100 FICHES POUR COMPRENDRE LE DROIT 6EME EDITION

-

Livres
238 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En 100 fiches, ce livre propose un résumé pédagogique de tout le droit français en vigueur : droit constitutionnel, droit civil, droit de la famille, droit administratif, droit du travail, droit des affaires, droit pénal, droit communautaire, droit international, droit de la concurrence et droit de la consommation. Qu’est ce qu’une jurisprudence ? Une loi ? Un règlement ? Qu’est-ce qu’une constitution ? Un contrat ? Une société ? Qu’est-ce qu’une preuve ? Un magistrat ? Une directive ? Une clause abusive ?. Ces fiches très complètes et rédigées dans un langage simple permettront à chacun de mieux comprendre la centaine de notions juridiques abordées. Cet ouvrage sera utile aux étudiants s’orientant en droit ou préparant des concours et plus largement à tous ceux souhaitant s’initier à cette matière.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 septembre 2014
Nombre de visites sur la page 1 874
EAN13 9782749533315
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

100 FICHES
POUR COMPRENDRE
LE DROIT
Matthieu CARON Jean-Marie MASSONNAT
Ancien élève de l’ENS Cachan Ancien élève de l’ENS Cachan
Agrégé d’économie-gestion Agrégé d’économie-gestion
Master en droit public de Paris I Master en droit européen de Rennes I
Professeur à l’université de Lille II Master en sciences de gestion de Paris II
Professeur en classe préparatoire
à l’ENC Bessières de Paris
Estelle GARNIER BERGÈRE Antoine SOM
Ancienne élève de l’ENS Cachan Ancien élève de l’ENS Cachan
Agrégée d’économie-gestion Agrégé d’économie-gestion
Master en droit des affaires Master en droit communautaire
et de l’économie de Paris I et européen de Paris I
Professeur en classe préparatoire Professeur en classes préparatoires
au lycée Pergaud de Besançon au lycée Gustave Eiffel de Bordeaux
Victor ZAGURY
Ancien élève de l’EFB
Master en droit privé de Paris X
Maître de conférence à l’université de Paris XIII
Avocat au barreau de Paris
100F_Droit.indd 1 18/06/2014 18:59© Bréal 2014
Toute reproduction même partielle interdite
ISBN : 978 2 7495 3331 5
100F_Droit.indd 2 18/06/2014 18:59AVANT-PROPOS
Ce livre nourrit une ambition simple : faire découvrir aisément les bases du
droit aux lycéens, aux étudiants, aux personnes qui préparent des concours de
la fonction publique mais aussi aux citoyens désireux d’aborder et de connaître
la loi.
L’ouvrage présente cent notions juridiques essentielles appartenant aux
principales branches du droit étudiées à l’Université : droit constitutionnel,
droit administratif, droit civil, droit de la famille, droit pénal, droit du travail,
droit des sociétés, droit de la concurrence, droit de la consommation, droit
européen et droit international.
Si chacun des thèmes est traité de façon à être étudié séparément, des
renvois entre fiches ainsi qu’un index, important et très fonctionnel, favorisent
l’examen croisé et approfondi des différentes notions.
Nous vous souhaitons une bonne lecture ainsi qu’une belle rencontre avec
cette honorable et vivante discipline qu’est le droit.
Matthieu Caron
100F_Droit.indd 3 18/06/2014 18:59SOMMAIRE
PARTIE I – LE DROIT ET LES JUSTICIABLES
1 – Les règles de droit............................................................................................ 10
2 – Les branches du droit ....................................................................................... 12
3 – La Constitution ................................................................................................ 14
4 – Les normes supranationales............................................................................. 16
5 – les lois .............................................................................................................. 18
6 – Les règlements ................................................................................................. 20
7 – La jurisprudence .............................................................................................. 22
8 – Les principes généraux, la coutume et la doctrine .......................................... 24
9 – L’organisation judiciaire française .................................................................. 26
10 – L’action en justice .......................................................................................... 28
PARTIE II – LE DROIT ET LES CITOYENS
11 – La souveraineté 32
12 – Le contrat social ............................................................................................ 34
13 – La démocratie ............................................................................................... 36
14 – L’État ............................................................................................................. 38
15 – Les régimes politiques .................................................................................. 40
e16 – Le régime de la V République ..................................................................... 42
17 – Le Président de la République ...................................................................... 44
18 – Le Premier ministre et le Gouvernement ..................................................... 46
19 – Le Parlement .................................................................................................. 48
20 – La justice constitutionnelle ............................................................................ 50
PARTIE III – LE DROIT ET LES ADMINISTRÉS
21 – La construction du droit administratif ........................................................... 54
22 – Les administrations centrales et déconcentrées ............................................ 56
23 – La décentralisation ......................................................................................... 58
24 – Les autorités administratives indépendantes ................................................. 60
25 – Le service public ............................................................................................ 62
26 – La police administrative ................................................................................ 64
27 – Les actes et les contrats administratifs .......................................................... 66
28 – La soumission de l’administration au droit .................................................. 68
29 – La responsabilité administrative .................................................................... 70
30 – La justice administrative ............................................................................... 72
100F_Droit.indd 4 18/06/2014 18:59PARTIE IV – LE DROIT ET LES PARTICULIERS
31 – Les personnes physiques ............................................................................... 76
32 – Les personnes morales ................................................................................... 78
33 – Le patrimoine ................................................................................................. 80
34 – Le droit de propriété ...................................................................................... 82
35 – La notion de contrat ....................................................................................... 84
36 – La formation et l’exécution du contrat ......................................................... 86
37 – La notion de responsabilité civile .................................................................. 88
38 – Les règles relatives à la responsabilité civile ............................................... 90
39 – Les sûretés ..................................................................................................... 92
40 – La preuve ....................................................................................................... 94
PARTIE V – LE DROIT ET LES FAMILLES
41 – L’union libre .................................................................................................. 98
42 – Le PACS ........................................................................................................ 100
43 – Le mariage 102
44 – Les régimes matrimoniaux ............................................................................ 104
45 – Le divorce ...................................................................................................... 106
46 – La filiation par le sang ................................................................................... 108
47 – La filiation adoptive ...................................................................................... 110
48 – Les parents et l’enfant 112
49 – La solidarité familiale .................................................................................... 114
50 – Les successions .............................................................................................. 116
PARTIE IV – LE DROIT ET LES HORS-LA-LOI
51 – Les grands principes du droit pénal............................................................... 120
