Capital humain versus humain capital

Capital humain versus humain capital

-

Livres
164 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Accepter que l'humain ne soit pas seulement un capital à exploiter mais un patrimoine à faire fructifier change radicalement notre façon de penser les valeurs, l'innovation, le leadership et la gouvernance. Dans la compétition internationale, la France a une formidable carte à jouer. Son déclin est d'autant moins une fatalité que l'esprit français pourrait se révéler parfaitement adapté aux temps nouveaux.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 novembre 2014
Nombre de lectures 53
EAN13 9782336360133
Langue Français
Signaler un abus

apal mai erus mai apal
C H H C
Il n’est de richesses que d’hommes : une antienne maintes fois Gérard SCHOUNrépétée que chacun connaît sans plus trop y croire tant la réalité
des pratiques managériales semble souvent s’en éloigner. Lucide sur
l’état des lieux, l’auteur garde un certain optimisme. L’environnement
économique, social et écologique impose une mue.
L’invention de l’entreprise moderne est historiquement datée. Elle
a pris pour modèle la machine. Ce modèle se révèle aujourd’hui
inadapté et de plus en plus d’organisations essayent de s’en libérer.
Ainsi, la notion de bien-être au travail n’est plus un oxymore mais
devient une composante d’une création de valeur globale qui ne se
réduit pas à la valeur actionnariale.
Accepter que l’humain ne soit pas seulement un capital à exploiter
mais un patrimoine à faire fructifer change radicalement notre façon C H
de penser les valeurs, l’innovation, le leadership et la gouvernance.
Dans la compétition internationale, la France a une formidable carte à
jouer. Son déclin est d’autant moins une fatalité que l’esprit français H C
pourrait se révéler parfaitement adapté aux temps nouveaux.
Gérard Shou est diplômé de l’ESSEC. Expert RSE reconnu, il est
cofondateur de plusieurs entreprises, toutes dédiées au développement de
la RSE, et a publié plusieurs ouvrages sur le sujet. Il croise ici son approche
avec celle d’autres experts, Véronique Chabernaud, Adelaïde de Lastic, Yann
Queinnec, Laure Semen et Patrizia Valero.
« AD VALOREM » s’adresse à tout lecteur universitaire, cadre, dirigeant ou autre curieux
de prendre conscience des tendances économiques, sociales, culturelles et artistiques
de la valeur. Riche de points de vue croisés d’auteurs et de chercheurs multidisciplinaires
et internationaux, la collection propose des approches nouvelles de la valeur, dans
la pluralité de ses manifestations et dans son émergence. La réfexion engageante et
transverse sur le phénomène de valeur apparaît comme un formidable liant et levier pour
le bénéfce des entreprises, des organisations, de la société, en faveur de l’évolution de
la conscience et de la vie.
Valérie LEJEUNE, directrice de la collection Ad Valorem, Docteur en Génie des Procédés
(INPG) et en Business Administration (PSB), est Professeur à Paris School of Business du
Groupe ESG et y dirige le VALUE LAB. Elle est aussi consultante en Innovation et Stratégie.
ISBN : 978-2-343-04483-5
16,50 €
taspintiasupmcamiannlustuvseurmuaainntuuiittmnaiianlii
C H v H C Gérard SCHOUN
su
apal ver apal





Capital Humain
versus Humain Capital




















Collection « Ad Valorem »
*
OUVRAGES PARUS
Adélaïde DE LASTIC, Que valent les valeurs ?, 2014. Gérard SCHOUN






Capital Humain
versus Humain Capital














© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris
www harmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-04483-5
EAN : 9782343044835



L’auteur

Gérard SCHOUN
Gérard SCHOUN est diplômé de l’ESSEC. Expert RSE
reconnu, il est cofondateur de plusieurs entreprises, toutes
dédiées au développement de la RSE.
Gérard SCHOUN a publié :
Diriger, Éditions d’Organisation, 2004
Tu seras un leader, ma fille, Éditions Autres Temps, 2010
Entrons dans le management d’après, Éditions Lignes de
Repères, 2010
Manifeste pour une comptabilité universelle, Éditions
L’Harmattan, 2011

Les contributeurs

Véronique CHABERNAUD
Véronique CHABERNAUD est médecin, oncologue,
diplômée de l’ESSEC Executive Education et du Master
pour le Développement du Leadership Éthique.
Elle a fait une carrière internationale de dirigeante dans
l’industrie pharmaceutique à des postes de recherche
médicale et de responsabilités opérationnelles.
Elle est fondatrice et dirigeante de la société Créer la
Vitalité et a créé le concept de Potentiel Vitalité, apporté
aux entreprises, organisations et au grand public par le
conseil, l’accompagnement, l’enseignement, des
publications et expositions.
Elle a également créé et préside l’association Enfance et
Vitalité.

