Les compétences au travail : sport et corps à l'épreuve des organisations

-

Français
274 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage a pour ambition de questionner sociologiquement le travail dans les organisations sportives. Les apports mutuels de la sociologie du travail et des sciences sociales du sport permettent de mieux comprendre les formes que prend le travail dans ces organisations, ainsi que les dynamiques individuelles et collectives qui le régissent.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2011
Nombre de lectures 155
EAN13 9782296476769
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des organisations
Logiques Sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collectionLogiques Sociales entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutionsAndré GOUNOT, Denis JALLAT, Michel KOEBEL (sous ladir. de),Les usages politiques du football, 2011.Martine CHAUDRON,L’exception culturelle, une passion française ? Éléments pour une histoire culturelle comparée,2011 Philippe ZARIFIAN,La question écologique, 2011. Anne LAVANCHY, Anahy GAJARDO, Fred DERVON (sous la dir.) Anthropologies de l’interculturalité, 2011. André DUCRET et Olivier MOESCHLER (sous la dir. de),Nouveaux regards sur les pratiques culturelles. Contraintes collectives, logiques individuelles et transformation des modes de vie, 2011. Frédéric MOLLÉ,Servir. Engagement, dévouement, asservissement... les ambiguïtés, 2011. Bernard FORMOSO,L’identité reconsidérée. Des mécanismes de base de l’identité à ses formes d’expression les plus actuelles, 2011. Hermano Roberto THIRY-CHERQUES,Survivre au travail, 2011. Isabelle LOIODICE, Philippe PLAS, Núria RAJADELL PUIGGRÒS (sous la dir.de),Université et formation tout au long de la vie, Un partenariat européen de mobilité sur les thèmes de l’éducation des adultes, 2011. Maxime QUIJOUX, Flaviene LANNA, Raúl MATTA, Julien REBOTIER et Gildas DE SECHELLES (sous la dir. de),Cultures et inégalités. Enquête sur les dimensions culturelles des rapports sociaux, 2011. Nathalie GUIMARD et Juliette PETIT-GATS,Le contrat jeune majeur. Un temps négocié, 2011.
Sous la direction de William Gasparini et Lilian Pichot Les compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des organisations
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55627-0 EAN : 9782296556270
SOMMAIREINTRODUCTION GENERALE Le travail dans le sport: genèse d’un objetet perspectives interdisciplinaires…............................. 7 WILLIAM GASPARINI, LILIAN PICHOT L’ANALYSE DU TRAVAILEN ORGANISATION : ENTRE CATEGORIES D’ANALYSE ET TRAVAILVECU…….37Travail, emploi, activité : variations sémantiques et enjeux de connaissance……………………………. 39 MICHEL LALLEMENT Compétence et extension du domaine de l’activité 61 SYLVIEMONCHATRE La perspective de l’activité en sociologie du travail: des organisations classiques au sport, en passant par les associations………..………………………… 83 PASCAL UGHETTOETRE COMPETENT DANS LE SPORT : DE QUOI PARLE-T-ON ?………………….107 La construction sociale de l’emploi «sportif » : compétences attendues et croyances des recruteurs109PASCAL BAUGER L’éthique comme compétence dans le travail collectif: le cas des enseignants d’éducation physique et sportive…………………............................................. 135CHRISTELLE MARSAULT
5
Compétences professionnelles et économie des rapports sociaux sur le marché du travail cycliste…… 155NICOLAS LEFEVRE LE CORPS AU TRAVAIL : DEPLACEMENTS DES REGARDS ET MISE EN PERSPECTIVE.............................179Une « professionnalisation par corps » ? L’élève-comédien entre sélection corporelle et transmission technique…………………………...... 181 SERGE KATZLe capital sportif dans le recrutement des commerciaux. Comparaison entre le secteur de la grande distribution et le commerce d’articles de sport…………………… 211OUMAYA HIDRI NEYS et ANAIS BOHUON Le corps dans les récits du travail…………………… 235 THIERRY PILLON CONCLUSION Compétences « sportives » et corps au travail……. 253JULIENPIERRE,MICHELKOEBEL Les auteurs……………………………………………. 261 Table des matières……………………………………. 267