52 – Contravention, délit et crime ......................................................................... 122
53 – Les infractions et les personnes .................................................................... 124
54 – Les infractions et les biens ............................................................................ 126
55 – Les infractions et les entreprises ................................................................... 128
56 – Les hors-la-loi ................................................................................................ 130
57 – Les magistrats 132
58 – Le juge d’instruction ...................................................................................... 134
59 – L’avocat pénaliste .......................................................................................... 136
60 – La Cour d’assises ........................................................................................... 138
100F_Droit.indd 5 18/06/2014 18:59PARTIE VII – LE DROIT ET LES TRAVAILLEURS
61 – L’évolution du droit du travail ....................................................................... 142
62 – Le contrat de travail ....................................................................................... 144
63 – Les pouvoirs de l’employeur ......................................................................... 146
64 – Les droits du salarié 148
65 – La rémunération ............................................................................................. 150
66 – Le temps de travail ........................................................................................ 152
67 – La rupture du contrat de travail ..................................................................... 154
68 – La représentation des salariés ........................................................................ 156
69 – L’action collective des salariés ...................................................................... 158
70 – La résolution des conflits du travail .............................................................. 160
PARTIE VIII – LE DROIT ET LES ENTREPRISES
71 – L’entreprise individuelle et la société ............................................................ 164
72 – Le commerçant .............................................................................................. 166
73 – Le fonds de commerce .................................................................................. 168
74 – Les sociétés de personnes .............................................................................. 170
75 – Les sociétés de capitaux ................................................................................ 172
76 – Les sociétés à responsabilité limitée ............................................................ 174
77 – Les sociétés civiles ........................................................................................ 176
78 – Les sociétés en Europe 178
79 – Les groupes de sociétés ................................................................................. 180
80 – Les entreprises en difficultés ........................................................................ 182
PARTIE IX – LE DROIT ET LES MARCHÉS
81 – La liberté du commerce et de l’industrie ....................................................... 186
82 – L’État entrepreneur et partenaire .................................................................. 188
83 – Les autorités de régulation du marché .......................................................... 190
84 – La coopération inter-entreprises ................................................................... 192
85 – La protection du marché ............................................................................... 194
86 – La protection des entreprises ........................................................................ 196
87 – Défense et information du consommateur ................................................... 198
88 – Les contrats et le consommateur .................................................................. 200
89 – La propriété industrielle 202
90 – La propriété littéraire et artistique ................................................................ 204
100F_Droit.indd 6 18/06/2014 18:59PARTIE X – LE DROIT, LES EUROPÉENS
ET LES CITOYENS DU MONDE
91 – La construction d’une gouvernance européenne .......................................... 208
92 – Les organisations européennes ..................................................................... 210
93 – Les institutions de l’Union européenne ........................................................ 212
94 – La fonction législative de l’Union européenne ............................................. 214
95 – La fonction exécutive de .............................................. 216
96 – La justice européenne .................................................................................... 218
97 – La construction d’une gouvernance mondiale 220
98 – Les organisations internationales .................................................................. 222
99 – La régulation de l’économie mondiale .......................................................... 224
100 – La justice internationale ............................................................................. 226
Index ...................................................................................................................... 230
100F_Droit.indd 7 18/06/2014 18:59100F_Droit.indd 8 18/06/2014 18:59PARTIE I
LE DROIT
ET
LES JUSTICIABLES
100F_Droit.indd 9 18/06/2014 18:59Les règles de droit1
Voter, payer ses impôts, se marier, divorcer, travailler, vendre, acheter, se loger… :
chaque acte du quotidien a une dimension juridique sans que nous en ayons
nécessairement conscience. Le droit constitue précisément l’ensemble de toutes ces règles
juridiques qui organisent la vie en société. À quoi servent ces règles ? Quelles sont leurs
caractéristiques ? Existe-t-il une hiérarchie entre elles ?
1. Intérêt et caractère des règles de droIt
A L’intérêt de la règle de droit
◗ La règle de droit est toujours la traduction d’un projet politique, l’expression
d’une certaine vision de la société. Ce sont les représentants élus par le peuple à un
moment donné qui sont à l’origine des règles juridiques. Le peuple pourra décider
de changer de représentants à l’occasion des élections suivantes s’il souhaite
majoritairement que les règles de droit traduisent un nouveau projet politique.
◗ La règle de droit sert aussi à faire respecter certaines valeurs. La vie en société
ne fonctionne pas qu’avec des règles juridiques. Il existe par exemple des règles
morales (ex : ne pas mentir), des règles de politesse (ex : le vouvoiement) ou des
règles religieuses (ex : ne pas avorter). Si ces règles n’ont pas nécessairement une
valeur juridique, elles n’en sont pas moins respectées par certaines personnes.
Mieux, il arrive parfois que les créateurs de droit (ex : législateur, juge)
transforment une règle morale, une règle de politesse ou une règle religieuse en une règ le
de droit (ex : l’avortement est interdit par la loi dans certains pays).
◗ La règle de droit est également utile pour pacifier la société. Toute société a
besoin de règles pour fonctionner. Il suffit d’imaginer une société sans règles pour
s’en rendre compte (ex : s’il n’y avait pas de sanction en cas de meurtre, tout le
monde pourrait tuer).
◗ La règle de droit est indispensable dans une économie de marché. Elle est un
outil indispensable pour encadrer la vie sociale. De ce point de vue, elle permet
notamment d’organiser les rapports marchands (ex : contrats) et non marchands
(ex : services publics). Le droit définit le cadre de la vie économique (ex : règles
de concurrence, fiscalité), soutient les acteurs économiques et sociaux (ex : aides
publiques, prestations sociales) et protège « les parties faibles » (salariés,
consommateurs, petites entreprises).
◗ La règle de droit sert à mieux entrer dans la modernité. Chaque jour, le droit
fait évoluer la société tandis que la société fait évoluer le droit. D’une part, de
nouvelles règles de droit sont nécessaires pour encadrer certains changements
sociétaux (ex : achat sur Internet). D’autre part, le droit est souvent amené à
provoquer lui-même ces changements (ex : baisse du temps de travail, loi sur la parité).
B Les caractères de la règle de droit
◗ La règle de droit a un caractère général. Autrement dit, elle s’applique de la
même manière à toutes les personnes qui sont dans une situation comparable (ex :
droit de rouler à 130 km/h maximum en temps normal sur autoroute).
10
100F_Droit.indd 10 18/06/2014 18:59◗ La règle de droit a un caractère abstrait. Le législateur utilise souvent des
formules très impersonnelles et abstraites pour rédiger les règles de droit :
« quiconque », « chacun », « l’ensemble », « toute personne », « nul ne peut », « le
salarié », « le commerçant », etc.
