Guide complet des CFD investir et gagner en bourse avec un produit dérivé simple

-

Français
320 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les CFDs sont des produits dérivés des actions.

Ils ont été créés pour permettre aux investisseurs particuliers d'accéder au marché des actions sans les contraintes de celui-ci et avec des avantages supplémentaires : une plus grande flexibilité - des produits moins chers, un effet de levier plus important, des intérêts sur les cessions. Extrêmement populaires au Royaume-Uni et en Allemagne, les CFDs intéressent une grande partie des investisseurs particuliers français lassés par la complexité et la lourdeur du marché des actions.

Le livre est une présentation exhaustive et comparative des CFDs par rapport aux actions.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 mai 2011
Nombre de lectures 237
EAN13 9782818802465
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0187€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Guide complet des CFD investir et gagner en bourse avec un produit dérivé simple
Pierre-Antoine Dusoulier
Nicolas Charbonnier
Pierre-Antoine Dusouliera commencé sa carrière comme trader à Paris au CIC puis à Londres à la Commerzbank et chez Indosuez (devenu Calyon). En 2006, il créeCambiste.com dans le but de fournir aux particuliers français un accès simple et légal au marché des changes (Forex).Cambiste.coma été la première société à avoir un agrément du CECEI permettant d’offrir un service de changes scriptural au comptant et incluant une opération de crédit. En 2008,Cambiste.comdevient SAXO BANQUE France, première banque française à proposer un accès au marché des CFD. Pierre-Antoine Dusoulier est aujourd’hui le président de SAXO BANQUE.
Pierre-Antoine Dusoulier est administrateur de l’AFTB (L’Association française des trésoriers des banques). Il est aussi en charge de la commission « change » de l’ACI France (Association Cambiste Internationale). Il est membre de l’ASF (Association Française des Sociétés Financières –www.asf-france.com) et de l’ACSEL (Association de l’Économie Numérique –www.associationeconomienumerique.fr) où il s’occupe particulièrement des problématiques liées au courtage en ligne CFD et Forex.
Vous pouvez suivre Pierre-Antoine Dusoulier sur Twitter @padusoulier ou sur son blog : www.latribunedepad.com
Un site internet spécialement conçu pour se former au trading a récemment été créé par l’équipe de Saxo Banque :www.formation-trading.com; vous y trouverez beaucoup d’informations complémentaires à ce livre.
Nicolas Charbonnierest diplômé de l’EDHEC Business School. Dès 2006, il rejoint Cambiste.comet contribue à la création et au développement du premier courtier Forex français. Après avoir travaillé au lancement de Saxo Banque, filiale française de la banque danoise Saxo Bank, issue du rachat deCambiste.compar Saxo Bank, il occupe depuis septembre 2008 le poste de directeur exécutif au sein de Saxo Banque (France).
Un site internet conçu spécialement pour accompagner cet ouvrage permet au lecteur d’obtenir des informations actualisées :www.cfdeo.com.
Les auteurs tiennent tout particulièrement à remercier M. Pierre Giannini, Sales Trader chez Saxo Banque, et Mllle Chloé Magnier, sans qui l’écriture de cet ouvrage n’aurait pas été possible.
Les auteurs peuvent être contactés aux adresses suivantes : pierre-antoine.dusoulier@maxima.fr et nicolas.charbonnier@maxima.fr
infos/nouveautés/catalogue :www.maxima.fr
192, bd Saint-Germain, 75007 Paris
Tél. : + 33 1 44 39 74 00 – Fax : + 33 1 45 48 46 88
© Maxima, Paris, 2011.
9782818802472
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
Avertissement :Les opérations sur CFD (avec ou sans effet de levier) comme les opérations sur tout autre produit dérivé peuvent s’avérer très spéculatives et générer des gains ou des pertes importants. La négociation de CFD ou d’autres produits dérivés comporte un haut niveau de risque et n’est, par conséquent, pas adaptée à tous types d’investisseurs. Cet ouvrage ne prend en considération ni les objectifs particuliers d’investissements, ni la situation financière ou les besoins particuliers des utilisateurs. En conséquence, il est vivement conseillé au lecteur d’analyser de façon prudente et diligente sa situation financière et de consulter ses conseillers financiers quant à l’adéquation de sa situation avec ce type d’opérations et ce, avant de réaliser un quelconque investissement ou d’effectuer toute transaction. Les auteurs ne sauraient être tenus responsables de toute perte découlant d’un investissement fondé sur toute recommandation, prévision ou autre information apparaissant dans cet ouvrage. Le contenu de cet ouvrage ne saurait être considéré comme une promesse explicite ou implicite, ou encore comme une garantie ou un engagement des auteurs que les investisseurs tireront des bénéfices des stratégies décrites ou que les pertes découlant de la mise en œuvre desdites stratégies pourront ou seront limitées.