6
Introduction générale
Le travail dans le sport: genèse d’un objet et perspectives interdisciplinaires
1 William GASPARINI et Lilian PICHOT
Ce livre prend sa source dans une curiosité partagée pour le travail et le sport. Questionner sociologiquement le travail dans les organisations sportives est un souci scientifique relativement récent. En effet, malgré le développement d’emplois dans le secteur des sports et des loisirs depuis les années 1980, sur le terrain de la recherche, les études tant en sociologie du sport qu’en sociologie du travail ne sont pas si nombreuses qu’on pourrait le penser. Jusque dans les années 1990 prédominent essentiellement des analyses à caractère économique et juridique visant à saisir le marché du travail sportif dans le sport professionnel (Fouques, 1978 ; Bourg, 1989) ou encore les réglementations dans l’accès aux métiers de l’encadrement sportif. Pour ce sujet comme pour d’autres, l’excès de lumière diffusé par le sport professionnel (et notamment le football) écrase les nuances et la diversité des situations de travail dans les organisations sportives. Malgré le développement économique des activités sportives (comme pratique, spectacle et objet de consommations), peu de sociologues du travail se sont finalement intéressésau secteur de l’emploi sportif et, dans le même temps, peu de sociologues du sport se sont penchés sur la question du travail. L’objectif de l’ouvrage n’est pas de faire une synthèse sur l’état des savoirs dans ce vaste domaine. Plus modestement, il vise à tracer les contours d’un domaine de recherche 2 interdisciplinaire en voie de construction, tant pour les STAPS
1  Equipe de rechercheSciences sociales du sport1342), Faculté (EA des sciences du sport, université de Strasbourg. 2 Sciences et techniques des activités physiques et sportives.
7
que pour la sociologie du travail et de l’emploi. Comme le souligne Pascal Ughetto dans sa contribution, « au moment où la sociologie du sport peut se révéler intéressée par les apports potentiels de la sociologie du travail pour l’enrichissement de ses approches, cette dernière doit donc faire état de la pluralité qui la traverse». D’où l’intérêt de croiser non seulement les regards, tant en sociologie du travail qu’en sociologie du sport, mais aussi les différentes manières d’appréhender sociologiquement l’activité de travail dans les organisations sportives ou non sportives.
1.L’institutionnalisation d’une recherche sur l’emploi sportif A la fin du siècle dernier, il est possible de relever des démarches isolées, le plus souvent régionales, qui tendent à délimiter en les quantifiant les emplois dans le sport, et plus précisément dans l’animation sportive (Bauger, 2004).Au tournant des années 2000, le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ) a réalisé des études nationales d’insertion professionnelle des diplômés de l’enseignement supérieur (Martinelli, Molinari, 2000 ; Molinari, 2004) et des stagiaires en formation dans 3 l’encadrement sportif et l’animation sportive et socioculturelle. Simultanément et parfois en partenariat avec les unités régionales de l’INSEE et des directions de la Jeunesse et des sports, les observatoires régionaux de l’emploi et de la
3  FOURNIE D., MOLINARI M. (1998),Le suivi des stagiaires et diplômés du sport et de l’animation socioculturelle en PACA, Rapport final, OREF ; MOLINARI M. (2000), «L’insertion à l’issue de la filière STAPS », in MARTINELLI D., MOLINARI M.,L’insertion professionnelle en 1999 des diplômés de l’enseignement supérieur, CEREQ, 150, p. 33-49 ; OREF du Limousin (2001),Les métiers du sport et de l’animation sportive et de loisirs en Limousin, rapport final ; AMARILLO H. (2002),Animation socioculturelle et sportive en région PACA. Activités, emplois et qualifications, marché du travail, ORM, Collection Etudes, 1.
