Le Corricolo – suivi d'annexes

-

Livres
456 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Nouvelle édition 2019 sans DRM de Le Corricolo de Alexandre Dumas augmentée d'annexes (Dumas, sa vie, son temps, son œuvre par de Bury).

ERGONOMIE AMÉLIORÉE :
L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
- Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
- Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
- Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR :
Les éditions Arvensa, leaders de la littérature classique numérique, ont l'objectif de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique à un prix abordable, tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin et bénéficient d'un système de navigation optimale. Le service qualité s’engage à vous répondre dans les 48h.


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791027302604
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
ARVENSA ÉDITIONS La référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www.arvensa.com
©Tous droits réservés Arvensa Éditions ISBN : 9791027302604
NOTE DE L’ÉDITEUR
L’objectif des Éditions Arvensa est de vous faire connaître les œuvres des plus grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable, tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de n ous les signaler en écrivant à notre Service Qualité : servicequalite@arvensa.com Pour toutes autres demandes, contactez : editions@arvensa.com Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez être informé de nos actualités et des mises à jour de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le site : www.arvensa.com Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifes tent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires. Nous vous souhaitons une bonne lecture. Arvensa Éditions
LISTE DES TITRES
LE CORRICOLO
ALEXANDRE DUMAS – SA VIE, SON TEMPS, SON ŒUVRE
Alexandre Dumas : Œuvres complètes Retour à la liste des œuvres
LE CORRICOLO
Impressions de voyage Pour toutes remarques ou suggestions : editions@arvensa.com Ou rendez-vous sur : www.arvensa.com
Edition de référence : Michel Lévy frères 1851
LE CORRICOLO Liste des titres Table des matières du titre
Table des matières
Introduction I Osmin et Zaïda. II Les chevaux spectres III Chiaja IV Toledo V Otello VI Forcella VII Grand gala VIII Le lazzarone IX Le lazzarone et l’Anglais X Le roi Nazone XI Anecdotes XII La bête noire du roi Nazone XIII Autres anecdotes XIV Les Vardarelli XV La jettatura XVI Le prince de *** XVII Le combat XVIII La bénédiction paternelle XIX Saint Janvier, martyr de l’Église XX Saint Janvier et sa cour XXI Le miracle XXII Saint Antoine usurpateur XXIII Le capucin de Resina XXIV Saint Joseph XXV La villa Giordani XXVI Le Môle XXVII Excursions : Le tombeau de Virgile XXVIII Excursions : La grotte de Pouzzoles – La grotte du Chien XXIX La place du Marché XXX Église del Carmine XXXI Le mariage sur l’échafaud XXXII Excursions dans les environs de Naples : Pouzzoles XXXIII Le Tartare et les Champs-Élysées XXXXIV Le golfe de Baïa XXXV Un courant d’air à Naples : Les églises de Naples XXXVI Une visite à Herculanum et à Pompeïa XXXVII La rue des Tombeaux XXXVIII Petites affiches XXXIX Maison du Faune XL La grande mosaïque XLI Visite au musée de Naples XLII La bête noire du roi Ferdinand XLIII L’auberge de Sainte-Agathe XLIV Les héritiers d’un grand homme XLV Route de Rome
XLVI Gasparone XLVII Une visite à sa sainteté le pape Grégoire XVI XLVIII Comment en partant pour Venise on arrive à Florence
LE CORRICOLO Liste des titres Table des matières du titre
Introduction
