Roger Marche

Roger Marche

-

Français
154 pages

Description

« La biographie que Marc Barreaud consacre à Roger Marche est une oeuvre d'une telle dimension que bien des stars actuelles du football rêveraient d'être un jour à ce point honorées. Quel monument élevé à la gloire de l'arrière-gauche légendaire du Stade de Reims, du Racing Club de Paris et de l'Equipe de France ! Il va sans dire que Barreaud l'Ardennais est en parenté géographique avec Marche, « le Sanglier des Ardennes ». Mais si cette intimité ajoute un supplément d'âme au récit, jamais elle ne le réduit à une hagiographie. » Yanny Hureaux (extrait de la préface)

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 avril 2019
Nombre de lectures 2
EAN13 9782140119910
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
jour, une poignée de leurs des champs. »
Ardennes, Igure attachante et singulière de l’épopée du sport français.
Marc Barreaud
ROGER MARCHE
Une légende ardennaise, un mythe du sport français
Préface de Yanny Hureaux
Espaces et Temps du Sport
Roger Marche
Une légende ardennaise, un mythe du sport français
Collection"Espaces et Temps du Sport" dirigée par Jean Saint-Martin et Thierry Terret Le phénomène sportif a envahi la planète. Il participe de tous les problèmes de société, qu'ils soient politiques, éducatifs, sociaux, culturels, juridiques ou démographiques. Mais l'unité apparente du sport cache mal une diversité aussi réelle que troublante : si le sport s'est diffusé dans le temps et dans l'espace, s'il est devenu un instrument d'acculturation des peuples, il est aussi marqué par des singularités locales, régionales, nationales. Le sport n'est pas éternel ni d'une essence trans-historique, il porte la marque des temps et des lieux de sa pratique. C'est bien ce que suggèrent les nombreuses analyses dont il est l'objet dans cette collection créée par Pierre Arnaud qui ouvre un nouveau terrain d'aventures pour les sciences sociales. Dernières parutions Marc BARREAUD et Alain COLZY,Les verts, L’été du football stéphanois (1972-1978),2015. Matthieu QUIDU,Épistémologie du corps savant. Tome 1. Le chercheur et la description scientifique du réel,2014. Matthieu QUIDU,Épistémologie du corps savant.Tome II. La recherche scientifique comme expérience corporelle, 2014. Christelle MARSAULT et Sabine CORNUS,Santé et EPS : un prétexte, des réalités, 2014. Marc BARREAUD et Alain COLZY,Le Stade de Reims, Les années tango (1971-1979),2013. Jean-Yves GUILLAIN,Histoire du golf en France(1856-1939)Volume 1Le temps des pionniers,2013. Jean-Yves GUILLAIN,Histoire du golf en France(1856-1939)Volume 2, Le temps de l’institutionnalisation,2013. Laurence MUNOZ et Jan TOLLENEER,L’Église, le sport et l’Europe, La Fédération internationale catholique d’éducation physique (FICEP) à l’épreuve du temps (1911-2011), 2011. Philippe GASTAUD,Sports et mouvements de jeunesse catholiques en Guadeloupe au XXe siècle. Histoire de l'identité créole, 2010. © L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-17268-2 EAN : 9782343172682
Marc Barreaud
Roger Marche
Une légende ardennaise, un mythe du sport français Préface de Yanny Hureaux
Ouvrages de Marc Barreaud Tintin et Hergé(Arts, Rencontres et Créations, 1990). Présentation artistique de Jean-Marie Le Sidaner. La Coupe du monde de football, miroir d’un siècle(Chiron, 1997). Avec Alain Colzy et Jean Mallaret. Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français(L’Harmattan, 1998).Club Sportif Sedan-Ardennes : les archives de la saison 1997-1998 (SOPAIC, 1998).Au cœur du football sedanais, chronique d’un retour(Pole Position Communication, 1999). Au cœur du football sedanais, les portes de l’Europe(Pole Position Communication, 2000). Les Géants de Sedan, cinquante portraits pour un siècle(Pole Position Communication, 2000). Préface de Roger Lemerre.Au cœur du football sedanais, le roman de l’Europe(Pole Position Communication, 2001). Sedan, il était une fois… la Coupe de France(Euromedia, 2005). Préface de Guy Roux. Sedan-Reims, histoire d’un grand derby(Euromedia, 2006). Avec Alain Colzy, préface de Michel Hidalgo et Pierre Tordo. Les Sangliers, champions ardennais du football français (Euromedia, 2007). Dictionnaire des footballeurs sedanais. Joueurs, entraîneurs, dirigeants(Euromedia, 2010).Sedan 1961. L’épopée de la Coupe(Euromedia, 2011). Roger Marche. Un sanglier, un champion, un mythe(Euromedia, 2011). Une épopée sportive : la France de Platini(L’Harmattan, 2012). Avec Alain Colzy. Les Géants du Stade de Reims(Euromedia, 2012). Avec Alain Colzy. Le Stade de Reims, les années tango(L’Harmattan, 2013). Avec Alain Colzy, préface de Carlos Bianchi. Les Verts, l’été du football stéphanois(L’Harmattan, 2015). Avec Alain Colzy, préface d’Osvaldo Piazza.