◗ La règle de droit a un caractère obligatoire. La règle de droit ne sera pas
respectée si aucune sanction n’est prévue (ex : si aucun contrôle de vitesse n’est
effectué sur autoroute et si aucune peine n’est prévue, personne ne respectera la
limitation de vitesse). Ce qui distingue fondamentalement la règle de droit des
autres règles (morales, etc.), c’est que la règle de droit est sanctionnée par la
puissance publique.
2. HIérarcHIe des règles de droIt en France
A Les normes constitutionnelles et supranationales
◗ La Constitution française du 4 octobre 1958 se trouve au sommet de la hiérarchie
des normes. Toutes les autres règles de droit français lui sont subordonnées. Cette
Constitution est complétée par un bloc de constitutionnalité comprenant toutes les
normes à valeur constitutionnelle ne figurant pas directement dans le corps de la
Constitution (Déclaration des droits de l’homme, préambule de la Constitution
de 1946, charte de l’environnement de 2005, principes fondamentaux reconnus
par les lois de la République). Si la Constitution est au sommet de la hiérarchie des
normes, c’est parce qu’elle est l’œuvre du peuple.
◗ Les normes supranationales sont constituées par les normes internationales et les
normes européennes. Elles résultent des engagements pris par la France au niveau
international (ex : conclusion d’un traité) et au niveau de l’Union européenne (ex :
adoption d’une directive). Toutes ces normes doivent théoriquement être
conformes à la Constitution pour s’appliquer dans l’ordre juridique interne.
B Les normes infra-constitutionnelles
◗ Les lois sont situées en dessous de la Constitution et des normes supranationales.
Elles sont préparées par le Gouvernement (projets de loi) et par le Parlement
(propositions de loi) mais ne sont votées que par ce dernier. Au sein des lois, il
existe une hiérarchie interne : lois organiques (chargées de l’organisation des
pouvoirs publics), lois référendaires (lois prises directement par le peuple) ou les
lois ordinaires (Fiche 5).
◗ Les règlements ont une valeur infra-constitutionnelle et infra-législative. Ils ont
pour finalité de compléter les lois par des décisions plus précises pour en
permettre l’exécution (règlements d’exécution) ou de définir des normes de
manière autonome (règlements autonomes). Les règlements comportent
notamment les décrets et les arrêtés. Ils sont l’apanage du pouvoir exécutif (président,
Premier ministre, ministres et représentants des ministres, chef des exécutifs
locaux).
◗ La jurisprudence correspond à l’ensemble des décisions qui sont rendues par les
juges.
Les principes généraux du droit, les coutumes, les usages et la doctrine constituent
d’autres sources de droit qui, bien que secondaires, peuvent s’avérer décisives.
11
100F_Droit.indd 11 18/06/2014 18:59Les branches du droit2
Si le terme « droit » s’écrit au singulier, il se décline au pluriel. Il n’existe pas un seul
droit mais une multitude de droits, régis par une multitude de sources écrites et non écrites.
Ainsi, le droit se présente sous la forme d’une arborescence. D’une part, on distingue
le droit national (qui s’applique dans un pays particulier) du droit supranational (qui
concerne plusieurs pays). D’autre part, le droit national et le droit supranational connaissent
eux-mêmes un très grand nombre de subdivisions internes en différentes branches.
1. le droIt natIonal
A Les branches du droit public
Le droit public règle les rapports entre les individus et la puissance publique. Il
assure la défense de l’intérêt général :
◗ Le droit constitutionnel règle les rapports entre les gouvernants et les gouvernés.
On peut distinguer plusieurs branches du droit constitutionnel :
– Le droit constitutionnel institutionnel organise les relations entre les pouvoirs
publics (président, Premier ministre, Gouvernement, Parlement, etc.)
– Le droit constitutionnel normatif a pour objet de définir les processus
d’adoption et de révision des normes constitutionnelles et infra-constitutionnelles
– Le droit constitutionnel des libertés protège les libertés fondamentales des
citoyens.
◗ Le droit administratif règle les rapports entre les administrés et leur
administration. Ce droit se subdivise également en différents ensembles tels que :
– le droit administratif général qui organise l’administration et définit ses
principes de fonctionnement ;
– le droit du contentieux administratif qui règle les litiges entre l’administration et
les administrés ;
– le droit administratif des biens qui organise la gestion des biens publics.
◗ Les autres branches du droit public sont nombreuses. On peut notamment citer :
– les finances publiques (rapports contribuables/État) ;
– le droit de la fonction publique (rapports fonctionnaires/État) ;
– le droit public économique (rapports entreprises/États) ;
– le droit de l’environnement (rapports « éco-citoyens »/État).
B Les branches du droit privé
Le droit privé règle les rapports entre les individus eux-mêmes. Il assure la défense
des intérêts privés :
◗ Le droit civil règle les questions relatives aux personnes (ex : état civil), aux biens
(ex : droit de propriété), aux familles (ex : mariage, divorce, successions), aux
contrats (ex : bail), etc.
◗ Le droit social s’intéresse aux relations entre employeur et salarié (droit du travail)
mais également à la protection sociale des travailleurs (droit de la sécurité sociale).
◗ Le droit des affaires concerne la vie des affaires. Il comprend de nombreuses
branches comme :
– le droit commercial (règles relatives à l’exercice des professions commerciales
et artisanales),
12
100F_Droit.indd 12 18/06/2014 18:59– le droit des sociétés (règles relatives à l’exercice d’activités économiques sous
forme de société),
– le droit de la concurrence (règles encadrant les rapports entre concurrents sur le
marché).
◗ Les autres branches du droit privé sont nombreuses. On peut notamment citer :
– le droit de la consommation (rapports entreprises/consommateurs),
– le droit des assurances (rapports assurés/assureurs),
– le droit rural (rapports fermiers/bailleurs).
◗ Le droit pénal enfin, est le droit qui sanctionne les contraventions, les délits et les
crimes. Très souvent, il est classé dans la catégorie « droit privé ». En réalité, ce
droit très spécifique est à la fois un droit public et un droit privé. C’est un droit
public car la Justice assure le respect du droit et de la société. Mais c’est aussi un
droit privé car il règle bien souvent des rapports individuels.
2. le droIt supranatIonal
A Les branches du droit international
◗ Le droit international public règle les rapports entre les différents États ainsi que
les compétences des organisations internationales.
– Exemple : La France signe un traité avec l’Allemagne (traité bilatéral).
– Exemple : La France signe un traité avec l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le
Japon (traité multilatéral).
– Exemple : plusieurs pays décident de créer une organisation internationale de
type universel (Organisations des Nations unies) ou régional (Union européenne).
