs professionnels de football. Les enjeux économiques
concernant le recrutement d’un futur champion sont très
importants et génèrent de plus en plus de concurrence entre les
différents acteurs du milieu footballistique. Les clubs, les
sponsors, les instances fédérales… s’inscrivent dans un
processus économique lié au recrutement d’un jeune surdoué du
football. L’engouement et les investissements financiers sont
toujours plus importants dans un système footballistique qui
génère de plus en plus de profits. Le public français et
international n’échappe pas à la frénésie du beau jeu, des
victoires historiques et des joueurs emblématiques. L’image et
la réussite des footballeurs professionnels mettent en avant des
enjeux médiatiques. De plus, les politiques ont compris l’effet
positif d’avoir sur leur territoire un jeune prodige ou des joueurs
de renommée internationale. L’avènement d’un jeune joueur au
plus haut niveau devient ainsi le résultat d’une politique
sportive territoriale réussie menée par les clubs et les élus. Dès
lors, il suffit qu’un jeune joueur originaire de la banlieue
réussisse au plus haut niveau pour que la politique d’intégration
soit remise sur le devant de la scène nationale. Aux enjeux
10

politiques, s’ajoutent donc des enjeux identitaires. L’attitude
d’une minorité de spectateurs racistes souvent issue des milieux
d’extrême droite vient s’ajouter au processus complexe du
recrutement mis en place par les clubs. L’inquiétante montée du
racisme dans les stades français depuis quelques années est
prise de plus en plus au sérieux par les instances dirigeantes du
football et les instances gouvernementales françaises et
internationales.
Lesdirigeants des clubs professionnels doivent donc
considérer les différents enjeux pour mettre en place des
stratégies de recrutement. Les enjeux spatiaux et
organisationnels s’inscrivent aussi dans un processus
footballistique mondialisé complexe. L’espace, ses
caractéristiques, son organisation et les enjeux d’acteurs en
référence, influencent des processus complexes liés au
développement économique, aux affirmations identitaires et
politiques dans un cadre qui demeure celui du sport. La
spatialisation du recrutement des jeunes qui intègrent les
centres est souvent le résultat d’une longue concertation
concernant le profil de joueur recherché. Le jeune footballeur
est devenu un « produit-marketing » à part entière. Dès lors, les
clubs en quête de joueurs prodiges doivent non seulement
déceler le futur sportif de haut niveau mais aussi le footballeur
emblématique, médiatique qui sera le résultat d’une politique
sportive et d’intégration réussie et permettra aux grandes
entreprises d’obtenir d’importants profits sur son image. Enfin,
tous les enjeux (sportifs, économiques, identitaires,
médiatiques, politiques, spatiaux) s’entremêlent et font naître
de nouvelles dérives qui peuvent entraîner des évolutions
importantes concernant le football contemporain. Les enjeux
financiers prennent une place de plus en plus importante dans
le marché international du football professionnel.




11

1.2 Le marché du football international, vecteur de
production de footballeurs professionnels

Depuisle milieu des années 1990, le football
professionnel européen s’intègre dans un système économique
qui repose sur les lois du marché international. Les clubs par
l’intermédiaire de leur centre de formation alimentent le marché
en proposant de plus en plus de joueurs hautement formés.
« L’économiede marché signifie un système économique
dominé par des relations marchandes selon lesquelles la
majorité des biens [des joueurs] sont directement accessibles, et
les conditions de vente fixées librement par les [clubs] vendeurs
et les [clubs] acheteurs» (LUSSAULT; 2003, p. 589). Cette
économie de marché footballistique est une économie
politicosportive puisque située dans un secteur stratégique pour l’image
et le rayonnement du pays. «Le marché apparaît dès que le
[club] producteur dispose d’un surplus de production [de
joueurs] qu’il vend pour acheter de quoi compléter sa
consommation [sa composition d’équipe]» (BIENAYME;
2006, p. 84). Le marché rend en effet trois services aux clubs :
il organise les transactions des joueurs et des droits de propriété
et d’exploitation de l’image correspondants; il informe les
clubs professionnels potentiels que tel ou tel joueur est mis en
vente à un prix défini ; enfin il informe les clubs formateurs s’il
existe une demande potentielle sur leurs joueurs. « Les marchés
sont en principe plus transparents que les évènements qui
scandent la vie interne des organisations [des clubs] » (Ibid ;p.
90). «L’offre du marché d’un bien [d’un joueur] n’est rien
d’autre que la quantité totale que toutes les entreprises [les
clubs] présentes dans l’économie sont disposées à offrir à un
prix donné » (BOYER ; 2000, p. 28).
Les lois du marché footballistique se réalisent
principalement dans une logique qui répond à une offre et à une
demande opérant dans un univers concurrentiel, qui permet
ainsi de réguler les activités économiques de marché. Les clubs
professionnels ont ainsi un besoin de joueurs hautement
qualifiés et de jeunes joueurs très prometteurs pour pérenniser

