Le divorce et la séparation de corps en droit congolais

-

Livres
233 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage étudie en profondeur le divorce et la séparation de corps suivant l'ordre des articles du code de la famille. Entièrement illustrés (chacune des étapes de la procédure, objet du litige, intérêt à agir, aide juridique, référés, voies de recours), tous les principes directeurs du procès y sont développés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de visites sur la page 3 837
EAN13 9782296449893
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LE DIVORCE ET LA SÉPARATION DE CORPS EN DROIT CONGOLAIS
Hygin Didace Amboulou
LE DIVORCE ET LA SÉPARATION DE CORPS EN DROIT CONGOLAIS
© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13640-3 EAN : 9782296136403
Si le droit est l’éthique des personnes sobres, deux choses, cependant, nous pervertissent : le complexe et l’orgueil.
Hygin Didace Amboulou
 Ce livre est un hommage à deux hommes : -Le regretté président de la Cour suprême, Charles Assemekang qui, dans le souci de l’amélioration et de la vulgarisation du droit national, publiait l’un de ses premiers ouvrages : « Le droit des personnes et de la famille ». C’était au lendemain de la promulgation de la loi n° 073/84 du 17 octobre 1984, portant Code de la famille. Une loi qu’il s’était proposé de commenter. Le réalisme de ses analyses, la teneur de ses propositions ainsi que la pertinence des questions qu’il pose et leurs réponses que dicte l’assimilation d’une nouvelle culture juridique confrontée à des coutumes rigoureuses et profondément enracinées, font de cet illustre juriste un véritable précurseur. -Mon ami et collègue, Fidèle Ikama, magistrat, arraché prématurément à la vie le 28 novembre 2007, alors qu’il exerçait les fonctions de Directeur de Cabinet du Garde des sceaux, Ministre de la justice et des droits humains, Aimé Emmanuel Yoka.
Nous remercions pour leurs précieux conseils : Didier Narcisse Iwandza, président du Tribunal de Commerce de Pointe-Noire, Henri Faustin Abia, e magistrat au 2 cabinet d‘instruction au tribunal de Grande Instance de Pointe-Noire, Constant Ongoundou, président du tribunal d’instance de Tié-Tié. Roger Oko, avocat au barreau de Pointe-Noire, Aristide Okassa, auditeur de justice, Mathias Pourou, greffier en chef au TGI de Pointe-Noire, Brislaine Koutou, notaire à pointe-Noire, Joseph Lolo, greffier en chef au T I de Tchinouka de Pointe- Noire.