Adélaïde de LASTIC
Adélaïde de Lastic, Docteur ès philosophie (EHESS),
spécialiste de l’éthique en entreprise et consultante en
Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE), cherche à
5



intégrer une approche éthique et de Responsabilité Sociale
à la démarche stratégique des entreprises. Elle fait partie
de deux laboratoires de recherche : l’Institut Jean Nicod
(EHESS, ENS, CNRS) et le Value Lab (Paris School of
Business). Sa liste de publications est disponible sur le site
de Jean Nicod.

Yann QUEINNEC
Yann Queinnec est juriste, diplômé du DJCE de Rennes et
LLM d'Exeter en droit international des affaires.
Directeur général d'Affectio Mutandi, première agence
conseil en stratégies sociétales, articulant communication
corporate & de crise, affaires publiques, compréhension
des enjeux juridiques et relations avec les ONG.
Ancien directeur de l'association Sherpa, il a exercé, de
1997 à 2004, comme conseil juridique et fiscal au sein du
cabinet Landwell & Partners.
Il enseigne "Les enjeux juridiques de la RSE" en Master 2
au sein de plusieurs facultés de droit et écoles de
commerce et publie régulièrement ses travaux de
recherche dans des revues de référence, notamment autour
du concept de contrat durable objet de sa thèse.

SanDenKR
Agissant au sein des performances UnDeuxGround
menées avec la Cie Gertrude II, SanDenKR met à
contribution son expertise artistique, son regard extérieur
et décalé à travers un aperçu du fonctionnement et des
méthodes des entreprises.
SanDenKR a été publié dans : Thèm' Axe 8 - arts et
musique, Éditions Lugdivine, 2009 / Slam Session, Asile
Éditions, 2009 / Château de cartes - La Tribut du Verbe,
Éditions La Passe du Vent, 2011. À paraître : Attentat
Rhétoriste, Performances UnDeuxGround, Éditions deux
cent cinq, 2014.
6



Laure SEMEN
Présidente de LSG, société spécialisée dans
l’accompagnement et le conseil en éthique auprès
d’équipes dirigeantes, Laure Semen accompagne depuis
une dizaine d’années des dirigeants et des managers dans
l’amélioration de leurs postures managériales et de leurs
communications inter relationnelles.
Convaincue que l’Humain constitue la principale richesse
de l’entreprise, elle accompagne ses clients,
particulièrement de grands groupes en phase de rachat /
fusion /acquisition, individuellement et/ou collectivement,
pour créer une synergie autour d’une philosophie
managériale qui met en exergue la fonction de manager
leader responsable.

Patrizia VALERO
Patrizia Valero dirige le cabinet Pergus, qui accompagne
les organisations dans l’accélération des performances par
une gestion respectueuse de l’Humain.
Après avoir travaillé dans la communication au service de
grands groupes à l’international, elle intervient, depuis
2005, sur de problématiques de responsabilité sociale et
développement du potentiel humain.
Auteur de nombreux articles sur le Capital Humain, elle a
piloté le groupe de travail consacré à l’humain dans
l’investissement, avec HEC-Club Finance. Elle est auteur
du Livre Blanc « Capital Humain, levier de performance
Durable », aux éditions HEC.




7



SOMMAIRE

SLAM .............................................................................. 11
PROLOGUE .................................................................... 13
CHAPITRE 1
MECANISER L’HUMAIN
OU HUMANISER LA MACHINE ? .............................. 15
CHAPITRE 2
OSER LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL .......................... 37
CHAPITRE 3
QUE VALENT LES VALEURS ? .................................. 61
CHAPITRE 4
CONCILIER INNOVATION ET UTILITE SOCIALE ...... 75
CHAPITRE 5
CONJUGUER LEADERSHIP ET HUMANITE ........... 93
CHAPITRE 6
INVESTIR DANS L’HUMAIN .................................... 113
CHAPITRE 7
PROMOUVOIR UNE GOUVERNANCE
CENTREE SUR L’HUMAIN ........................................ 135
EPILOGUE .................................................................... 157

9



SLAM


1Montons sur le balcon (SanDenKR)


Montons sur le balcon
Prenons de la hauteur
Faisons-nous oublier
Éloignons-nous des acteurs
Prenons du recul
Soyons extérieur
L’espace-temps d’une seconde
Stoppons la trotteuse
Positionnons-nous
Contre la montre
Contre les comptes à rebours
Les comptes Twitter ptes Facebook
Contre tout un tas de comptes courants
Mais courant vers où ?
Vers des entreprises pressées, des salariés sous pressions ?
Vers des sociologues stressés, vides d’interventions ?
Vers une infobésité hésitante ?
Une sociologie entreméprisante ?
Vers des humains multitâches 3.0 et la domestication
d’animaux socio…?