12

2
leurs résultats sportifs et économiques. Les clubs
professionnels produisent alors des joueurs professionnels avant
de les transférer vers d’autres clubs.l'offre et la« Quand
demande jouent à l'échelle mondiale, on assiste à une
concentration des talents et à des succès» (MILANOVIC;
2006).On se trouve donc dans un marché économique
footballistique concurrentiel qui connaît des périodes
d’échanges de joueurs plus ou moins florissantes. Ce système se
situe dans un contexte de libre concurrence plus ou moins
réglementée à l’échelle internationale. Les Etats et les
institutions footballistiques (FIFA, UEFA, fédérations
nationales…) doivent être les garants du marché. Les règles de
concurrence doivent permettre à de nouveaux clubs
professionnels d’intégrer librement le marché et de venir
concurrencer les clubs professionnels déjà en place. La
concurrence développe le progrès économico-sportif des clubs
et améliore leur productivité en termes de joueurs produits. Ce
système économique s’intègre au modèle capitaliste qui
fonctionne sur des investissements privés et publics. Toutefois
d’autres acteurs interviennent dans le marché du football
professionnel international (clubs, Etat, collectivités,
entreprises,…). Le football de haut niveau est contrôlé et régulé
par les instances publiques internationales. Dans ce système
économique, on recense des clubs producteurs et exportateurs
de joueurs et des clubs consommateurs qui peuvent aussi être
parfois producteurs. Rappelons que pour qu’il y ait « un marché
de concurrence pure et parfaite, il faut qu’un certain nombre de
conditions soient réunies, entre autres qu’il existe un grand
nombre d’acheteurs et de vendeurs» (LUSSAULT; 2003, p.
588). Dans toute logique économique de marché, il existe donc
des clubs dominés et des clubs dominants. La puissance
financière de certains clubs fait la différence dans les opérations
de transferts et d’achat du meilleur de la production de joueurs.
Dès lors, les jeunes joueurs évoluant en France et à l’étranger
constituent la «matière première» des clubs professionnels du
football français (cf. figure 2).

2
Lasociété contemporaine est demandeuse d’un «beau football» rapide,
fluide et spectaculaire.
13

Figure 2 : Le processus de la production et du recrutement des
clubs de football professionnels dans un marché concurrentiel
international


Dans un contexte de mondialisation, la production de
footballeurs prend une place particulière dans le système du
marché international de joueurs professionnels. La production,
l’Etat et l’ordre mondial constituent le triptyque de base du
marché. La façon dont le football professionnel international
produit des joueurs est présentée comme indissociables des
relations économico-sportives de production. Ces dernières sont
organisées autour de trois notions: le contexte sociétal de la
production (les clubs ont un réel besoin de joueurs à des postes
différents :gardien, défenseur, milieu défensif et offensif,
attaquant), la structure d’autorité interne au sein de chaque
club (hiérarchiedes pouvoirs de décision: président, manager,
entraîneur, formateur, recruteur…) et les modes de répartition
des bénéfices liés à la production. Les Etats jouent un rôle tout
aussi important. « La fonction de l’Etat est de fournir un cadre

14