Sommaire
Page de titre
Page de Copyright Avant-Propos Chapitre I - LES CFD DEAÀZ Chapitre II - COMMENCER À TRAITER LES CFD Chapitre III - SAVOIR ANALYSER LES MARCHÉS COUVERTS PAR LES CFD Chapitre IV - GÉRER AU MIEUX SON PORTEFEUILLE DE CFD CONCLUSION ANNEXES Lectures recommandées Lexique Dans la même collection
Avant-Propos
POURQUOI CE LIVRE ? Après le succès duGuide complet du Forex – Investir et gagner sur le marché des devises, nous nous sommes rapidement aperçus qu’il y avait une réelle demande d’informations et de formations sur les instruments de trading de la part des investisseurs particuliers français. Cela est d’autant plus vrai sur des marchés ou produits encore assez peu connus en France comme le Forex et les CFD.
Les retours positifs que nous avons reçus à propos du livre consacré au marché des devises nous ont convaincus d’écrire cet ouvrage sur un produit dont on parle beaucoup et qui connaît déjà un très grand succès à l’étranger : lesContracts for Differenceou CFD.
Nous aurons l’occasion de détailler les particularités de ce produit d’investissement tout au long de ce...
C h ap itre I
LES CFD DEAÀZ
1. INTRODUCTION L’un des sujets récurrents au sein de la communauté financière concerne le moyen de se protéger contre la baisse des marchés financiers et même, pourquoi pas, d’en tirer profit. Les CFD, ouContracts For Difference, comme d’autres produits dérivés, offrent cette double possibilité. Avec les CFD, vous pouvez en effet traiter sur les variations de cours d’une action, d’une matière première ou d’un indice avec un effet de levier pouvant aller jusqu’à 20. Les CFD vous offrent l’opportunité de couvrir vos investissements actuels et même de « shorter » une valeur ou un indice, c’est-à-dire de vendre un actif que vous ne détenez pas. Autrement dit, un investisseur peut anticiper la baisse du cours d’un actif financier en vendant le CFD de cet actif et ainsi générer un profit si le marché évolue effectivement dans le sens anticipé.
Les avantages des CFD par rapport aux autres produits financiers simples ou dérivés sont nombreux. On citera d’ores et déjà leur flexibilité, c’est-à-dire la possibilité de les utiliser dans tous types de configuration de marchés et pour mettre en place tous types de stratégie sur tous types de marchés. On citera aussi la rapidité d’exécution, l’existence d’un effet de levier, les moindres coûts associés et notamment l’absence de droit de garde. Les particularités et avantages des CFD que nous nous attacherons à mettre en évidence tout au long de cet ouvrage, font qu’ils ont connu un succès incontestable auprès des investisseurs et traders étrangers, succès marqué par une croissance quasi exponentielle des volumes échangés. Les CFD sont aujourd’hui des produits incontournables pour intervenir sur les marchés financiers mondiaux et sont désormais accessibles beaucoup plus facilement aux investisseurs français.
A. La naissance des CFD
Les CFD ont fait leur apparition au début des années 1990 en Angleterre. La création de ce produit dérivé a été principalement impulsée par une demande forte des hedge funds et des traders institutionnels qui souhaitaient vendre des actions qu’ils ne détenaient pas, sans pour autant avoir à subir les risques et les frais d’emprunt liés aux opérations classiques de ventes à découvert.