◗ Le droit international privé organise les relations entre les personnes physiques
et morales de différents États.
– Exemple : un Français se marie avec une Danoise.
– : une entreprise allemande signe un contrat avec une entreprise
brésilienne.
B Les branches du droit européen
◗ Le droit de l’union européenne est le droit issu des traités de Rome, Maastricht,
Amsterdam, Nice et Lisbonne (Droit originaire de l’Union) mais résulte aussi des
actes pris par les institutions de l’Union (Droit dérivé de l’Union). Il s’applique
aux 28 États membres de l’Union européenne.
– Le droit institutionnel de l’Union comprend toutes les règles relatives au
fonctionnement des institutions de l’Union européenne.
– Le droit matériel de l’Union rassemble toutes les règles relatives aux politiques
de l’Union européenne (politique agricole, politique des transports, politique de
la concurrence, politique monétaire, etc.).
◗ Le droit européen hors Union européenne est le droit issu des organisations
européennes distinctes de l’Union européenne :
– C’est avant tout le droit résultant du Conseil de l’Europe et des décisions de la
Cour européenne des droits de l’homme (Fiche 96).
– C’est également le droit consécutif aux engagements pris par différents États
dans le cadre des organisations européennes que sont l’OSCE, l’OTAN, l’OCDE,
l’UEO, etc.
Toutes ces classifications sont relatives. Elles ont été inventées pour « le confort de
l’esprit » et ne sont pas aussi étanches qu’on pourrait l’imaginer. Elles permettent surtout
d’identifier la source applicable aux différents litiges (ex : si le litige concerne un rapport employeur/
salarié, on se référera au droit du travail) ou de déterminer quel est le tribunal compétent
(ex : le conseil des prud’hommes dans le cadre d’un contentieux employeur/salarié).
13
100F_Droit.indd 13 18/06/2014 18:59La Constitution3
La Constitution est la règle de droit qui est placée au sommet de la hiérarchie des
normes. Règle de droit la plus importante d’un pays, elle définit l’étendue du pouvoir
politique ainsi que son encadrement. Elle est à la fois un mode d’emploi de
l’organisation des institutions politiques et un catalogue de droits fondamentaux destiné à garantir
les libertés des citoyens. En résumé, elle est la charte solennelle d’une nation qui règle
les rapports entre les gouvernants et les gouvernés.
1. la constItutIon organIse le pouvoIr polItIque
A La Constitution détermine la nature et la forme du régime
◗ La Constitution détermine d’abord la nature de l’État. Ce dernier peut être
unitaire, fédéral ou régional :
– L’État unitaire (ex : France) repose sur l’unité du territoire, du gouvernement et
de la population. Il comprend un seul pouvoir exécutif, un seul pouvoir
législatif, une seule organisation juridictionnelle et une seule constitution
– L’État fédéral (ex : USA, Allemagne) repose sur un partage territorial du
pouvoir politique entre un État central (super-État) et des États fédérés. Il
comprend un pouvoir exécutif central et un pouvoir exécutif pour chaque État
fédéré, etc.
– L’État régional (ex : Italie, Espagne) est un État qui demeure indivisible comme
l’État unitaire mais qui reconnaît le droit à l’autonomie des régions.
◗ La Constitution détermine ensuite la forme du gouvernement. Ce dernier peut
être républicain (ex : France, Allemagne) ou monarchique (ex : Espagne,
GrandeBretagne). Dans les pays occidentaux, les monarchies comme les républiques sont
généralement démocratiques.
◗ La Constitution détermine enfin la forme du régime politique. Ce dernier peut
être parlementaire ou présidentiel (Fiche 15).
B La Constitution répartit les pouvoirs entre les institutions
◗ La Constitution doit permettre de séparer et de diviser les pouvoirs afin
qu’aucun pouvoir ne puisse s’imposer et que chaque pouvoir puisse se contrôler :
– Le pouvoir législatif se charge de préparer la loi et de la voter.
– Le pouvoir exécutif se charge d’appliquer les lois qui ont été votées.
– Le pouvoir judiciaire se charge de sanctionner le non-respect des lois votées et
règle les différends entre les citoyens.
◗ La Constitution va répartir ces trois pouvoirs entre diverses institutions. En
France par exemple, la constitution du 4 octobre 1958 partage le pouvoir législatif
entre le Parlement (préparation et vote de la loi) et le Gouvernement (préparation
de la loi). Elle attribue le plein exercice du pouvoir exécutif au Président de la
République, au Premier ministre et au gouvernement. Pour mettre en œuvre les
lois, le pouvoir exécutif dispose de l’administration et du pouvoir réglementaire
(Fiches 6 et 27). Enfin, « le pouvoir judiciaire » (au sens de Montesquieu) est
partagé entre les juges civils (ex : Cour de Cassation), administratifs (ex : Conseil
d’État) et constitutionnel (Conseil constitutionnel).
14
100F_Droit.indd 14 18/06/2014 18:59◗ Constitution fixe en général le mode de désignation des gouvernants. La
constitution française prévoit par exemple que le Président de la République et les
députés sont élus pour 5 ans au suffrage universel direct ou que les sénateurs sont
élus au suffrage indirect.
2. la constItutIon encadre le pouvoIr polItIque
A La Constitution énonce des droits fondamentaux
◗ La Constitution n’a pas seulement pour objet d’organiser le pouvoir
politique, elle est également porteuse d’une philosophie politique. Cette dernière
est généralement exposée dans le préambule de la Constitution sous la forme d’un
catalogue de droits fondamentaux des citoyens. En inscrivant dans la constitution
de tels droits, le pouvoir constituant entend conférer un certain nombre de droits
imprescriptibles aux citoyens qui ne peuvent être remis en cause par une simple loi.
◗ Les droits fondamentaux des citoyens ont fait l’objet de conquêtes successives
au cours de l’histoire :
e– Les droits proclamés à partir du xviii siècle sont essentiellement des droits de
nature individuelle (ex : la liberté à l’article 4 de la déclaration des droits de
l’homme du 26 août 1789 ou article 17 sur le droit de propriété).
– Les droits conquis au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sont plutôt des
droits de nature économique et sociale (ex : droit de grève ou droit à l’action
syndicale dans le préambule de la Constitution du 27 octobre 1946).
– Les droits revendiqués depuis deux ou trois décennies portent davantage sur la
préservation de l’environnement (ex : Charte de l’environnement insérée dans
erla Constitution française par la loi constitutionnelle du 1 mars 2005) ou la
protection des communautés.