Lecorricolo est le synonyme decalessino, mais comme il n’y a pas de synonyme parfait, expliquons la différence qui existe entre le corricolo et le calessino. Le corricolo est un espèce de tilbury primitivement destiné à contenir une personne et à être attelé d’un cheval ; on l’attelle de deux chevaux, et il charrie de douze à quinze personnes. Et qu’on ne croie pas que ce soit au pas, comme la charrette à bœufs des rois francs, ou au trot, comme le cabriolet de régie ; non, c’est au triple galop ; et le char de Pluton, qui enlevait Proserpine sur les bords du Symète, n’allait pas plus vite que le corricolo qui sillonne les quais de Naples en brûlant un pavé de laves et en soulevant leur poussière de cendres. Cependant, un seul des deux chevaux tire véritablement : c’est le timonier. L’autre, qui s’appelle le bilancino, et qui est attelé de côté, bondit, caracole, excite son compagnon, voilà tout. Quel dieu , comme à Tityre, lui a fait ce repos ? C’est le hasard, c’est la Providence, c’est la fatalité : les chevaux, comme les hommes, ont leur étoile. Nous avons dit que ce tilbury, destiné à une personne, en charriait d’ordinaire douze ou quinze ; cela, nous le comprenons bien, demande une explication. Un vieux proverbe français dit : « Quand il y en a pour un, il y en a pour deux » Mais je ne connais aucun proverbe dans aucune langue qui dise : « Quand il y en a pour un, il y en a pour quinze. » Il en est cependant ainsi du corricolo, tant, dans les civilisations avancées, chaque chose est détournée de sa destination primitive ! Comment et en combien de temps s’est faite cette agglomération successive d’individus sur le corricolo, c’est ce qu’il est impossible de déterminer avec précision. Contentons-nous donc de dire comment elle y tient. D’abord, et presque toujours, un gros moine est ass is au milieu, et forme le centre de l’agglomération humaine que le corricolo emporte co mme un de ces tourbillons d’âmes que Dante vit suivant un grand étendard dans le premier cercle de l’enfer. Il a sur un de ses genoux quelque fraîche nourrice d’Aversa ou de Neltuno, et sur l’a utre quelque belle paysanne de Bauci ou de Procida ; aux deux côtés du moine, entre les roues et la caisse, se tiennent debout les maris de ces dames. Derrière le moine, se dresse sur la pointe d es pieds le propriétaire ou le conducteur de l’attelage, tenant de la main gauche la bride, et de la main droite le long fouet avec lequel il entretient d’une égale vitesse la marche de ses deux chevaux. Derrière celui-ci se groupent à leur tour, à la manière des valets de bonne maison, deux ou trois l azzaroni, qui montent, qui descendent, se succèdent, se renouvellent, sans qu’on pense jamais à leur demander un salaire en échange du service rendu. Sur les deux brancards sont assis deux gamins ramassés sur la route de Torre del Greco ou de Pouzzoles, ciceroni surnuméraires des antiquités d’ Herculanum et de Pompéia, guides marrons des antiquités de Cumes et de Baïa. Enfin, sous l’essieu de la voiture, entre les deux roues, dans un filet à grosses mailles qui va ballottant de haut en bas, de long en large, grouille quelque chose d’informe, qui rit, qui pleure, qui crie, qui hogne, qui se pl aint, qui chante, qui raille, qu’il est impossible de distinguer au milieu de la poussière que soulèvent les pieds des chevaux : ce sont trois ou quatre enfants qui appartiennent on ne sait à qui, qui vont on ne sait où, qui vivent on ne sait de quoi, qui sont là on ne sait comment, et qui y restent on ne sait pourquoi. Maintenant, mettez au-dessous l’un de l’autre, moine, paysannes, maris, conducteurs, lazzaroni, gamins et enfants ; additionnez le tout, ajoutez le nourrisson oublié, et vous aurez votre compte. Total, quinze personnes. Parfois il arrive que la fantastique machine, chargée comme elle est, passe sur une pierre et verse ; alors toute la carrossée s’éparpille sur le revers de la route, chacun lancé selon son plus ou moins de pesanteur. Mais chacun se retire aussitôt et oublie son accident pour ne s’occuper que de celui du moine ; on le tâte, on le tourne, on le retourne, on le relève, on l’interroge. S’il est blessé, tout le monde s’arrête, on le porte, on le soutient, on le choie, on le couche, on le garde. Le corricolo