De plus, au Royaume-Uni, seuls les market makers (teneurs de marché) de valeurs cotées, étaient à l’origine autorisés à se placer court sur ces valeurs (ce qui signifie qu’ils pouvaient vendre une action qu’ils ne possédaient pas afin de profiter d’une baisse des cours). Les market makers sur actions ont alors présenté les CFD aux traders institutionnels comme des produits OTC (Over The Counter)c’est-à-dire de gré à gré. En termes simples, avec les CFD, les market makers vendaient à découvert, à la place des investisseurs institutionnels et des hedge funds. Ces derniers profitaient de plus d’un produit non taxé qui leur permettait ou bien de limiter l’exposition au risque de leurs portefeuilles d’investissement, c’est-à-dire de « hedger » leurs investissements, ou bien de jouer la baisse de certaines valeurs. Les CFD offraient également aux managers de fonds la possibilité d’utiliser un effet de levier. Ceci leur permettait ainsi de prendre sur le marché des positions supérieures à la valeur des actifs détenus dans leurs fonds.
Les CFD sont restés exclusivement réservés aux investisseurs institutionnels jusqu’à la fin des années 90. Les premiers courtiers de CFD pour les investisseurs particuliers font ensuite leur apparition. On retiendra surtout l’entrée sur le marché du courtierGerard and National Intercommodities(GNI), qui est le premier à offrir la possibilité aux investisseurs particuliers, via une connexion internet et un système électronique de passation d’ordre, de traiter des CFD sur les actions cotées au LSE (London Stock Exchange). La contribution de GNI au succès du marché des CFD est indéniable. Avec l’offre de GNI, les bases du système actuel permettant aux investisseurs particuliers de traiter en temps réel sur les CFD en restant devant leur ordinateur personnel sont alors établies. Peu de temps après, face à une demande croissante pour un produit présentant des qualités uniques, un grand nombre d’institutions financières anglaises et européennes, ont développé leur offre CFD en direction de la clientèle particulière. C’est en 1996 que les vraies plates-formes de trading de CFD font leur apparition. À deux semaines d’intervalle, les deux premières plates-formes sont lancées par CMC et Saxo Bank (qui s’appelait alors Midas). Le site internet de Midas qui fut lancé parallèlement (www.forextrading.com) fut le premier site Internet d’information sur le marché des changes et les CFD.
B. Les CFD dans le monde : un marché en plein essor
S’il existe encore très peu de courtiers offrant des CFD en France, ce n’est pas le cas auRoyaume-Unioù l’on peut en compter aujourd’hui plus d’une vingtaine. Berceau de l’offre CFD, le marché anglais a connu une croissance exceptionnelle depuis la fin des années 90 si bien que les volumes de transaction qui existent aujourd’hui de l’autre côté de la Manche sont impressionnants. Sur le seul marché des actions, le volume traité au Royaume-Uni représente près de 40 % du volume total traité sur le LSE. L’une des raisons principales de cette popularité tient du fait qu’au Royaume-Uni, les gains obtenus à partir du trading des CFD sont exemptés du timbre fiscal (stamp duty). La croissance des volumes a également été de pair avec le développement des technologies et de l’internet à haut débit. Le marché des CFD est aujourd’hui beaucoup plus accessible. Les fournisseurs de CFD visent une large clientèle, du hedge fund à l’investisseur particulier, et ont fortement développé leur offre, en proposant non seulement des CFD sur un nombre toujours croissant de sous-jacents, mais aussi en offrant une technologie chaque jour plus performante, associée à de nombreux services annexes de trading.
Si le marché des CFD connaît aujourd’hui une croissance exponentielle, c’est en grande partie dû aux caractéristiques propres de ces produits, si bien que les investisseurs qui les utilisent sont beaucoup plus actifs que ceux n’utilisant que les actions par exemple. Ainsi, le trader de CFD va utiliser toute la flexibilité offerte par ces produits et traiter plus fréquemment sur des montants plus élevés du fait de l’effet de levier offert. Le graphique ci-dessous compare la taille et la fréquence des ordres sur CFD et sur actions.
Graphique 1 : Comparaison de la taille et de la fréquence des ordres sur CFD et sur actions.
L’Australiea également connu un rapide essor du marché des CFD. En mars 2002, le gouvernement australien réforme le secteur des services financiers –Financial Services Reform Act(FSRA) – et autorise les grandes institutions financières internationales à offrir des produits financiers aux investisseurs australiens, ce qui était interdit auparavant. Du fait de son histoire, l’Australie reste encore aujourd’hui le terrain de chasse privilégié des institutions financières britanniques, et c’est tout naturellement que les CFD se sont imposés comme les grands bénéficiaires de la réforme de 2002. L’Australie devient même par la suite un marché précurseur pour les CFD avec l’introduction en 2007 des premiers CFD standardisés et listés sur l’ASX (Australian Securities Exchange ou bourse d’Australie à Sydney). Le graphique ci-après présente l’évolution du nombre de traders de CFD en Australie depuis janvier 2007. De moins de 40 000 en janvier 2007, leur nombre atteint presque 400 000 en décembre 2010, soit une croissance de près de 1 000 % en quatre ans !