B La Constitution fonde l’État de droit
◗ Tous ces droits fondamentaux n’ont aucune valeur si la constitution ne
prévoit pas leur protection. Placée au sommet de la hiérarchie des normes, la
supériorité de la constitution doit être assurée par des mécanismes spécifiques :
– une procédure de révision plus difficile que pour une simple loi ordinaire ;
– une juridiction constitutionnelle (ex : Conseil constitutionnel en France) qui
vérifie que toutes les règles de droit placées en dessous de la constitution
respectent les dispositions posées par celle-ci. On parle alors d’un « contrôle de
constitutionnalité » des normes infra-constitutionnelles.
◗ L’existence des droits fondamentaux protégés symbolise la présence d’un État
de droit. Cet État se caractérise un système politique dans lequel l’État et ses
gouvernants, ainsi que tous les citoyens, sont tous soumis obligatoirement au droit.
Parce que l’État est soumis à des règles, l’action des dirigeants du pays n’est pas
arbitraire. Autrement dit, « les droits et libertés des citoyens sont juridiquement
protégés, y compris face à l’État, grâce à des règles de droit établies et
sanctionnées par des juridictions indépendantes » (Dominique Chagnollaud).
Les pays qui disposent d’une constitution et d’un contrôle de constitutionnalité
sont théoriquement démocratiques. Or, il existe des pays qui ont une constitution et qui
ne sont guère démocratiques. De la même manière, les démocraties constitutionnelles
ne sont jamais à l’abri de la dictature car les constitutions ne restent que des barrières
de papier qui peuvent être violées. À charge pour le peuple de faire preuve de
discernement et de rester vigilant quand il choisit ses représentants.
15
100F_Droit.indd 15 18/06/2014 18:59Les normes supranationales4
L’ordre juridique interne est dépendant des ordres juridiques externes. D’une part,
la France doit se conformer aux normes de droit international qu’elle a régulièrement
ratifiées (normes internationales). D’autre part, le droit français est de plus en plus
influencé par le droit de l’Union européenne.
1. les normes InternatIonales
A Les traités internationaux et les coutumes internationales
e◗ Jusqu’au milieu du xx siècle, le droit international a été régi principalement
par des règles coutumières. Mais dans les années 1950, un vaste mouvement de
codification du droit international a été entrepris à l’initiative de la commission du
droit international public des Nations Unies. Cette codification a notamment
abouti à la Convention de Vienne du 22 mai 1969 (entrée en vigueur en 1980) qui
a pour objet de réglementer le droit des traités internationaux.
◗ Les traités ont pour vocation d’organiser les rapports entre deux ou plusieurs
États (ex : traités sur la protection de l’environnement, sur l’extradition de
prisonniers). Les conventions internationales ne portent pas toujours le nom de « traité » :
on parle aussi par exemple de « charte », d’« accord », de « pacte » internationaux.
Par ailleurs, on distingue :
– les traités bilatéraux (accord entre deux États) qui sont de loin les plus nombreux ;
– les traités multilatéraux (accord entre plus de deux États).
◗ Pour qu’un traité soit pleinement appliqué en France, il faut :
– qu’il soit approuvé et ratifié par les autorités françaises ;
– qu’il ne soit pas contraire à la Constitution ;
– qu’il soit effectivement appliqué par les autres pays signataires.
◗ Aux côtés des traités, la coutume internationale continue à jouer un rôle
prépondérant dans le concert des nations. Il s’agit d’une pratique générale,
reconnue et acceptée par plusieurs pays comme une source de droit à part entière.
La coutume internationale existe notamment quand deux éléments sont réunis :
– un élément matériel, à savoir une pratique répétée et stable (ex : neutralité d’un
pays, droit d’asile pour réfugiés politiques) ;
– un élément psychologique, à savoir l’intériorisation de la pratique par chaque
État.
B Les principes généraux, les actes unilatéraux et les décisions
de la CIJ
◗ Les principes généraux du droit international constituent l’ensemble des
principes que certains États ont en commun (ex : condamnation des génocides, respect
des droits de la défense dans un procès).
◗ Les actes unilatéraux des États et des organisations internationales (OIG)
constituent également une source du droit international. Il s’agit de tous les actes des
États et des OIG qui produisent des effets dans l’ordre juridique international (ex :
fait que tel pays ou telle organisation reconnaisse l’existence de tel État).
16
100F_Droit.indd 16 18/06/2014 18:59◗ La Cour internationale de justice (Fiche 100) rend des avis et des arrêts qui ont
des conséquences au niveau international. La CIJ règle certains contentieux entre
États au moyen d’arrêts tandis qu’elle rend des avis consultatifs sur demande des Les normes supranationales
particuliers et des organisations internationales.
2. les normes de l’unIon européenne
A Les traités, les règlements et les directives de l’Union
◗ Les traités de l’Union forment le droit de l’Union originaire. Ils constituent les
textes fondamentaux, la « charte constitutionnelle de base » de l’Union
européenne, une « pré-constitution » de l’Union. Les autres actes de l’Union
constituent le droit de l’Union dérivé de l’Union. Il s’agit essentiellement des
règlements et des directives de l’Union.
◗ Le règlement de l’Union est une norme de portée générale, obligatoire dans tous
ses éléments et directement applicable dans chaque État membre. Tout justiciable
national peut invoquer l’existence d’un règlement de l’Union devant son juge
national pour défendre ses droits (ex : un règlement portant sur la pêche est
adopté, toute personne qui y a intérêt peut l’invoquer devant les juges français).
◗ La directive de l’Union lie tout État membre quant au résultat à atteindre tout en
laissant aux autorités nationales la compétence quant à la forme et aux moyens. À
la différence du règlement, la directive nécessite par conséquent une mesure de
transposition nationale pour être appliquée au niveau interne. L’UE définit un
objectif politique mais il appartient à chaque État de mettre en œuvre celui-ci au
moyen d’une norme nationale (ex : transposition de la directive sous forme de loi)
dans un temps limité (ex : la directive doit être transposée pour telle date). Si cette
transposition n’est pas réalisée à temps, non seulement les justiciables peuvent
invoquer la directive directement devant leur juge national mais l’État doit aussi
payer des amendes journalières pour défaut de transposition.
B Les décisions, les recommandations, les avis
et les actes hors nomenclature
◗ La décision de l’Union n’est pas un acte de portée générale mais un acte
individuel. Autrement dit, elle s’adresse à des destinataires précis, clairement désignés
(ex : une entreprise, une personne, une association, une profession). La décision
est obligatoire dans tous ses éléments pour les destinataires qu’elle désigne.