Montons sur le balcon
Prenons de l’altitude
Changeons d’habitudes
Faisons étude des individus
Interrogeons l’identité face aux flux tendus

1 Improvisation Slam, 5 janvier 2012, à Sciences Po La Sorbonne,
Paris
11



En un mot agissons !
L'intervention c’est avancer au milieu des inventions
C’est créer sa version des avancées
C’est être sur le versant
C’est tergiverser
C’est inverser des procédés
C'est renversant
C'est intervertir
Interagir
Faire inventaire
Investir...
Mais l'intervention ça peut être aussi savoir comment
gérer les outils de gestion
Comment réguler les procédés de régulation
Ou comment réorganiser les organisations !?!

Alors montons sur le balcon
Pas seulement pour mettre des pansements sur notre vision
du monde
On dit que le sociologue est la 5ème roue du carrosse
Parce que « Renault roule toujours et Bourdieu cours
derrière »
Désespérément pour régler les problèmes !
Alors faisons une pause !
Fuyons la performance
La profusion de temps
Cette transe du résultat
Redonnons du sens
Une âme à l’entreprise
Montons jusqu'aux couches atmosphériques
Pour mieux redescendre et agir sur le théâtre de la vie.





12




PROLOGUE


« Là où croît le péril, croît
aussi ce qui sauve. »
Friedrich Hölderlin



C’est un homme d’âge mûr, les cheveux grisonnants, avec
une petite moustache. Il avance dans les coulisses. La
caméra le suit. Lorsqu’il entre sur scène, il est accueilli par
des applaudissements nourris.

Nous sommes dans un amphithéâtre et notre conférencier
n’est autre que Gary Hamel, un gourou du management
Outre-Atlantique depuis la publication en 1994 de son
ouvrage « La conquête du futur ». D’emblée, il questionne
l’auditoire. Quelle est l’invention des cent dernières
années qui a le plus changé nos vies ? Derrière lui, une
diapositive indique de nombreuses réponses possibles : le
moteur à explosion, la chimie, le séquençage de l’ADN,
Internet…Avec un brin de mauvaise foi, il balaye tout
cela. Non, l’invention majeure, c’est le management.

Puis vient le cœur du message. L’essentiel du management
tel que nous le connaissons était déjà en place en 1920. Il
s’est perfectionné dans les décennies suivantes mais la
courbe de l’amélioration tend vers l’asymptote. Dans les
cinquante dernières années, les apports sont marginaux. Or
dans la même période, le contexte a connu une évolution
radicale. Le changement a changé, pas tant sa nature mais
surtout sa fréquence, souvent exponentielle. La
compétition s’est accrue, elle est désormais mondiale. Les
13 savoirs se banalisent, le vrai défi consiste à en générer de
nouveaux plus vite que les concurrents.
Comment faire pour rendre les organisations plus
résilientes et plus innovantes ? Les systèmes, processus,
procédures, logiciels, jouent un rôle déterminant mais
seuls les hommes et les femmes sont capables de
résilience et d’innovation. Le management 1.0 né au siècle
dernier n’a pas démérité mais il est à bout de souffle. Il est
temps de lui substituer un management 2.0 qui saura
puiser dans la créativité et la passion des individus pour
créer des organisations performantes, un management qui
comprendra que les humains ont des ressources avant
d’être des ressources.
Il n’est de richesses que d’hommes, combien de fois
avons-nous entendu cette antienne ? Combien de fois
a-telle été démentie par la réalité des valorisations
boursières ? Le capital humain reste encore souvent une
variable d’ajustement mais les perceptions bougent.
Certains craignent que les crises multiples et enchevêtrées
dans lesquelles nous nous débattons ne soient le prélude à
une apocalypse. Il faut au contraire l’espérer. Au sens
originel, l’apocalypse n’est pas un désastre mais le
dévoilement d’une autre réalité. Et si les entreprises
découvraient que l’humain est vraiment devenu capital ?
14



CHAPITRE 1 :
MECANISER L’HUMAIN OU HUMANISER LA
MACHINE ?


« Si vous traitez un individu
comme il est, il restera ce
qu'il est. Mais si vous le
traitez comme s’il était ce
qu'il doit et peut devenir,
alors il deviendra ce qu'il
doit et peut être. »
Johann Wolfgang von Goethe



2Brève histoire de la « machine »

Gary Hamel a raison, le management est une
construction intellectuelle récente. Il apparaît au début du
siècle dernier avec la grande industrie. L’accent est alors
mis sur la maîtrise des opérations. Obtenir la conformité
des produits et des services aux exigences spécifiées par
des ingénieurs, la doctrine du management s’articule
autour de cet objectif simple. Taylor, Fayol, Sloan et
d’autres inventent la division du travail, la bureaucratie
et recherchent une Organisation Scientifique du Travail,
mirage qui, on le voit tous les jours, hante encore nombre
de managers au début du XXIème siècle. Le
management promet plus de consommation donc plus de
bien-être mais n’évite pas l’aliénation d’un grand nombre

2 Ce chapitre reprend notamment des thèses exposées dans l’ouvrage
« Entrons dans le management d’après » du même auteur (Éditions
Lignes de Repères, 2010)
15