Graphique 2 : Évolution du nombre de traders de CFD en Australie depuis janvier 2007
En Allemagne,de récentes analyses de marchés effectuées par l’école supérieureSteinbeisde Berlin ont souligné qu’en janvier 2007 il y avait 10 800 traders sur des CFD en Allemagne, et que ce nombre a atteint plus de 80 000 en janvier 2011, soit presque 800 % de croissance en quatre ans. Ces études ont également montré que le nombre de comptes ouverts en Allemagne avait déjà doublé en 2007, et qu’au cours de cette même année le
volume total des transactions de CFD avait atteint 335,2 milliards d’euros, soit 6 fois plus qu’en 2006 !
En France, la réglementation autorise depuis peu la distribution des CFD. C’est notamment l’entrée en vigueur en novembre 2007 de la réglementation 2 MiFID sur les instruments financiers qui a permis aux CFD de faire leur entrée sur le marché français. Si cela est très récent, les CFD deviennent déjà incontournables pour la majorité des investisseurs français, professionnels ou particuliers. En effet, les nombreux courtiers offrant des CFD en Angleterre ont démontré la possibilité d’un fort développement en France car un grand nombre d’investisseurs français compte parmi leurs clients. De plus, les succès en France du marché Forex et du SRD ont démontré que l’utilisation de l’effet de levier, l’un des avantages offerts par les CFD, est devenue très appréciée des investisseurs français. Plusieurs sociétés étrangères s’implantent aujourd’hui directement sur le marché français et permettent ainsi d’ouvrir des comptes libellés en euro et d’accéder à la quasi-totalité des CFD existants aujourd’hui dans le monde.
Selon une récente étude, il y aurait déjà près de 60 000 investisseurs en France passant des opérations sur les CFD.
Graphique 3 : Évolution du nombre des investisseurs sur les CFD depuis 2007 en France
Aux États-Unis,les investisseurs restent actuellement exclus du marché des CFD. Alors même que les avantages du trading des CFD sont clairs et reconnus dans de nombreux pays, les autorités américaines de régulation n’autorisent pas pour le moment les résidents américains à intervenir sur ces nouveaux produits.
À l’exception du territoire américain, les CFD ont donc connu une croissance exceptionnelle dans le monde au cours des dernières années. La croissance des volumes échangés sur les CFD est sans conteste amenée à s’accélérer au cours des prochaines années. Ceci tient non seulement aux différents avantages en termes de simplicité et de flexibilité d’utilisation des CFD mais aussi à un très fort développement de l’offre à venir en direction des investisseurs particuliers. Grâce au développement de plates-formes de trading de plus en plus performantes, ceux-ci peuvent maintenant accéder au marché des CFD avec une simple connexion internet. Ils peuvent intervenir en toute sécurité sur une trentaine de places boursières, traiter aussi bien des actions que des matières premières, des devises ou des indices. Ils peuvent placer tout type d’ordres depuis n’importe quel ordinateur dans le monde et, en un seul clic, avoir accès à l’ensemble de leurs positions directement depuis leur compte de trading. De nombreux outils professionnels tels que les graphiques, les études, les indicateurs techniques, le chat, les informations en continu sont également disponibles sur les bonnes plates-formes de trading en ligne et rendent ainsi le trading sur CFD plus simple et plus pratique.
C. Des traders de CFD aux profils variés
Aujourd’hui, il existe différents profils de traders qui opèrent sur les CFD. La majorité d’entre eux sont des traders professionnels ou semi-professionnels mais les investisseurs particuliers sont de plus en plus nombreux. Historiquement, les premiers traders et investisseurs sur CFD ont privilégié surtout les CFD sur actions, les seuls CFD alors offerts, mais aujourd’hui la gamme d’instruments sous-jacents aux CFD s’est considérablement élargie. En conséquence, les CFD ont également touché un plus grand nombre de traders aux profils différents.