8
formation (OREF) ont pris le sport et là encore essentiellement l’encadrement sportif – comme terrain d’investigation pour s’intéresser au développement des emplois dans le secteur des services à la personne. Outre la contribution relative du sport à l’économie régionale, ces études ont pu révéler, par bassin géographique d’emplois et ce sur des temps courts, les régularités et les instabilités de la relation formation-emploi, et mettre en évidence les compétences principales à acquérir dans le secteur du sport. A partir des années 2000, quelques travaux en socio-économie du sport étudient directement les questions de la professionnalisation des structures sportives (Chantelat, dir.,2001) et de l’emploi sportif (Le Roux, Camy, dir., 2002; Le Rouxet al., 2004 ; Baugeret al., 2004) dans un contexte où l’on se préoccupe des débouchés pour les étudiants toujours plus nombreux dans les filières des STAPS. A la différence des précédentes recherches centrées sur les métiers de l’encadrement sportif et différemment des sociologies consacrées aux activités des sportifs dits « professionnels » (Bertrand, 2009 ; Lefèvre, 2007 et 2010), des études plus récentes embrassent tous les métiers de la branche et de la filière « sport » (professions du sport et en relation avec 4 le sport) . Mais cet intérêt scientifique correspond aussi à l’augmentation des emplois dans le domaine sportif. Depuis les années 1980, les secteurs des services sportifs marchands et de l’industrie des équipements et biens sportifs connaissent une forte croissance en développant dans le même temps les emplois dans la vente, le marketing, l’animation, le management et la prestation de services (Bauger, Chevalieret al., 2007). Dès 2002, on note dans le secteur de l’encadrement des activités physiques et sportives une croissance globale de l’emploi de plus de 60% en 10 ans, dans un secteur qui compte environ 105 000 emplois exercés à titre d’activité principale,
4 Sportif professionnels, entraîneurs, arbitres, moniteurs et animateurs sportifs d’une part; managers, médecins et kinésithérapeutes du sport, professeurs d’EPS, journalistes sportifs, agents et promoteurs d’événements sportifs, vendeurs d’articles de sport d’autre part, sans que cette énumération soit exhaustive.
9
dont 35 % sont des postes de « moniteurs, éducateurs ou sportifs professionnels » (Camy et Le Roux,op. cit.; Le Roux, 2004). Même si ces emplois sont en voie de « normalisation » ou de « stabilisation » (féminisation, massification du salariat, diminution du travail à temps partiel, part plus importante de CDI…), on observe dans le mêmetemps de faibles salaires et la précarité liée aux emplois aidés, au temps partiel non choisi, à l’emploi saisonnier, phénomènes qui touchent davantage les femmes (Le Roux, 2002 ; Gasparini, 2007). En 1999, la création du RUNOPES (Réseau universitaire d’observation et de prospective de l’emploi sportif) accélère l’autonomisation d’un champ de recherche sur l’emploi sportif. 5 A l’initiative de la conférence des directeurs d’UFR STAPSdésirant se doter d’un outil de réflexion sur les nouveaux besoins de formation, ce réseau regroupe des enseignants-chercheurs investis dans des laboratoires en sciences du sport et dont les thématiques de recherche touchent aux questions de formation, d’emploi, d’organisation, de développement socio-économique et de management dans le domaine des activités physiques et sportives. En 2000-2001, le réseau participe à l’enquête nationale sur l’emploi sportifcommandée par Jack Lang (alorsministre de l’Education nationale) et coordonnée par Jean Camy. Publié en 2002 sous le titre «L’emploi sportif en France: situation et tendances d’évolution» (Le Roux et Camy, dir., 2002,op. cit.), le rapport final a durablement marqué les UFR STAPS dans leur stratégie de diversification des filières professionnelles et leur perception de la relation formation-emploi. En parallèle, d’autres chercheursmènent des enquêtes d’insertion auprès des étudiants diplômés de troisième cycle professionnalisés dans le champ sportif et auprès de leurs employeurs afin de repérer les compétences produites et nécessaires à l’exercice professionnel (Baugeretal.,op. cit.). Empruntant la méthodologie d’analyse du RUNOPES, la recherche sur les emplois sportifs se poursuit à l’échelle locale dans les laboratoires en STAPS. On peut mentionner à titre d’exemple, l’étude régionale sur les animateurs sportifs et les 5  Unités de formation et de recherche en sciences et techniques des activités physiques et sportives.
10