◗ Les recommandations et avis sont des « instruments d’orientation » qui n’ont pas
de caractère obligatoire. L’avis va permettre à l’Union d’exprimer une opinion sur
une question particulière. La recommandation va suggérer de faire converger les
législations nationales sur tel ou tel aspect.
◗ Les actes de l’Union hors nomenclature sont très nombreux. Il s’agit des actes
qui ne figurent pas à la nomenclature officielle de l’article 288 TFUE mais qui
jouent un rôle dans la gouvernance de l’Union. Tel est le cas notamment des livres
verts, des livres blancs, des conclusions de la présidence, des programmes d’action,
des communications, etc.
Il faut savoir que les engagements internationaux et européens pris par la France
ont une autorité supérieure aux lois françaises. En revanche, la Constitution française
conserve sa primauté dans l’ordre juridique interne et reste au sommet de la hiérarchie
des normes française.
17
100F_Droit.indd 17 18/06/2014 18:59Les lois5
Alors que la Constitution est l’œuvre du pouvoir constituant (le peuple) et que les
règlements sont l’apanage du pouvoir exécutif, la loi émane du pouvoir législatif. En
France, ce pouvoir législatif est partagé entre le Parlement et le Gouvernement. Si
environ 90 % des lois sont d’origine gouvernementale, le Parlement reste le pivot du pouvoir
législatif puisqu’il n’appartient qu’à lui de voter celles-ci. Quels sont les différents types
de lois en France ? Dans quelles matières peut-on utiliser la forme législative ? Comment
sont préparées, adoptées et appliquées les lois ?
1. typologIe et domaIne de la loI
A La typologie des lois françaises
◗ Les lois les plus nombreuses sont les lois ordinaires. « La loi ordinaire est un
acte voté par le Parlement, selon la procédure législative, dans les domaines de
compétence résultant de la Constitution » (Guy Carcassonne). La loi ordinaire fixe
des grands principes. Elle est généralement complétée par des règlements
d’application pour être opérationnelle (Fiche 6).
◗ Il existe bien d’autres types de lois au sens de la Constitution :
– Les lois référendaires (article 11 C) : lois ordinaires ou constitutionnelles
adoptées directement par le peuple par voie de référendum.
– Les lois constitutionnelles (article 89 C): lois révisant la Constitution.
– Les lois organiques (article 46) : lois qui sont relatives au fonctionnement et à
l’organisation des pouvoirs publics.
– Les lois d’habilitation (article 38 C) : lois habilitant le gouvernement à
légiférer sous forme d’ordonnances.
– Les lois de finances (article 47 C) : lois relatives au budget de l’État.
– Les lois de financement de la Sécurité sociale (article 47-1 C) : lois relatives
au budget de la Sécurité sociale.
– Les lois de programme (article 34 C) : lois déterminant les objectifs de l’action
économique et sociale de l’État et comportant des prévisions de dépenses
chiffrées.
– Les lois autorisant la ratification des engagements internationaux
(article 53 C) : lois permettant de faire entrer en vigueur certains engagements
internationaux de la France dans l’ordre juridique interne.
B Le domaine de la loi française
◗ Les rédacteurs de la Constitution de 1958 ont instauré un domaine de la loi.
En effet, l’article 34 de la Constitution prévoit qu’on ne peut recourir à une loi que
dans des domaines bien précis: droits civiques, libertés publiques, nationalité,
crimes et des délits, régime électoral, enseignement, etc. Ainsi, par exemple, il
n’est pas possible pour un parlementaire de faire une proposition de loi tendant à
créer une autoroute puisqu’une telle proposition ne rentre pas dans le cadre de
l’article 34.
◗ Tout ce qui n’entre pas dans le domaine de la loi va alors avoir un caractère
réglementaire (article 37 C). Alors que le domaine de la loi est très restrictif, le
18
100F_Droit.indd 18 18/06/2014 18:59domaine du règlement est très large, ce qui donne un pouvoir très important au
Premier ministre (titulaire du pouvoir réglementaire) et à son gouvernement.
◗ Or, dans la pratique, la distinction entre les domaines de la loi et du
règlement a perdu de son intérêt puisque c’est le gouvernement qui prépare
l’essentiel des lois. Ainsi, quand le gouvernement prépare un projet de loi, il ne cherche
pas forcément à savoir si son projet entre dans le domaine de la loi. Il se pose
d’autant moins cette question qu’à tout moment, il est en droit de faire revenir
dans le domaine du règlement, des dispositions législatives qui ont en réalité un
caractère réglementaire. On parle alors de « déclassement » de la loi ou de
« délégalisation ».
2. adoptIon et applIcatIon de la loI
A L’adoption de la loi française
◗ L’initiative de la loi appartient concurremment au Premier ministre et aux
membres du Parlement (article 39 C). À cet égard, il faut distinguer :
– – les propositions de loi qui peuvent être faites par un ou plusieurs
parlementaires (députés ou sénateurs) ;
– – les projets de loi qui sont préparés par les ministres au nom du gouvernement
et qui sont délibérés en Conseil des ministres avant d’être déposés sur le bureau
d’une des deux assemblées.
◗ La loi est d’abord examinée en commission par les parlementaires puis
discutée et adoptée en séance plénière. Les commissions examinent le texte et
ses amendements. La commission désigne en son sein un rapporteur qui sera
chargé de présenter le texte en séance plénière. Au cours de cette dernière, le texte
est discuté et voté article par article, amendement par amendement puis un
nouveau vote final a lieu sur l’intégralité du texte.
◗ La loi est enfin transmise à l’autre assemblée conformément au principe de la
« navette » (article 45 C). Après deux lectures du texte devant chaque assemblée,
si aucun accord n’a été trouvé entre le Sénat et l’Assemblée nationale, le Premier
ministre peut convoquer une CMP (Commission mixte paritaire) composée
de 7 députés et 7 sénateurs pour essayer de résoudre les désaccords persistants
entre les deux assemblées. Si aucun accord n’est trouvé à l’issue de la CMP, le
Gouvernement pourra donner le dernier mot à l’Assemblée Nationale.
B L’application de la loi française
◗ Pour être applicable, une loi doit être promulguée par le président, publiée au
JO et nécessite souvent des mesures d’exécution complémentaires pour être
pleinement opérationnelle. Elles sont en effet souvent complétées par des
règlements d’exécution (Fiche 6).
◗ Quand une loi est votée, il existe souvent des conflits potentiels entre la loi
nouvelle et la loi ancienne. En théorie, la loi nouvelle s’applique immédiatement
mais ne peut en revanche avoir d’effet rétroactif (article 2 du Code civil).