Depuis longtemps, les traders professionnels jouent un rôle prépondérant sur les marchés financiers en général et sur les marchés des actions en particulier. Ils interviennent directement sur le marché des CFD pour le compte d’institutions pour lesquelles ils travaillent (banques d’investissement, société de trading). Ils sont amenés à suivre minute après minute les évolutions des prix des actifs sur lesquels ils traitent. De par leur expérience, leur habileté, et leur maîtrise des services et des outils techniques fournis sur leur plate-forme de trading professionnelle, ils peuvent exécuter en une seule journée un très grand nombre d’opérations et avec de très gros volumes. Le principal objectif est de profiter de la volatilité des prix des actifs financiers ou au contraire de gérer les risques liés à cette volatilité.
Les traders particuliers ont longtemps manqué des outils et des informations nécessaires pour intervenir au mieux sur les marchés financiers. Au cours des deux dernières décennies, le développement des moyens de communication et celui de l’internet à haut débit ont permis à ces nouveaux traders de pouvoir accéder à ces informations et de connaître et apprendre de nouvelles techniques de trading. En effet, il est devenu aujourd’hui possible d’obtenir des informations en temps réel sur les cours d’une action de n’importe quel endroit dans le monde, ce qui permet ainsi à l’investisseur particulier de pouvoir mieux réagir aux fluctuations des marchés en plaçant des ordres instantanément. De tels progrès ont propulsé toute une génération de traders
dans une nouvelle ère de trading. Jamais auparavant, les potentiels bénéfices et l’excitation liés aux évolutions des marchés boursiers n’avaient été aussi facilement accessibles à un public aussi large.
Ainsi, au départ outil OTC (de gré à gré) quasi-confidentiel, construit au cas par cas pour un petit nombre d’investisseurs et de traders professionnels, les CFD se sont largement démocratisés à mesure que l’éventail des sous-jacents s’élargissait. Ils sont devenus aujourd’hui l’outil privilégié des investisseurs particuliers qui veulent pouvoir bénéficier d’un effet de levier modulable, et de la possibilité de se positionner à la baisse sur un actif donné.
Si le trader moderne, professionnel ou non, doit avoir accès en temps réel aux marchés financiers et doit savoir se servir des différents systèmes informatiques aujourd’hui disponibles, cela ne reste qu’une condition préalable au succès. Il est surtout indispensable pour tout trader d’avoir de bonnes connaissances des outils d’analyse, des informations et des déterminants macro et microéconomiques des marchés et actifs sur lesquels il intervient. Ce livre vous fournira toutes les informations nécessaires pour gagner sur le marché des CFD.
2. QU’EST-CE QU’UN CFD ? Un CFD ouContract For Difference(« Contrat pour la Différence ») est un instrument financier dérivé permettant de profiter des variations à la hausse ou à la baisse du cours d’une action, d’un indice ou de tout autre actif sans en être le propriétaire. Un CFD offre une alternative simple au trading des actifs financiers en répliquant point par point les variations du prix de l’actif sous-jacent choisi si bien qu’il cote exactement le même prix.
A. Les CFD en résumé
Les CFD sont des contrats traités généralement sur des marchés de gré à gré (Over the Counter– OTC) entre un intermédiaire financier, habilité à proposer des CFD, et un client, investisseur ou trader. Les deux parties s’engagent d’un commun accord sur la différence entre le prix d’une position à l’ouverture et son prix à la clôture. L’acheteur du CFD dégage un profit et le vendeur une perte si le prix du sous-jacent progresse entre le moment où la position est ouverte et celui où elle est clôturée. Ce profit est alors égal à la variation du cours du sous-jacent sur la période considérée. Inversement, le vendeur du CFD dégage un profit et l’acheteur une perte si le prix du sous-jacent recule sur la période considérée.
Chaque CFD porte sur un sous-jacent donné (une action, un indice d’actions, une matière première…) sur lequel son prix d’achat et son prix de vente s’ajustent. Lorsque vous achetez un CFD, le profit correspond donc à la différence entre le prix auquel vous achetez un contrat CFD et le prix auquel vous le vendez. Dans un sens, les CFD sont comme des actions (ou tout autre titre vif) que vous détenez virtuellement.