« A Charleval ou en Pologne. A l’heure où les filles commencent et où les usines ferment. Toujours fermées, à jamais, à jamais, à jamais… (…) Je marche, Boulevard des Italiens, je vais partir tout à l’heure à la frontière belge. »
Léo Ferré,Je parle à n’importe qui.
Préface La biographie que Marc Barreaud consacre à Roger Marche est une œuvre d’une telle dimension que bien des stars actuelles du football rêveraient d’être un jour à ce point honorées. Quel monument élevé à la gloire de l’arrière-gauche légendaire du Stade de Reims, du Racing Club de Paris et de l’Equipe de France ! Il va sans dire que Barreaud l’Ardennais est en parenté géographique avec Marche, « le Sanglier des Ardennes ». Mais si cette intimité ajoute un supplément d’âme au récit, jamais elle ne le réduit à une hagiographie. Historien de haute tenue, chercheur passionné, mais d’une rigueur et d’une impartialité exemplaires, homme de grande culture, Marc Barreaud a offert ses lettres de noblesse au football en lui consacrant des ouvrages salués par des universitaires et des journalistes de renom.  Combien d’archives et de témoins lui a-t-il fallu inlassablement consulter pour nous restituer quasiment au jour le jour les charges fougueuses du Sanglier des Ardennes sur les stades de France, d’Europe et du monde ! La quête du plus petit détail fait que l’on se demande si Barreaud n’en sait pas plus sur son héros que Marche n’en savait lui-même ! Voilà pourquoi, à mes yeux et je pèse mes mots, le « Marche » de Barreaud mérite d’être comparé au « Rimbaud » de Lefrère. Mais Barreaud, à la différence de Lefrère aurait pu profiter d’un avantage considérable : pouvoir rencontrer de son vivant celui dont on a décidé d’être le biographe ! Dans sa « note liminaire », il confie que si dans les rues de Charleville-Mézières ou au stade Emile-Albeau, étreint par l’émotion que l’on devine, il lui était arrivé d’apercevoir Roger Marche, alors gloire honoraire du football, il ne regrettait pas pour autant de ne jamais l’avoir abordé. Et ce, écrit-il « au nom de ce
7
regard éloigné» et qui est leparlait si bien Lévi-Strauss  dont garant de l’impartialité de l’historien.  Quelle odyssée que celle de Marche, homme enraciné dans un arpent minuscule de ses Ardennes natales ! En 1944, qui aurait imaginé qu’à Mohon (prononcer « Mon »), petite commune attenante au chef-lieu des Ardennes dont elle deviendra un quartier en 1966, Roger Marche, fils d’ouvriers et ouvrier lui-même, aurait un jour comme coéquipier à Reims, à Paris et dans l’Equipe de France, un certain Pierre Flamion avec qui il avait débuté au Football Club Mohonnais ?  D’une plume alerte, Marc Barreaud restitue les heures lumineuses et sombres de la prodigieuse carrière de Roger Marche, gloire du Stade de Reims avec qui il brandit la Coupe de France et décroche le titre de champion de France. Voici entre autres fabuleux exploits du capitaine de l’Equipe de France, la façon dont en 1955, au stade de Colombes, il musela l’intenable ailier anglais Stanley Matthews. Et ce but historique, le seul et unique de sa carrière qu’il marqua au Parc des Princes en 1959, face à l’Espagne ! Voici Marche, Ardennais taiseux, grommelant ses rancœurs à l’adresse de deux clubs chers à son cœur, mais auteurs chacun, selon lui, d’un coup fourré. Reims dont le président Germain lui annonce qu’il vient de décider seul de le transférer au R.C. Paris. Sedan dont le président Maurice Laurant le laisse tomber après lui avoir fait miroiter d’endosser le maillot des glorieux footballeurs-ouvriers de Louis Dugauguez.  Roger Marche, le seul footballeur au monde à avoir exigé dans son contrat qu’il se dispensait de participer aux séances d’entraînement ! Il suffisait au Sanglier des Ardennes de courir en semaine dans les chemins forestiers de son terroir natal, sans y taper dans un ballon, pour que le dimanche, il enflamme des stades en y renversant des montagnes.  Une seule fois, j’ai eu la chance de rencontrer Louis Nucera. Me sachant ardennais, il m’a parlé de Roger Marche. En 1972, à la demande deFrance Football, il était venu s’entretenir avec
8
lui à Mohon où, retraité du football il menait une vie active dans son café et son entreprise de transport. J’ai évidemment découvert l’interview dans le livre de Marc Barreaud. Est-il besoin de confier qu’elle palpite dans le souvenir ému que je garde de ce grand écrivain inhumé à Nice ?  « Roger Marche, rapportait-il, ne discourt pas sur le football comme si sa vie en dépendait. Il dit simplement ce qui lui paraît essentiel. Et comme, ce matin-là, ce qui lui était essentiel se situait dans une livraison à effectuer, sa conversation ne dura pas davantage. » Yanny Hureaux
9