◗ Toute loi peut toujours être abrogée. Rien n’interdit au législateur de revenir sur
une loi antérieure pour la modifier, la compléter ou la supprimer.
Aujourd’hui, la loi est malade. Ses maux principaux sont bien connus : inflation,
malfaçon, manque de clarté et d’intelligibilité et crise de normativité (lois très vagues
sans portée juridique). À cause de l’incurie du législateur, la loi est devenue illisible et il
appartient désormais au juge de jouer les « sur-interprètes » de la loi.
19
100F_Droit.indd 19 18/06/2014 18:59Les règlements6
Les règlements (décrets et arrêtés pour l’essentiel) ont une double utilité : soit ils
constituent le prolongement d’une loi pour la rendre concrètement applicable sur le
terrain (règlement d’exécution), soit ils créent des règles de droit autonomes qui ne sont
pas prises en vertu d’une loi (règlements autonomes). Dans la Constitution
du 4 octobre 1958, le pouvoir réglementaire général est attribué au Premier ministre
tandis que le pouvoir réglementaire d’attribution revient au Président de la République.
D’autres autorités peuvent exercer le pouvoir réglementaire à titre exceptionnel et à
certaines conditions très strictes; il en va ainsi des ministres, des préfets, des recteurs ou
des maires. En quoi va consister ce pouvoir de faire des règlements ?
1. typologIe des règlements
A Les décrets
◗ Il convient d’abord de distinguer les décrets réglementaires des décrets
individuels, sachant qu’il y a une supériorité des premiers sur les seconds en matière de
hiérarchie des normes :
– Les décrets réglementaires dégagent des dispositions générales et imposent
des règles à un ensemble de personnes, voire à tout le monde (ex : décret relatif
à la possibilité de cumuls d’emplois des fonctionnaires).
– Les décrets individuels reposent sur des dispositions particulières et imposent
des règles à des personnes en particulier (ex : décret portant sur la nomination
d’un fonctionnaire à tel poste).
◗ On distingue généralement trois grands types de décret en fonction de l’autorité
qui en a été à l’origine :
– Les décrets en Conseil des ministres sont ceux qui sont signés par le Président
de la République et contresignés par le Premier ministre ainsi que par les
ministres responsables de leur exécution. Le plus souvent, il s’agit des actes
réglementaires qui revêtent une importance particulière. Un décret sera délibéré
en Conseil des ministres dans deux hypothèses : soit un texte le prévoit
expressément (ex : l’article 13 de la Constitution prévoit que certains fonctionnaires
comme les préfets ou les ambassadeurs sont nommés en Conseil des ministres),
soit le président demande l’inscription d’un décret simple à l’ordre du jour du
Conseil. Un décret en Conseil des ministres ne peut être modifié que par un
nouveau décret pris en Conseil des ministres.
– Les décrets en Conseil d’État sont ceux qui ne peuvent être pris qu’après avis
du Conseil d’État. Un décret sera soumis en Conseil d’État soit en raison d’une
disposition constitutionnelle, législative ou réglementaire l’exigeant ; soit sur
décision du Gouvernement s’il estime qu’il s’agit d’un décret très important. Un
décret en Conseil d’État ne pourra être modifié que par un nouveau décret en
Conseil d’État.
– Les décrets simples sont les plus nombreux. Il s’agit du mode d’exercice
ordinaire du pouvoir réglementaire. Ces décrets sont généralement des décrets du
Premier ministre.
20
100F_Droit.indd 20 18/06/2014 18:59B Les arrêtés
◗ Les arrêtés sont des normes réglementaires infra-décrétales. Autrement dit, ils
constituent des normes qui sont soumises aux décrets, lesquels leur sont
supérieurs. Les arrêtés permettent de prendre des règlements concernant des sujets
moins importants que les décrets.
◗ On peut recenser d’autres types d’arrêtés :
– les arrêtés ministériels (pris par un ministre) et arrêtés interministériels (pris
par deux ou plusieurs ministres sur un sujet commun),
– les arrêtés préfectoraux (pris par les préfets) et les arrêtés rectoraux (pris par
les recteurs d’académie),
– les arrêtés municipaux (pris par les maires).
◗ Aux côtés des décrets et des arrêtés, on trouve d’autres actes administratifs
(Fiche 27) comme :
– les circulaires (interprétation d’un texte législatif ou réglementaire par un
ministre ou un chef de service à destination de l’administration),
– les directives (instructions d’un ministre ou d’un chef de service à son
administration pour l’application d’un texte),
– les recommandations des AAI (Fiche 24).
2. les détenteurs du pouvoIr réglementaIre
A Le pouvoir réglementaire du Premier ministre et du Président
◗ Le Premier ministre dispose du pouvoir réglementaire de droit commun. Il lui
appartient en effet d’assurer l’exécution des lois au titre de l’article 21 de la
Constitution. Ainsi, près de 95 % des décrets réglementaires sont édictés par le
Premier ministre.
◗ Le Président de la République dispose du pouvoir réglementaire pour les décrets
délibérés en Conseil des ministres (CE, 1992, Meyet). Un décret délibéré en
Conseil des ministres alors qu’il n’avait pas à l’être ne peut plus être modifié que
par un autre décret délibéré en Conseil des ministres (CE, 1994, Comité
d’entreprise de la Régie Renault). Le Président qui souhaite élargir son pouvoir
réglementaire peut y parvenir aisément puisqu’il lui suffit de faire inscrire les projets de
décrets qu’il souhaite, à l’ordre du jour du Conseil des ministres. Le Président
pourra toujours faire insérer dans un décret en Conseil des ministres, une
disposition permettant de modifier ou d’abroger le décret par voie de décret simple
(CE, 1996, Collas).
B Le pouvoir réglementaire des autres acteurs
◗ Certains textes et décisions jurisprudentielles ont reconnu aux ministres des
pouvoirs réglementaires. Un ministre a notamment le pouvoir de diriger ses
services (CE, 1936, Jamart), de réglementer l’exercice du droit de grève
(CE, 1950, Dehaene), de prendre des circulaires (CE, 1954, Notre Dame du
Kreisker) ou des directives (CE, 1970, Crédit foncier de France).
◗ Les maires, les préfets, les recteurs, les autorités administratives
indépendantes ou certaines autorités professionnelles (ex : ordre des médecins) peuvent
également prendre des normes réglementaires. Dans ce cas, on parlera d’actes
administratifs plutôt que de règlements.
Tous les actes réglementaires sont soumis au respect des normes qui leur sont
supérieures (Constitution, normes supranationales, lois). Le juge administratif sera notamment
chargé de vérifier cette légalité des règlements et actes pris par l’administration.