Il existe toutefois certaines différences fondamentales entre le trading traditionnel sur action ou sur tout autre actif financier et le trading sur CFD il faut d’abord bien retenir qu’en traitant sur un CFD, vous ne détenez pas l’actif sous-jacent quel qu’il soit. Inversement, lorsque vous vendez un contrat CFD, vous n’avez pas à livrer le sous-jacent du contrat ; alors qu’il n’existe qu’un nombre limité d’actions disponibles pour chaque entreprise, il n’existe quasiment aucune limite semblable concernant les CFD sur actions. De plus, ce ne sont pas les entreprises qui émettent des CFD ou qui déterminent le nombre de CFD disponibles, mais les fournisseurs de CFD qui sont indépendants ; les CFD ne sont généralement pas traités à la bourse, mais sont plutôt livrés par des courtiers spécialisés dans le trading sur CFD. Par conséquent ils sont OTC, c’est-à-dire qu’ils seront traités directement par la deuxième partie (le courtier ou la banque commerciale) qui communique avec l’investisseur par internet et/ou par téléphone. Les ordres sont exécutés au prix du marché du jour ouvré. On retiendra déjà qu’il existe certains marchés organisés, à Londres et à Sydney pour traiter les CFD. Les CFD traités sur ces marchés sont alors standardisés, ils restent néanmoins très minoritaires en nombre aujourd’hui ; une différence fondamentale entre le trading sur actions ou sur tout autre actif financier et le trading sur CFD vient du fait que les CFD peuvent être vendus sans avoir à emprunter au préalable l’action ou le titre sous-jacent et donc à payer des frais de financement pour cet emprunt de titres. Non seulement l’investisseur ne paie aucun frais de financement pour ses positions courtes (short) mais nous verrons aussi qu’il dégage une rémunération liée à ces positions ; les CFD sont, à la différence des titres vifs, des contrats traités sur marge, offrant donc dans la majorité des cas l’opportunité d’utiliser un effet de levier pouvant aller jusqu’à 20, ce qui signifie que vous pouvez engager des positions pour un montant jusqu’à 20 fois supérieur à la valeur de votre compte. Les CFD permettent ainsi de pouvoir générer des profits importants avec des sommes nominales relativement petites sur des marchés haussiers et baissiers. C’est ici l’un des principaux avantages et l’une des principales différences du trading sur CFD par rapport au trading sur titres vifs ; comme nous l’avons déjà dit, un CFD sur action est un titre virtuel dont le cours suit les mêmes évolutions que celles de l’action. Le prix d’un CFD est exactement le même que le prix de l’action sous-jacente. De la même façon, le prix d’un CFD sur indice, matière première ou devise, est exactement le même que celui de l’actif sous-jacent et suit donc les mêmes évolutions.
B. Les marchés couverts par les CFD
La gamme des instruments financiers qu’il est possible aujourd’hui de traiter via les CFD ne cesse de s’élargir et les possibilités semblent infinies. Parmi les principaux CFD traités aujourd’hui, on retiendra surtout les CFD sur actions, les CFD sur indices, les CFD sur devises, les CFD sur matières premières, les CFD sur les métaux et les énergies.
Les CFD couvrent donc de très nombreux marchés et produits financiers. Cependant, il est très important de bien choisir la classe d’actifs sur laquelle on traite à travers les CFD. Il peut être par exemple peu intéressant d’acheter ou de vendre des CFD sur devises alors que vous avez la possibilité de traiter les devises, avec effet de levier, directement au comptant sur le « Forex » (marché des devises). En utilisant un CFD sur devises, vous risquez de vous priver de la forte liquidité disponible sur le Forex. De même, il nous paraît inutile de traiter l’or ou l’argent à travers des CFD alors que des courtiers vous proposent de traiter avec effet de levier les onces d’or et d’argent directement au comptant. Les CFD sont des produits révolutionnaires, particulièrement efficaces pour le trading sur actions et sur indices mais ils nous semblent moins pertinents sur les marchés Forex ou sur celui de l’or et de l’argent. Nous privilégierons ainsi dans la suite de cet ouvrage, les exemples et analyses des CFD sur actions ou sur indices.
Les CFD sur actions
Il existe aujourd’hui plusieurs milliers de CFD sur actions cotés sur plus de 20 places boursières différentes. Potentiellement, il peut exister ...