21
100F_Droit.indd 21 18/06/2014 18:59La jurisprudence7
Étymologiquement, le mot jurisprudence (du latin « prudentia juris ») signifie
« science du droit ». Il a d’ailleurs conservé ce sens en Angleterre (« théorie du droit »).
En France, la jurisprudence (ou « droit prétorien ») désigne aujourd’hui, au sens large,
l’ensemble des décisions de justice rendues par les différentes juridictions. Dans un sens
plus strict, elle désigne une série de décisions rendues dans le même sens par des
juridictions différentes sur un point de droit déterminé.
1. le rôle de la jurIsprudence
A Appliquer la loi de manière uniforme sur le territoire
◗ À l’époque de la Révolution française, les juges étaient dans l’obligation
d’appliquer la volonté du législateur à la lettre. Les tribunaux devaient, toutes les
fois qu’ils croyaient nécessaire d’interpréter une loi ou d’en créer une nouvelle,
suspendre les procès afin de s’adresser au corps législatif. Cette procédure du
référé législatif a été totalement supprimée suite aux lois du 30 juin 1828 et
erdu 1 avril 1837.
◗ Depuis 1804, les juges sont dans l’obligation absolue de juger les questions qui
leur sont soumises. L’article 4 du code civil dispose en effet que « le juge qui
refusera de juger, sous prétexte du silence, de l’obscurité ou de l’insuffisance de la loi,
pourra être poursuivi comme coupable de déni de justice ». La suppression du
référé législatif conduit donc le juge, lorsque la loi ne lui fournit pas une solution
préconçue, à s’appuyer, non plus sur l’interprétation du pouvoir législatif, mais sur
les décisions rendues par ses collègues d’autres juridictions dans des situations
juridiques similaires. Cela permet une certaine uniformisation des décisions judiciaires
sur le territoire. Il faut savoir que plus une décision émane d’une juridiction d’un
rang élevé dans la hiérarchie judiciaire, plus elle a de chance de faire jurisprudence.
Ainsi, un arrêt de l’Assemblée plénière de la Cour de cassation suffit en principe à
créer une jurisprudence tandis qu’un arrêt d’une simple chambre de la Cour de
cassation ou d’une cour d’appel aura beaucoup moins de force s’il reste isolé.
B Interpréter, adapter et pallier les lacunes de la loi
◗ Le juge interprète la loi. Chaque décision de justice est en effet l’occasion de
préciser comment le droit, c’est-à-dire une règle générale, s’applique à des cas
particuliers. Lorsque la loi est obscure, le juge est obligé de la préciser (ex :
interprétation de la loi du 4 août 2008 relative à la modernisation de l’économie).
◗ Le juge adapte le droit à l’évolution des faits. L’évolution de la vie en société,
des sciences, des techniques et des nouvelles technologies conduisent le juge à
créer du droit (ex : responsabilité du fait des choses déduite de l’article 1384 C. civ,
force probante des télécopies reconnue en 1997 avant la loi du 13 mars 2000, etc.).
◗ Le juge pallie les lacunes de la loi. Quand celle-ci est silencieuse sur un point de
droit déterminé, le juge est obligé de combler ce vide juridique (ex : définition du
contrat de travail).
22
100F_Droit.indd 22 18/06/2014 18:592. la portée de la jurIsprudence
A L’interdiction faite au juge de créer du droit
◗ L’article 5 du Code civil prohibe les arrêts de règlement. Les juges français
n’ont pas le droit de légiférer, ils ne peuvent se « prononcer par voie de disposition
générale et réglementaire sur les causes qui leur sont soumises ». Il est leur donc
défendu de créer des normes en dehors de tout litige. Si des principes généraux de
solution peuvent être édictés à propos d’un litige (cf. arrêts de principe), une
juridiction ne peut se prononcer par une disposition qui la lierait elle-même ou qui
lierait d’autres juridictions pour l’avenir.
◗ Les revirements de jurisprudence sont effectivement toujours possibles. « Les
jugements n’ont qu’une autorité relative, limitée à l’affaire sur laquelle ils
statuent […] ; le même tribunal pourrait, le lendemain, rendre une décision
différente dans une affaire similaire. Le fait qu’une juridiction, si haut placée qu’elle
soit, a tranché une question dans un certain sens n’oblige pas une autre
juridiction à adopter la même solution. Il en va autrement dans les pays anglosaxons où
règne la valeur obligatoire du précédent judiciaire, les tribunaux étant liés par les
décisions rendues dans des affaires semblables par les juridictions supérieures »
(Professeur Terré).
B Le juge détenteur, en pratique, d’un certain pouvoir de créer
du droit
◗ La jurisprudence est au cœur du système juridique français. Les tribunaux ont
élaboré de véritables théories qui sont devenues partie intégrante du système
juridique français (ex : abus de droit, stipulation pour autrui, enrichissement sans
cause, interprétation extensive de l’article 1384 du Code civil en matière de
responsabilité du fait des choses et du fait d’autrui). De même, une jurisprudence
innovante ou provocatrice suscitera souvent un débat parmi les praticiens du droit
et/ou dans l’opinion publique et contraindra généralement le Parlement à légiférer.
◗ Les décisions de la Cour de cassation et du Conseil d’État font généralement
autorité. En tant que juridictions suprêmes, chargées de contrôler la bonne
application des règles de droit, elles jouent un rôle déterminant dans l’unification et
l’harmonisation du droit français. C’est particulièrement le cas lorsqu’elles
rendent des arrêts de principe. Ces derniers ne se limitent pas, contrairement aux
arrêts dits d’espèce, à appliquer la norme de façon circonstancielle mais proposent
une interprétation de la règle de droit selon une formulation générale. Ils
rayonnent ainsi au-delà du cas d’espèce qu’ils tranchent en proposant des
principes généraux de solution. Pour autant, la jurisprudence devra toujours respecter
les normes qui lui sont supérieures (Constitution, loi, règlement). Les autorités
chargées d’édicter ces normes supérieures pourront également toujours défaire une
jurisprudence qui ne leur convient pas.
Au-delà des débats théoriques, la jurisprudence est dans les faits une source du
droit. Bien qu’elle ne soit que complémentaire à la loi et qu’elle lui soit subordonnée,
elle reste un instrument essentiel pour les praticiens du droit. Ces derniers y ont accès
grâce à des recueils périodiques (ex : recueils Dalloz, la Semaine juridique, la Gazette
du Palais, etc.), et des bases de données numériques (ex : legifrance, lexis nexis, Dalloz
en ligne, etc.).
23
100F_Droit.indd 23 18/06/2014 18:59